Publié le 24 avril 2019

FINANCE DURABLE

La mixité, le prochain combat de la finance durable

Des fonds thématiques sur la parité dans les entreprises commencent à voir le jour. Et ce n’est pas une mince affaire ! Les femmes continuent à rencontrer des difficultés à atteindre les fonctions de direction des entreprises. La société de gestion Mirova vient de créer un fonds à contre-courant des statistiques, qui investira dans les sociétés où les femmes prennent le pouvoir. Un univers d’investissement encore petit, mais que le gestionnaire espère voir grandir.

La mixité dans les fonctions de direction des entreprises devient un thème d'investissement pour les sociétés de gestion.
@BulatSilva

Le monde de la finance durable veut s’éloigner de "l’Old boys club", ces clubs réservés aux hommes blancs d'un âge certain. Des fonds d’investissement ayant pour thème la mixité dans les entreprises commencent à apparaître, pour permettre aux investisseurs de placer leur argent dans des sociétés plus inclusives. Dernier en date, le Women leaders equity fund de Mirova qui va investir dans une cinquantaine d’entreprises dans lesquelles les femmes sont bien représentées dans le management. Quelques semaines plus tôt, Nordea Asset Management avait de son côté lancé le Global gender diversity fund.

La tendance reste émergente. "Les questions des analystes sur ces sujets ? Je n’en vois aucune, s’étonne Astrid Panosyan, la directrice générale fonctions centrales groupe du spécialiste de l’immobilier commercial Unibail Rodamco Westfield. J’en vois sur les sujets climat et empreinte carbone, et pas seulement des investisseurs spécialisés. Mais j’aimerais avoir plus de pression externe sur le sujet de la mixité."

Surperformance financière

La question de la rentabilité de ces fonds thématiques ne se pose pourtant plus. Les équipes de Mirova l’évacuent d’emblée. "Il y a aujourd’hui beaucoup de littérature démontrant le lien entre la performance financière et la mixité", assure Mathilde Dufour, la responsable de la recherche ISR de Mirova, la société de gestion filiale du groupe Natixis.

Créé en mars 2006, Amazone euro fund, précurseur sur ce thème, a même permis de tester la théorie d’investissement. "Depuis la création du fonds, nous avons battu dix fois en treize ans notre benchmark, l’indice EuroStoxx 50", souligne Nicolas de Malézieux, analyste chez Ferri Gestion en charge du fonds. Le fonds Amazone investit dans une trentaine d’entreprises, principalement européennes, en prenant en compte l’équilibre femmes-hommes dans la composition du comité exécutif. Les analystes notent également la position hiérarchique occupée par les femmes, plus elle est élevée, meilleure sera la note.

Chez Mirova, le fonds va s’intéresser aux entreprises dans lesquelles le comité exécutif est composé au moins de 30 % de femmes, avec une femme directrice générale ou directrice financière. Et l’écart entre le nombre de femmes dans l’effectif global de l’entreprise et dans les fonctions de direction doit être inférieur à 15 %. La société de gestion va également suivre les politiques volontaristes de promotion de la mixité dans l’entreprise, ou encore les femmes placées à des postes clés.

Encore peu d’entreprises éligibles

Le terrain demeure pourtant encore difficile d’accès pour les investisseurs. Bloomberg, qui publie un Gender equality index, a certes vu le nombre de femmes atteignant des fonctions de direction augmenter de 40 % entre 2014 et 2017. L’indice Bloomberg est composé de 230 entreprises en 2019, plus du double de 2018. Mais selon Mirova, alors que 36 % des effectifs des entreprises mondiales sont des femmes, elles ne sont plus que 5 % au niveau des directions générales.

"Notre univers d’investissement est composé de 240 entreprises en tout. Ce n’est pas beaucoup, soupire Soliane Varlet, la gestionnaire du fonds Women Leaders de Mirova. Au départ, nous nous sommes posé la question de faire un fonds sur l’Europe, mais il n’y avait pas assez de valeurs, nous l’avons donc porté au niveau global." Les équipes de Mirova choisiront une cinquantaine d’entreprises parmi les 240 pour constituer leur fonds.

