Publié le 01 octobre 2008

FINANCE DURABLE

Le marché ISR européen a plus que doublé en deux ans

Eurosif a publié, le 1er octobre, les chiffres du marché européen de l'ISR. Cette étude, réalisée dans 13 pays auprès des sociétés de gestion et des investisseurs institutionnels, montre une croissance remarquable des divers modes de gestion intégrant des critères extra financiers. Le marché était évalué à 2 665 milliards d'euros à fin 2007, soit 102 % d'augmentation en deux ans.

118094_GF.jpg

Unique dans son genre, l'étude Eurosif mesure, tous les deux ans, les diverses évolutions de l'ISR en Europe. Elle distingue deux catégories de pratiques, celles qualifiées de « core SRI » qui ont systématiquement un impact sur la construction des portefeuilles et celles qualifiées de « broad SRI » qui implique une prise en compte, de nature variable, de critères environnementaux, sociaux ou de gouvernance. Si le montant total des actifs considérés comme ISR est estimé, par Eurosif, à 2665 milliards d'euros, le « core SRI » lui, ne pèse que 512 milliards d'euros. Ces chiffres apparaissent certes faibles -surtout comparés aux milliards engloutis dans la crise actuelle -, cependant Matt Christensen, le directeur exécutif d'Eurosif, souligne la montée en puissance et la diversification des modes de gestion : « L'ISR s'affine pour mieux répondre aux diverses demandes. A côté des fonds actions, obligataire ou monétaire, on trouve des fonds thématiques et ces critères gagnent progressivement l'immobilier, le non coté et la microfinance.» Depuis le début 2008, on assiste par exemple en France à une augmentation spectaculaire des fonds monétaires ISR. Ces produits de placements, réputés plus sûrs que des fonds actions, se convertissent à l'ISR. Ils pèseraient, à l'automne 2008, plus de 4 milliards d'euros en France.

Eurosif souligne que, dans la tourmente financière, il devient de plus en pertinent pour les investisseurs d'intégrer les enjeux environnementaux, sociaux et de gouvernance. Nathalie Monnoyeur, responsable du développement des produits ISR pour IDEAM, filiale du groupe Crédit Agricole, abonde : « La crise actuelle qui est une crise du risque, déplace les projecteurs, jusque-là braqués sur les risques matériels des entreprises, vers les risques immatériels, d'ordre social, environnemental et de gouvernance, observés par l'analyse extra-financière.» Bien connaître la composition des portefeuilles et les « fondamentaux » des entreprises, des Etats ou des divers produits sur lesquels on investit sont des aspects que les promoteurs de l'ISR pourraient mettre en avant. Il est un peu tôt pour voir si c'est une des réponses que Dexia, leader européen de l'ISR et victime de la crise, choisira de donner au marché pour lui redonner confiance. Mais certains espèrent déjà que la crise puisse être du « pain béni pour l'ISR », démontrant ses capacités de résistance.

Croissance à facteurs multiples et géographie variable


Si la taille du marché ISR a plus que doublé en deux ans, divers facteurs y contribuent, selon Eurosif. L'augmentation du nombre d'investisseurs institutionnels ayant intégré de nouveaux critères à leur gestion de risque -comme les enjeux climatiques- est au premier rang (53%), la pression croissante qu'exercent medias et ONG pour inciter les financiers à prendre en compte des critères plus particulièrement environnementaux vient ensuite (35%), et enfin on trouvel'intérêt des épargnants particuliers pour l'ISR (34%). Si les deux poids lourds européens de l'ISR sont toujours le Royaume-Uni et les Pays-Bas, les croissances les plus fortes enregistrées par l'étude d'Eurosif concernent trois pays, l'Allemagne, la France et la Suisse. Ce dernier est sans doute un des plus intéressants puisque non seulement le marché ISR y atteignait 21,1 milliards d'euros à fin 2007, soit trois fois plus qu'en 2005, mais il s'agit exclusivement de « Core SRI » c'est-à-dire d'une gestion intrégrant des critères extra-financiers en profondeur.

Pour la première fois, les statistiques d'Eurosif intègrent quatre pays scandinaves, le Danemark, la Finlande, la Norvège et la Suède. Les deux plus importants sont la Norvège (208,8 milliards d'euros) et la Suède (191 milliards d'euros). Le premier d'entre eux étant le seul pays qui a développé une approche globale de l'ISR. On y trouve à la fois une sélection des entreprises les mieux positionnées sur le développement durable, une politique active auprès des entreprises pour les inciter à améliorer leurs pratiques sociales et environnementales et enfin une stratégie d'exclusion avec publicité en cas d'échec auprès des entreprises qui ont refusé de s'améliorer (voir articles liés).

En présentant les résultats de l'étude, Robin Edme, le président d'Eurosif, a rappelé l'engagement initial de ceux qui ont « inventé » l'ISR. Il doit, en principe, servir à encourager les entreprises à transformer leurs pratiques de façon pour qu'à performances financières égales, elles puissent dégager une « surperformance » environnementale et sociale !

A.C. Husson-Traoré
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Roberts scharfe finance durable Luxembourg ACHT

[Décryptage] Europe de la finance durable : la compétition prime sur la coopération !

Dommage collatéral de l’impulsion donnée à la finance durable par la Commission Européenne : un concours de places financières qui veulent chacune être plus durable que les autres avec des stratégies et des atouts différents. Paris, Londres et Luxembourg en font un axe important de leur attractivité...

BP assemblée générale

Les actionnaires de BP suivent l'avis de la direction et votent pour une résolution sur le climat

Helge Lund, le président de BP, a rédigé une tribune dans le Financial Times pour expliquer que la transformation de la compagnie pétrolière vers un modèle bas carbone est dans le meilleur intérêt de ses actionnaires. Et cette transformation doit se faire rapidement, plus l’entreprise attend et plus...

Olivier Guersent DG Fisma Commission europeenne LaureneChevanat Twitter

[Europe] L’Union européenne, moteur puissant pour le développement de la finance durable

Au crédit des institutions européennes, il faut porter l’incroyable impulsion donnée à la finance durable. En moins de trois ans, celle-ci est devenue un axe majeur de la politique de la Commission sur les marchés financiers. Elle est susceptible de transformer l’économie européenne, à condition que...

Manif climat pxhere

La Belgique, premier pays à s'emparer du Pacte Finance Climat

Plusieurs personnalités politiques belges se sont saisi des idées du Pacte finance climat. Poussées par les manifestations très suivies des lycéens et des citoyens du début de l’année, elles veulent notamment porter au niveau européen la création d’une banque pour le climat. Les élections...