Publié le 11 mars 2019

FINANCE DURABLE

En excluant le pétrole, le fonds norvégien entérine le principe du risque climatique pesant sur les marchés financiers

Quelque 134 entreprises du secteur de l’exploration et de la production de pétrole et gaz seront persona non grata dans le fonds souverain norvégien. Le ministère des Finances, sa tutelle, vient de prendre la décision d’une exclusion progressive de ce secteur du portefeuille du fonds. Et ajoute une mission pour le gestionnaire, qui devra renforcer la surveillance du risque climatique sur les autres participations du fonds. Un signal fort pour toute la communauté financière.

Norvege petrole 2
Si le parlement norvégien le confirme, le Government pension fund global n'investira plus dans les entreprises d'exploration et de production de pétrole et gaz.

Le secteur pétrole et gaz retenait son souffle depuis quelques mois. En novembre 2017, le fonds souverain norvégien aux 1 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion avait soumis l’idée de sortir de ce secteur, dont il tire pourtant toute sa richesse. Vendredi 8 mars, après plusieurs mois de réflexion et la réunion d’un comité d’experts, Siv Jensen, la ministre des Finances norvégienne, a fini par se ranger derrière l’analyse des dirigeants du Government pension fund global (GPFG) et de la banque de Norvège. Celui-ci devra sortir du capital des entreprises exploratrices et productrices de pétrole et de gaz, dès que le Storting, le parlement norvégien, aura voté la mesure.

"L’objectif est de réduire la vulnérabilité de notre richesse commune face à un recul permanent du prix du pétrole", explique la ministre des Finances. L’industrie pétrolière demeurera l’une des sources importantes des revenus de l’État, la Norvège étant le plus gros producteur d'hydrocarbures d'Europe de l'Ouest. Le gouvernement a d'ailleurs réaffirmé son intention de demeurer présent au capital d'Equinor (ex-Statoil), la compagnie pétrolière locale. C'est pourquoi le fonds a justement pour mission de diversifier les sources de revenus.

Une exclusion très ciblée

Le ministère des Finances ne procède pas pour autant à une coupe à la hache dans le secteur des énergies fossiles. Le GPFG devra exclure uniquement les entreprises spécialisées dans l’exploration et la production pétrolière et gazière, en se basant sur la classification établie par le fournisseur d’indices boursiers FTSE Russel. Cette exclusion se fera de manière graduelle, en consultation avec la banque centrale norvégienne.

Les autres entreprises du secteur énergie de FTSE Russell, à savoir les compagnies pétrolières et gazières intégrées, les entreprises de services pétroliers et les sociétés spécialisées dans les énergies renouvelables ne sont pas concernées. Le champ d’exclusion comprend en tout 134 entreprises, sur les 300 du secteur énergie, pour une valeur de 7 milliards d’euros d’actifs. Une seule société française fait partie du panel, l'opérateur pétrolier Maurel et Prom, à laquelle le GPFG n'est pas exposé.

La raison, pour le gouvernement norvégien, tient justement aux énergies renouvelables. Selon le rapport transmis par le ministère des Finances au Storting, le parlement norvégien, "les entreprises dont les énergies renouvelables ne constituent pas l’activité principale représenteront près de 90 % de la croissance des infrastructures d’énergies renouvelables cotées d’ici 2030. Si le secteur de l’énergie en entier est exclu, ou si le GPFG n’investit que dans les spécialistes des énergies renouvelables, cela peut limiter la capacité du fonds à bénéficier de cette croissance."

Une alerte rouge pour les autres investisseurs

Le fonds norvégien continuera donc d’investir en partie dans les énergies fossiles. Une société comme le Français Total (dont le GPFG détient 2,02 % du capital) ne fait ainsi pas partie de son champ d’exclusion. Mais l’annonce demeure majeure. Vu sa taille (il détient 1,4 % de la capitalisation boursière mondiale) et vu son expertise en investissement responsable, les moindres décisions du fonds norvégien sont observées à la loupe par le reste de la communauté financière. Il avait notamment été l’un des premiers, et sans doute le plus emblématique, à choisir de ne plus investir dans le charbon juste avant la COP 21 en 2015. Depuis, de nombreux autres investisseurs institutionnels lui ont emboîté le pas.

