Publié le 04 juillet 2018

FINANCE DURABLE

Les investisseurs de Climate 100+ mettent sous surveillance 61 nouvelles entreprises dont Air France, Saint Gobain et Renault

Une soixantaine d'entreprises ont vu leur nom ajouté à une liste des sociétés les plus émettrices de gaz à effet de serre de la planète. Elle est établie par près de 300 investisseurs de l’initiative Climate 100+. Cette dernière a pour but d’accompagner les plus grandes entreprises mondiales à se tourner vers un monde moins carboné.

225 investisseurs représentant 26 300 milliards de dollars ont mis sous surveillance 161 entreprises.
@Climate100+

L’initiative "Climate Action 100+", lancée en décembre dernier à l'occasion du One Planet Summit à Paris, a été créée par 225 investisseurs, dont HSBC, Calpers (le plus gros fonds de pension public américain), ou la Caisse des Dépôts (dont Novethic est une filiale) et rejointe depuis par une soixantaine d'autres. Ensemble, ils représentent 26 300 milliards de dollars d'actifs sous gestion. Leur but est de s'assurer que les entreprises adaptent leur modèle à la lutte contre le réchauffement climatique.

Un peu plus de six mois après sa création, la liste de 100 entreprises vient de gagner 61 nouveaux noms. On peut y trouver des compagnies aériennes (Qantas, American Airlines, Delta), des sidérurgistes (China Steel), des spécialistes de l’agroalimentaire (Coca-Cola). Des grands noms de l’économie française ont été ajoutés : Air France, Saint Gobain, Danone, Air Liquide, PSA, Renault.

Parmi les cent premières sociétés visées, figuraient des grands groupes pétroliers et gaziers (BP, Chevron, Coal India, etc.), des acteurs du secteur des transports (Airbus, Ford, Volkswagen) et des groupes miniers et sidérurgiques (ArcelorMittal, BHP Billiton, Glencore).

Protéger les actifs

Ces entreprises "ont des opportunités significatives pour mener la transition énergétique et aider à atteindre les objectifs de l'Accord de Paris" de 2015, ou "peuvent être exposées à des risques financiers liés au climat", explique un communiqué de Climate Action 100+. "Les investisseurs reconnaissent que le changement climatique est un risque matériel, mais ils comprennent également que les solutions à ces risques offrent des opportunités de protéger à long terme leur portefeuille d’actif", explique Laetitia Tankwe, Conseillère du Président de l'Ircantec.

L'objectif de cette initiative est de suivre pendant cinq ans les entreprises inscrites sur cette liste. Si elles font des progrès suffisants, elles pourront en être retirées. Déjà, en seulement six mois, un certain nombre d'entre elles "ont déjà commencé à faire des progrès", se réjouit les membres de Climate 100+.

Ainsi 18 % des entreprises suivies supportent officiellement ou implémentent les recommandations de la Task force on climate-related financial disclosures (TCFD), qui proposent des règles strictes sur le reporting climat auprès des investisseurs. De plus, 22 % des sociétés s’engagent sur le programme des Science base targets (SBT), une initiative portée entre autres par le Global Compact, qui propose de faire valider les objectifs de réduction des émissions de CO2 des entreprises par un comité scientifiques indépendant.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

City de Londres FreeImages @SimonRogers

[Brexit] La finance britannique part à la conquête du monde avec un étendard vert

La City de Londres voit déjà l’après Brexit. Le secteur financier britannique affûte ses arguments pour continuer d’attirer les capitaux étrangers, notamment asiatiques. Au nombre de ces arguments, la finance durable figure en bonne place. Et si l’Union européenne prend son temps pour s’accorder sur...

énergies renouvelables éoliennes panneaus solaires photovoltaique istock ll28

À la place des green bonds, Enel priorise l’émission de SDG bonds, dédiés à l'atteinte des Objectifs de développement durable

Début septembre, le groupe énergétique italien Enel émettait le premier SDG bond, soit la première obligation liée à des indicateurs contribuant aux Objectifs de développement durable (ODD). Un moyen de financement qui, après et avec les green bonds, pourrait prendre de l’ampleur dans les prochaines...

Unicredit banque

[Décryptage] Financiariser la finance supprime des dizaines de milliers d’emplois dans le secteur bancaire

Depuis le début de l’année, le secteur bancaire a supprimé 44 000 emplois. Un mouvement qui se fait à la faveur d’une banque sans humain. Mais, s’affranchissant de leurs ressources humaines, les banques se mettent en risque. Les algorithmes gérant à la nanoseconde des portefeuilles ne gèrent pas...

Epargne pxhere com

[Indicateur Novethic] L’offre de fonds durables explose mais gare au manque de clarté

L’offre de fonds durables grandit. L’indicateur Novethic recense 531 fonds au 30 juin 2019, totalisant 185 milliards d’euros d’encours en augmentation de 27 %. Cette progression suit la demande toujours plus forte pour des produits responsables. Mais elle s’accompagne également d’un foisonnement...