Publié le 06 juin 2019

FINANCE DURABLE

Crédit agricole adopte la tolérance zéro vis-à-vis du charbon et montre l'exemple aux autres banques françaises

Une exposition nulle au charbon d'ici 2050, conformément au scénario 1,5°C, un plan de fermeture des actifs d'ici 2021 obligatoire pour chacun de ses clients et une exclusion pure et simple de tous ceux qui miseraient encore sur de nouvelles capacités. Crédit agricole, jusqu'alors à la traîne sur les engagements climatiques, rafle la première place du podium avec une nouvelle politique climatique qui "fera date", selon les ONG.

La banque s’engage à réduire à zéro l'exposition de ses portefeuilles de financement et d'investissement au charbon d'ici 2030 dans les pays européens et de l'OCDE.
@CC0

Alors que les ONG viennent de lancer un nouvel assaut pour contraindre les banques françaises à désinvestir les énergies fossiles, Crédit agricole sort son épingle du jeu. Le groupe vient de publier une nouvelle stratégie climat qui "fera date" selon les termes mêmes des associations environnementales, connues pour leur intransigeance. Il adopte une tolérance zéro vis-à-vis du charbon.

La banque s’engage à réduire à zéro l'exposition de ses portefeuilles de financement et d'investissement au charbon d'ici 2030 dans les pays européens et de l'OCDE, d'ici 2040 en Chine et d'ici 2050 dans le reste du monde, selon le scénario 1,5°C de l’institut Climate Analytics. ING, Storebrand, ou encore Allianz ont déjà pris un engagement similaire mais Crédit Agricole est le premier acteur financier français à prendre un tel engagement. La banque publiera son exposition au charbon tous les ans à compter de fin 2019.

Plan de sortie du charbon obligatoire

Autre innovation, et cette fois c’est une première, l’établissement va exiger de ses entreprises clientes un plan de sortie du charbon d’ici 2021 aligné avec les objectifs cités ci-dessus qui repose non pas sur la vente des actifs mais sur leur fermeture. C'est un point majeur puisque de nombreuses entreprises tendent à privilégier la revente de leurs actifs sans avoir à gérer la reconversion des salariés ou la dépollution et renaturation de l’environnement.

Dès 2019, la banque ne développera pas de relation commerciale avec les entreprises tirant plus de 25 % de leur chiffres d'affaires du charbon (production et extraction). Les clients actuels de la banque ne pourront ainsi bénéficier que de “financements dédiés à des projets d’énergie renouvelable ou de réduction de gaz à effet de serre” si elles dépassent ce seuil et que leur note de transition est dégradée. 

Enfin, Crédit agricole va exclure toutes les entreprises qui suivront une trajectoire opposée en développant de nouvelles activités dans le charbon, et toute la chaîne de valeur est concernée (extraction, production d’électricité, commerce ou transport). En cela, c’est encore inédit puisque les autres banques se sont engagées à n’exclure que les activités de production d’électricité.

Deuxième investisseur européen dans les centrales à charbon

"Crédit Agricole est le deuxième investisseur européen dans le développement de centrales au charbon, avec un milliard d’euros d’obligations et d’actions détenues dans les entreprises inscrites sur la Coal Plant Developers List. Son engagement aura donc un impact très clair sur le bilan de la banque et sur le climat", notent les ONG. C’est d’autant plus vrai que cette nouvelle politique va s’appliquer à toutes les activités du groupe, y compris par exemple à sa branche de gestion d’actifs Amundi qui compte parmi les quinze plus importantes au monde avec 1 832 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

"Ce sont les meilleures pratiques jamais adoptées par l'industrie financière sur le secteur du charbon. Pour la première fois, une grande institution financière reconnaît l'urgence d'empêcher l'expansion du secteur du charbon, et de planifier et mettre en œuvre sa sortie. Crédit Agricole vient certainement de couper l'herbe sous le pied à AXA et BNP Paribas jusqu'à présent considérés leaders en matière climatique. Nous espérons que les engagements pris s'imposeront rapidement comme des nouvelles références et ne resteront pas des exceptions", commente Lucie Pinson des Amis de la Terre.

En novembre dernier, Bruno Le Maire appelait les acteurs financiers à en finir avec les activités les plus polluantes. Six mois plus tard, Crédit agricole prend incontestablement la tête du combat pour le climat en étant la seule à avoir une politique charbon alignée avec les objectifs de l’Accord de Paris. De son côté, Société générale a annoncé fin mai qu'elle arrêterait de traiter avec des entreprises dont plus de 50 % de l'activité est réalisée dans le charbon thermique ou n'ayant pas de stratégie de transition. Natixis a réduit ce seuil à 25 % et va publier une nouvelle politique charbon plus détaillée dans le mois. BNP Paribas, quant à elle, reste muette sur une possible révision de ses engagements.

Concepcion Alvarez, @conce1


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Emmanuel Macron aux PRI In Person 2019 PRI

Les investisseurs responsables des PRI répondent à l’appel du Président Macron pour sauver l’Amazonie

Dès la révélation des incendies massifs qui dévastent la forêt amazonienne, Emmanuel Macron a appelé à la mobilisation générale en faveur de ce poumon de la Terre. 230 signataires des PRI, des investisseurs responsables, représentant 16 200 milliards d’actifs, ont répondu présent et lancent auprès...

Libra facebook iStock CHENG FENG CHIANG

La cryptomonnaie Libra de Facebook fait l’unanimité… contre elle

Les représentants de la cryptomonnaie de Facebook ont rencontré un aéropage de banquier centraux. Dans une ambiance peu chaleureuse… Les gouvernements et les autorités de régulation financières ne cessent d’afficher leur inquiétude face au libra qui pourrait être une menace aussi bien pour la...

London Stock Exchange Manakin

La Bourse de Londres émet un non catégorique à l'offre de rachat par Hong Kong

La réponse du London Stock Exchange est claire et nette : c'est non. L'offre de rachat dans laquelle s'est lancée la Bourse de Hong Kong sur son homologue britannique est jugée trop basse par Londres. Le chinois met plus de 35 milliards d’euros sur la table pour racheter le London Stock Exchange....

TimeaNagy PRI

Esclavage moderne et investissement responsable : témoignage choc pour appel à l’action !

Un message fort a été adressé aux 1700 participants des PRI in Person, en clôture de cet évènement international organisé à Paris du 10 au 12 septembre : être un investisseur responsable, c’est aussi mettre l’accent sur le S des critères ESG en faisant de la lutte contre l’esclavage moderne une...