Publié le 11 octobre 2012

FINANCE DURABLE

Les directeurs du développement durable élargissent leur périmètre d'action

La profession de directeur du développement durable a connu de fortes évolutions ces trois dernières années. Devenue beaucoup plus transversale, elle exige de nouvelles compétences pour déployer les stratégies RSE des entreprises.

138140_GF.jpg

Une profession qui mise sur les réseaux

Dans cette fonction récente, les directeurs DD ont vite cherché à s'inspirer des meilleures pratiques de leurs concurrents les plus avancés, notamment en participant à des réseaux liés au développement durable ou à des associations de DDD (Agora des directeurs du DD, Collège des directeurs DD-C3D). D'après le deuxième baromètre Adecco-Université Paris 12, 80% des responsables du DD en entreprise appartiennent à des réseaux de pairs.

La crise a-t-elle renforcé la fonction de directeur du développement durable ? Globalement oui, répondent les directeurs DD en entreprise. « On craignait que cette fonction soit l'une des premières à trinquer. Or, elle n'a été ni supprimée ni amoindrie, affirme Hélène Valade, présidente du C3D et directrice du développement durable à la Lyonnaise des eaux. Au contraire, la plupart du temps, on a vu un renforcement des effectifs au sein des directions du développement durable des entreprises». Chez Eiffage, qui emploie 70 000 personnes, l'effectif attaché à la RSE a été multiplié par trois en trois ans. « En comptant les correspondants DD sur le terrain, cela implique plus de 500 collaborateurs, pas forcément à temps complet », déclare Valérie David, directrice du développement durable. Aujourd'hui, les directeurs développement durable semblent de plus en plus associés à la stratégie de l'entreprise. Dans les grands groupes et quelques grosses PME, on voit désormais le DD comme un levier de sortie de crise, permettant notamment de répondre aux nouvelles préoccupations des clients en la matière. D'après une enquête réalisée en juillet 2010 par l'Observatoire de l'opinion des directeurs du DD engagés-Opinion Way -C3D, la très grande majorité des directeurs du DD interrogés constatent la « progression de la perception du lien entre DD et création de valeur, aussi bien au sein de leur entreprise (87%) qu'au sein de leurs parties prenantes (70%) ». Pour la plupart des sondés, cette création de valeur prend la forme d'une fidélisation de la clientèle, de réductions des coûts mais aussi d'une meilleure valorisation du capital humain.

Un rapprochement avec les RH

L'élargissement du périmètre d'action constitue la grande tendance de ces dernières années : le directeur du développement durable intervient en effet de plus en plus dans les champs du social et de l'éthique. Si, il y a encore trois ans, la fonction était très liée aux nouvelles réglementations issues du Grenelle 2 (bilan carbone, normes HQE, RT 2012...), les synergies entre directions du développement durable et DRH se sont renforcées au fur et à mesure que les thématiques de diversité ou de bien-être au travail montaient en puissance. Benjamin Bergeron, responsable RSE et développement durable du groupe informatique Bull, a vu en quelques années se multiplier ses interlocuteurs en interne, dans les achats, la finance, les business lines ... et maintenant les RH. « Notre réflexion se porte aussi sur les enjeux de la diversité. Il s'agit en particulier de trouver des solutions face à la pénurie de compétences que nous rencontrons dans nos métiers », souligne-t-il.

De fait, en élargissant son périmètre d'action, la fonction est devenue beaucoup plus transversale et mobilise de nouvelles compétences. Dans certaines entreprises, le directeur DD se saisit par exemple des questions de gouvernance, mais en faisant appel à des intervenants extérieurs pour définir la stratégie. «A la Lyonnaise des eaux, l'équipe du développement durable est à l'origine d'une plate forme collaborative où interviennent des experts extérieurs qui, sur le mode de l'intelligence collective, participent à une réflexion sur les nouveaux enjeux de nos métiers», explique ainsi Hélène Valade. Cette diversification des champs d'intervention, au périmètre parfois mal défini, peut toutefois rencontrer de fortes résistances en interne. Certains DRH rechignent en effet à se rapprocher de responsables DD, qui n'ont pas à leurs yeux de légitimité dans leur domaine. « Il n'était pas habituel pour les départements RH de partager leurs enjeux à l'extérieur du groupe, admet Benjamin Bergeron (Bull). Mais via la RSE, ils peuvent aussi améliorer l'attractivité de l'entreprise vis-à-vis de candidats potentiels ». Pour Hélène Babok, directrice DD Europe de Steelcase, « les RH doivent accepter qu'une personne extérieure vienne les challenger sur les visibilités de leurs actions en faveur de la politique handicap ou des risques psychosociaux, par exemple. Ce n'est pas simple. La marge de manœuvre d'un responsable DD dans ces domaines dépendra beaucoup de l'organisation de l'entreprise et de son lien avec la direction générale».