"La décision devrait être perçue comme une alerte rouge pour les banques privées et les investisseurs dont les actifs pétroliers et gaziers deviennent de plus en plus risqués et moralement intenables", assure ainsi Yossi Cadan, responsable "désinvestissement" de l’ONG 350.org. D’autant que l’avis du ministère des Finances comporte également un volet "climat". La Norges Bank, la banque centrale opératrice du fonds, est chargée de passer en revue le risque climat pour toutes les entreprises du portefeuille. Avec une mission claire : le gestionnaire du fonds doit renforcer ses relations avec les entreprises les plus exposées à ce risque.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


Pour aller plus loin

Risque carbone: le fonds norvégien doit-il exclure ou non les compagnies pétrolières?

Pour lutter contre le changement climatique, le fonds le plus riche du monde (870 milliards de dollars d’actifs) nourri par l’exploitation pétrolière devrait-il refuser d’acheter les actions des compagnies pétrolières ou de producteurs de charbon ? Le débat, ouvert en Norvège au début de...

Le fonds souverain norvégien, bâti sur les hydrocarbures, pourrait renoncer au pétrole et au gaz

C’est un signal majeur. Le fonds souverain norvégien, qui a bâti sa richesse sur l’exploitation pétrolière, pourrait bien renoncer aux hydrocarbures. Loin de toute considération environnementale, c’est une recommandation purement économique qui émane de la Banque de Norvège. Cela réduira...

Le fonds souverain norvégien attaqué sur sa stratégie d’investissement éthique

Le fonds souverain aux 1000 milliards de dollars d’actifs sous gestion se retrouve sous le feu des critiques des conservateurs norvégiens. La nouvelle coalition conservatrice au pouvoir s’alarme notamment du nombre de secteurs exclus du champ d’intervention du fonds, trop nombreux à son...

Le fonds souverain norvégien, le plus puissant au monde, s’engage contre la pollution plastique des océans

La pollution plastique des océans inquiète de plus en plus… à tel point que le plus gros fonds souverain au monde vient de s’engager à protéger les fonds marins. Un signal très important puisque celui-ci est présent dans plus de 9 000 entreprises à travers la planète.

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

BlackRock wikicommons 01

La médiatrice de l'UE ouvre une enquête sur un contrat attribué à BlackRock par la commission européenne

La médiatrice de l'Union européenne veut interroger la Commission sur sa décision d'attribuer un contrat à BlackRock. La mission du groupe américain consiste à réaliser une étude sur la prise en compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance dans la supervision bancaire.

Ouverture NYSE bourse coronavirus BryanRSmith AFP 01

[Effet post-Covid] L’investissement durable bénéficie d’un passeport d’immunité

On a pu craindre que la crise sanitaire fasse perdre de vue aux investisseurs les enjeux environnementaux et sociaux. C’est tout l’inverse ! Les fonds durables ont mieux résisté au choc et ont vu affluer les nouveaux investisseurs. La pandémie semble avoir accentué la tendance à l’investissement...

Angela Merkel et Emmanuel Macron plan de relance union europeenne Covid19 Kay NIETFELD POOL AFP

[Effet post-Covid] L’Union européenne attrape le virus de la solidarité

Véritable serpent de mer de la construction européenne, la dette communautaire a refait son apparition pendant la crise du Covid-19. Surprise, cette fois l’idée semble vouloir prendre racine et marque une esquisse de solidarité budgétaire européenne. Toute la semaine, Novethic revient sur les effets...

Terres agricoles CCO

GreenBack, la startup qui veut noter la qualité environnementale des sols agricoles

Une jeune startup vient de voir le jour pour établir un diagnostic de la santé des terres agricoles. GreenBack veut utiliser le Big Data et des relevés physiques dans les champs pour donner une note aux sols cultivés. Elle espère permettre aux entreprises de mieux surveiller la santé...