Publié le 15 mai 2019

FINANCE DURABLE

Le WWF et Axa proposent une TCFD de la biodiversité pour que la finance protège la nature

L’économie mondiale dépend de la préservation de la biodiversité autant que de la lutte contre le réchauffement climatique. Le WWF et Axa ont rédigé un rapport remis au gouvernement préconisant de créer un groupe de travail, calqué sur la TCFD, pour mieux comprendre l’impact des investissements sur les milieux naturels.

La protection et la restauration de la biodiversité doivent être prises en compte par les gestionnaires d'actifs.
@DiyanaDimitrova

La perte de biodiversité constitue un risque aussi grand que le réchauffement climatique pour le monde de la finance. Dans leur rapport "Into the wild : intégrer la nature dans les décisions d’investissement", WWF France et Axa préconisent de mettre en place une "Task force on nature impacts disclosures" pour analyser ce risque. C'est l’équivalent pour la biodiversité de la TCFD (Task force on climate-related financial disclosures) lancée en 2015 par le Conseil de stabilité financière du G20 et centrée sur le climat.

Le risque pour les investisseurs est de taille, et n’a pas encore été autant pris en compte que celui du changement climatique. "La perte potentielle de services écologiques clés met en danger non seulement les populations mais aussi certaines entreprises qui en dépendent et peut donc devenir une préoccupation pour les investisseurs", explique Thomas Buberl, le directeur général du groupe Axa. Dans leur rapport remis au ministre de la Transition écologique et solidaire, l’ONG et l’assureur donnent en exemple, sans le nommer, le cas Bayer dont la valorisation boursière a chuté après le rachat de Monsanto, les produits de ce dernier étant notamment accusés de détruire les populations d’abeilles.

Guider les stratégies d’investissement

Pour guider les investisseurs dans leur stratégie, cette TCFD de la biodiversité aurait donc pour mission d’analyser les conséquences des activités des entreprises sur la biodiversité, mais aussi de déterminer les activités favorables à la protection et la restauration de la nature. Avec pour ambition, comme pour le climat, de mieux financer les solutions à la préservation de biodiversité. Pour faciliter le travail des investisseurs, le groupe de travail devrait tenter d’intégrer la mesure de l’impact sur la nature dans l’analyse existante sur le climat et les critères ESG (environnement, social et gouvernance).

Mais, comme pour la lutte contre le réchauffement climatique, l’action des investisseurs ne sera pas suffisante sans un engagement fort des États. Le rapport du WWF et d’Axa incite les régulateurs à imposer un cadre de reporting pour améliorer la qualité des informations des entreprises sur leur prise en compte de la biodiversité. La biodiversité, en plus de sa TCFD, aurait également besoin de son propre accord de Paris, qui incite les gestionnaires d’actifs à aligner leur portefeuille sur un objectif de réchauffement climatique inférieur à 2 degrés. Selon le rapport, "les gouvernements devraient établir des priorités claires dans le domaine de la protection de la biodiversité, particulièrement étendu et systémique, et ils devraient encourager l’ensemble des acteurs (privés et publics) concernés par ces questions à participer à cet effort".

Les membres du G7 commencent à travailler sur la question. Début mai, ils ont adopté la charte de Metz dans laquelle ils s’engagent notamment à intensifier les efforts pour protéger la biodiversité et à encourager l’action du reste des acteurs économiques. La charte, résultat d’un compromis entre les pays, n’est toutefois pas contraignante et ne fixe pas d’objectifs chiffrés.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


Pour aller plus loin

Les ministres réunis au G7 Environnement adoptent une charte biodiversité

Les ministres de l'Environnement du G7 ont adopté lundi 6 mai une charte pour la biodiversité, non contraignante, au moment où un groupe d'experts de l'ONU lance un cri d'alarme sur l'état catastrophique de la nature.

LVMH : "nous n’avons pas de modèle économique sans la biodiversité"

Cette semaine, le groupe d’experts internationaux de l’IPBES pour la biodiversité se réunit à Paris pour adopter un rapport très attendu sur l’état du vivant dans le monde. Comme pour le climat, les entreprises sont appelées à lutter contre la dégradation de la biodiversité. Plusieurs...

IPBES : Notre alimentation est la première cause de perte de biodiversité dans le monde, alertent les experts mondiaux

Après une semaine de négociations à Paris, 132 pays ont adopté ce week-end une évaluation sans précédent de l'état de la nature. Elle démontre le besoin urgent de transformer notre système économique et social. Le premier facteur d’effondrement de la biodiversité terrestre est le...

Tout comprendre à l’IPBES, le Giec pour la biodiversité réuni à Paris pour ralentir l’extinction massive en cours des espèces

Le temps d’une semaine, Paris va devenir la capitale de la biodiversité. Du 29 avril au 4 mai, elle accueille la nouvelle session plénière de l’IPBES, la plateforme intergouvernementale pour la biodiversité, l’équivalent du Giec sur le climat. Cette séance est particulièrement importante...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...

IStock @geoffsp

Le pouvoir écologique de la finance verte est-il un mirage?

Une étude et un livre alertent sur la capacité de la finance verte à réorienter durablement et efficacement le secteur financier vers des modèles plus protecteurs de l’environnement. Les ONG Reclaim Finance et les Amis de la Terre alertent sur l’exposition aux énergies fossiles des onze plus grandes...