Une nouvelle légitimité

C'est une autre tendance du métier : « le directeur du développement durable se rapproche de la direction générale ou des directions opérationnelles et s'éloigne de la sphère de la communication avec laquelle il était souvent associé au début », indique Olivier Delbard, professeur à ESCP Europe. Désormais, dans 75% des cas, les directeurs DD siègent dans les instances dirigeantes, selon le « Baromètre de la fonction développement durable » Adecco-Université Paris 12 (janvier 2010). Ce nouveau positionnement lui fait gagner en légitimité. « En faisant partie du comité exécutif du groupe, il est plus facile de faire en sorte que le développement durable devienne un vrai levier de changement en interne, estime Laurent Claquin, directeur de la RSE du groupe PPR. C'est la preuve que la RSE est perçue au plus haut niveau comme un axe stratégique de notre business et pas comme de l'affichage ».

Selon la majorité de la profession, le métier, désormais pérenne, devrait à l'avenir être mieux délimité. Loin de se diluer dans l'entreprise, il pourrait se focaliser sur des missions précises, comme la relation avec les parties prenantes. Pour Hélène Valade, « la fonction devrait évoluer notamment vers des missions d'anticipation et de prospective pour permettre à l'entreprise d'avoir un temps d'avance ». Un métier valorisé, qui séduit désormais les jeunes diplômés des meilleures écoles de commerce. «La fonction attire de plus en plus d'étudiants, assure Olivier Delbard (ECSP). Et ces jeunes diplômés s'intéressent plus à l'intégration du développement durable dans les stratégies des entreprises qu'aux aspects de communication ».

Article initialement paru dans Repères RSE n°93 (avril 2011)

Bruno Askenazi
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

London Stock Exchange Manakin

Rachat de la Bourse de Londres par Hong Kong : une opération à hauts risques

C’est une opération ambitieuse et risquée dans laquelle se lance la Bourse de Hong Kong. Le chinois met plus de 35 milliards d’euros sur la table pour racheter le London Stock Exchange, l’emblématique Bourse de Londres. Hong Kong profite de la faiblesse de la Livre Sterling, due en partie au Brexit,...

Ursula von der leyen PE

Le climat et la finance durable au sommet de la nouvelle commission européenne, présentée par Ursula von der Leyen

La nouvelle commission européenne a été révélée par la Présidente Ursula von der Leyen le mardi 10 septembre. Au rang des priorités, l’Allemande réaffirme la place du climat avec une vice-présidence confiée à Frans Timmermans en charge du Green Deal européen. Les sujets des Gafa et de la finance...

Bruno Le maire PRI in Person Bercy

Finance durable : aux PRI, l’urgence est plus présente dans les discours que dans les actes

Emmanuel Macron en vidéo et Bruno Lemaire en chair et en os, ont adressé un seul et même vibrant message de la France à la communauté d’investisseurs responsables réunis à Paris pour l’Assemblée générale des Principes pour l’Investissement Responsable (les PRI) : il est urgent de faire de la finance...

ODD illustration Novethic

Objectifs de développement durable (ODD) : un référentiel émergent pour les grands investisseurs institutionnels européens engagés

À l’occasion des PRI in Person, le rendez-vous annuel des acteurs de la finance responsable, qui à Paris du 10 au 12 septembre, les objectifs de développement durable (ODD) sont mis à l’honneur. Novethic a étudié comment les investisseurs institutionnels signataires des PRI les utilisent au dans...