L’intérêt du monde de la finance pour la mixité devrait faire bouger les entreprises. C’est en tout cas le pari de Mirova qui a mis en place une politique d’engagement actionnarial pour challenger toutes les sociétés dans lesquelles elle investit sur la mixité. C’est aussi le pari du gouvernement japonais qui veut développer l’emploi des femmes pour lutter contre le vieillissement de la population active qui menace le pays. Le fonds de pension japonais (GPIF) a investi plusieurs milliards de dollars dans l’indice MSCI Japan empowering women en espérant participer à la transformation des entreprises japonaises.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

L'index sur l'égalité salariale, la nouvelle arme du gouvernement pour que les femmes gagnent autant que les hommes

Jour J pour les grandes entreprises. Elles ont jusqu'à ce soir minuit pour afficher leurs résultats sur l'égalité salariale entre les femmes et les hommes. Si les résultats sont trop mauvais, elles auront trois ans pour se rattraper, avant d'être sanctionnées financièrement. Le...

Seuls six pays, dont la France, accordent les mêmes droits aux femmes qu’aux hommes, selon la Banque mondiale

En 10 ans, l’égalité des droits entre les femmes et les hommes a progressé partout sur la planète mais trop lentement. Seuls six pays atteignent la parité parfaite sur les critères mesurés. Pour la Banque Mondiale, ces obstacles à la liberté de 2,7 milliards de femmes sont une entrave à la...

La société de gestion Meeschaert se lance dans le calcul de l’empreinte sociale de ses investissements

La société de gestion Meeschaert veut mieux connaître l’impact de ses investissements sur les salariés. Elle a développé sa propre méthode pour calculer l’empreinte sociale de son portefeuille et s’en sert désormais pour dialoguer avec les entreprises. Accidents du travail, turnover des...

Mixité en entreprise : "la dynamique est lancée"

Marie-Jo Zimmermann remettait hier les Grands Prix de la Mixité aux entreprises. Six ans après la promulgation de la loi Copé-Zimmermann sur la mixité dans les conseils d’administration, "le mouvement a irrigué tous les échelons de l’entreprise", assure la députée. Pourtant, les femmes...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Libra facebook iStock CHENG FENG CHIANG

La cryptomonnaie Libra de Facebook fait l’unanimité… contre elle

Les représentants de la cryptomonnaie de Facebook ont rencontré un aéropage de banquier centraux. Dans une ambiance peu chaleureuse… Les gouvernements et les autorités de régulation financières ne cessent d’afficher leur inquiétude face au libra qui pourrait être une menace aussi bien pour la...

London Stock Exchange Manakin

La Bourse de Londres émet un non catégorique à l'offre de rachat par Hong Kong

La réponse du London Stock Exchange est claire et nette : c'est non. L'offre de rachat dans laquelle s'est lancée la Bourse de Hong Kong sur son homologue britannique est jugée trop basse par Londres. Le chinois met plus de 35 milliards d’euros sur la table pour racheter le London Stock Exchange....

TimeaNagy PRI

Esclavage moderne et investissement responsable : témoignage choc pour appel à l’action !

Un message fort a été adressé aux 1700 participants des PRI in Person, en clôture de cet évènement international organisé à Paris du 10 au 12 septembre : être un investisseur responsable, c’est aussi mettre l’accent sur le S des critères ESG en faisant de la lutte contre l’esclavage moderne une...

Ursula von der leyen PE

Le climat et la finance durable au sommet de la nouvelle commission européenne, présentée par Ursula von der Leyen

La nouvelle commission européenne a été révélée par la Présidente Ursula von der Leyen le mardi 10 septembre. Au rang des priorités, l’Allemande réaffirme la place du climat avec une vice-présidence confiée à Frans Timmermans en charge du Green Deal européen. Les sujets des Gafa et de la finance...