Publié le 20 septembre 2018

FINANCE DURABLE

Les députés profitent de la loi Pacte pour traduire les engagements gouvernementaux sur la finance verte

"La finance sera verte ou ne sera pas", assénait en décembre 2017 le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, lors du Climate Finance Day. Un peu moins d’un an plus tard, l’examen de la loi Pacte donne l’occasion de traduire ces déclarations en actes législatifs. Une série d’amendements, portés par les députés de la majorité et soutenus par le monde de la finance responsable, a été présentée en ce sens.

Loi pacte commission des affaires economiques Bruno Le Maire
Les députés ont profité de la loi Pacte pour intégrer des dispositions destinées à développer la finance verte.
@Bercy

La loi Pacte pourrait-elle permettre de traduire les engagements du gouvernement en matière de finance verte ? Si le projet de loi initial ne comportait pas cette dimension, c'est que s’emploient à faire quelques députés de la majorité. Une série d’amendements adoptés en commission doivent permettre de développer le financement d’une économie plus verte et solidaire. De quoi faire "véritablement" de Paris "la capitale de la finance verte et solidaire" comme le clame régulièrement Bruno Le Maire ?

Des produits d'épargne en première ligne

Première avancée, donner aux produits d’épargne une dimension sociale ou verte. Deux amendements de ce type ont d’ores et déjà été adoptés en commission. Le premier (art 20) généralise l’offre de fonds solidaires dans l’épargne retraite. Le second (art 21) oblige les contrats d’assurance vie à proposer au moins "un fonds solidaire ou un fonds labellisé par l’État pour satisfaire les critères d’investissement socialement responsable (label ISR, ndr) et le financement à la transition énergétique et écologique (label TEEC, dont Novethic est auditeur, ndr)".

L'enjeu est de taille : l’encours total de l’assurance vie représente 1 700 milliards d’euros, celui de l’épargne salariale 130 milliards d’euros. Et le marché est prêt. "Le volume des investissements correspondants est tout à fait compatible avec la profondeur du marché. L’univers d’investissement du label TEEC est de plusieurs centaines de milliards d’euros, soit largement plus que les flux nets d’assurance-vie pendant de nombreuses années, à supposer que 100% des flux se dirigent vers ces produits, ce qui ne sera évidemment pas le cas", assure Philippe Zaouati, le directeur général de Mirova, dans une tribune appelant à "Verdir la loi Pacte".

L’AMF, nouveau garant de la qualité de l’information climatique

Un autre amendement (art 23), lui aussi adopté, propose de faire de l'AMF, l'autorité des marchés financiers, le garant de la "qualité de l'information fournie par les investisseurs sur leur stratégie bas-carbone et de gestion des risques liés aux effets du changement climatique". Cela passerait notamment par l’évaluation et la proposition de "méthodologies uniformes liées au climat".

L'objectif est d’harmoniser la mesure de l’empreinte carbone des portefeuilles. Celle-ci s’est diffusée avec les nouvelles obligations d’informations sur la gestion des risques climat demandées aux investisseurs institutionnels par le biais de l’article 173 de la loi de Transition énergétique. Mais aussi de "formaliser" la compétence de l’AMF concernant la prise en compte du risque climat dans les décisions financières. Une première étape avant, peut-être, de missionner l’AMF sur la "régulation et le contrôle des véritables labels verts" (type label TEEC) comme le propose l’amendement.

Lors de l’examen en plénière, le mardi 25 septembre, la députée LREM, Bénédicte Peyrol entend soutenir un autre amendement qui n’a pas eu le temps d’être présenté en commission. Il s’agit de demander à l’État lui-même d’élaborer des éléments de méthodologie pour évaluer comment ses propres investissements et ceux qu'il réalise à travers les entreprises dont il est actionnaire sont alignés sur une trajectoire 2°C. Une occasion donnée à l’État de montrer l’exemple.

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Climate Finance Day : "La finance sera verte ou ne sera pas", Bruno Le Maire

C'est avec un discours très enthousiaste que Bruno Le Maire, le ministre des Finances, a lancé la semaine dédiée à la finance climat. Dans son discours prononcé lors du Climate Finance Day, il réaffirme l'ambition pour Paris de devenir la place de la finance verte et a annoncé plusieurs...

Finance durable : les fonds ISR de conviction surperforment au deuxième trimestre

Les fonds catégorisés comme ISR (investissement socialement responsable) de conviction par Novethic affichent de très bonnes performances au deuxième trimestre 2018 selon l'indicateur de notre centre de recherche. Les fonds thématiques -portant sur l’environnement, le social ou les deux-...

Le facteur Social, parent pauvre des débats sur l’ESG dans la gestion financière

À San Francisco se déroulent en parallèle le Global Climate Action Summit et les PRI in Person. À cette occasion, les investisseurs responsables rappellent qu’une transition juste ne se fera pas qu’en répondant aux enjeux climatiques et environnementaux, mais que la dimension sociale doit...

Les critères ESG mieux compris par les investisseurs européens

A l'occasion de son colloque annuel, qui se déroule le 3 décembre, Novethic publie les résultats d'une enquête sur l'intégration de critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) dans la gestion financière. Réalisée auprès de 165 investisseurs institutionnels européens, elle...

Climate Finance Day : les 50 ClimActs de Finance for Tomorrow pour marquer le verdissement de la finance française

A l’occasion du Climate Finance Day, Finance for Tomorrow, l’initiative de la place de Paris pour la finance durable (dont Novethic est membre), publie 50 ClimActs. Ces 50 mesures prises par ses 50 membres prouvent que la finance est une alliée du climat.

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Bernard Arnault WikimediaCommons taillee

Club des 100 milliards de dollars : Bernard Arnault, Bill Gates et Jeff Bezos, des investisseurs responsables ?

Ils ne sont que trois dans le monde dont le patrimoine a dépassé la barre des 100 milliards de dollars. Le Français Bernard Arnault, président de LVMH, vient juste de rejoindre les Américains Bill Gates, fondateur de Microsoft, et Jeff Bezos, PDG d’Amazon. Ces multimilliardaires, à la fortune...

Phenix aeroville gaspillage alimentaire

Baromètre de la finance solidaire : les participations directes dans les entreprises en forte hausse

Après une croissance record en 2017, la finance solidaire continue de séduire en 2018, avec une progression de 8,7 % du volume des encours de l’épargne. Si le gros de la collecte reste tiré par l’épargne salariale, la surprise vient du bond des investissements directs dans les entreprises de...

Taxonomy technocal report union europeenne UE

La grande bataille de la taxonomie européenne des activités durables commence

Les membres du groupe d’experts techniques créé par la Commission Européenne, dévoilent le fruit d’un an de travail intense : une proposition de référentiel d’activités durables pour l’Europe. Colonne vertébrale du plan d’action pour la finance durable, elle doit permettre de créer un langage commun...

Construction d un oleoduc deforestation Ricpe

700 grandes entreprises mises en demeure par les investisseurs d’être plus transparentes sur leur rôle environnemental

Ce n’est pas du Name and Shame (nommer et dénoncer), mais cela y ressemble. 88 grands investisseurs mondiaux publient une liste de 707 entreprises accusées de ne pas donner assez d’informations sur leurs rôles en matière de climat, de préservation de l’eau et de déforestation. Si la majorité des...