Publié le 05 septembre 2018

FINANCE DURABLE

La "clause Weinstein" prend de l’ampleur à Wall Street

Le célèbre producteur Harvey Weinstein, accusé de viols et d'agressions sexuelles, prête malgré lui son nom à une nouvelle disposition surnommée la "clause Weinstein". Introduite ces derniers mois dans plusieurs contrats d'achats d'entreprises, elle garantit aux investisseurs que la société convoitée ne couvre pas de scandale sexuel. Un moyen de se prémunir contre les risques financiers.

Une nouvelle disposition surnommée la "clause Weinstein" est introduite dans des contrats d'affaires à Wall Street pour limiter le risque financier en cas de harcèlement sexuel.
@Pixabay

Le mouvement MeToo aura donc eu des répercussions jusque dans les bureaux de Wall Street. Selon l’agence de presse Bloomberg, une nouvelle clause est apparue ces derniers mois dans les contrats d’affaires. Son nom ? La "clause Weinstein" du nom du producteur, accusé de viols et agressions sexuelles par de multiples actrices. Inculpé pour viol, il pourrait être prochainement poursuivi pour trafic sexuel par l’actrice britannique Kadian Noble.

Une clause pour se prémunir des scandales sexuels 

Pour se prémunir de ces scandales dans le cas du rachat d’une société, les conseillers financiers et avocats de Wall Street ont introduit une clause qui garantit à l’acquéreur qu’aucun scandale sexuel ne touche l’entreprise qu’il convoite. "À notre connaissance, au sein de la société rachetée, aucune accusation de harcèlement sexuel n’a visé un quelconque directeur, administrateur ou cadre (…)", déclare ainsi dans son contrat la société de tapas Bartecas racheté en juin par le groupe Del Frisco’s.

Au total, Bloomberg a dénombré sept rachats ayant introduit cette clause Weinstein. Le PDG de la banque d’affaires Drake Star Partners, Gregory Bedrosian, a ainsi affirmé à Bloomberg l’avoir introduit dans plusieurs de ces contrats. Dans certains cas, cette clause peut permettre aux investisseurs de récupérer une partie ou en totalité l’argent qu’ils ont déboursé si un scandale sexuel survenait dans la société rachetée.

Le harcèlement sexuel, un risque financier 

Cette clause fait écho à d’autres initiatives prises ces derniers mois dans le monde de la finance. En juin, l’immense fonds de pension américain Calpers, qui gère 355 milliards de dollars d’actifs, a demandé aux sociétés de gestion de dévoiler les affaires de harcèlement en cours et passées.

De même, le Lacera, Los Angeles County Employees Retirement Association, qui gère 56 milliards de dollars, a d’ailleurs ajouté les risques de harcèlement sexuel dans ses contrats de gestion. Les violences sexuelles deviennent un risque financier pour les entreprises.

Marina Fabre @fabre_marina


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Emmanuel Macron aux PRI In Person 2019 PRI

Les investisseurs responsables des PRI répondent à l’appel du Président Macron pour sauver l’Amazonie

Dès la révélation des incendies massifs qui dévastent la forêt amazonienne, Emmanuel Macron a appelé à la mobilisation générale en faveur de ce poumon de la Terre. 230 signataires des PRI, des investisseurs responsables, représentant 16 200 milliards d’actifs, ont répondu présent et lancent auprès...

Libra facebook iStock CHENG FENG CHIANG

La cryptomonnaie Libra de Facebook fait l’unanimité… contre elle

Les représentants de la cryptomonnaie de Facebook ont rencontré un aéropage de banquier centraux. Dans une ambiance peu chaleureuse… Les gouvernements et les autorités de régulation financières ne cessent d’afficher leur inquiétude face au libra qui pourrait être une menace aussi bien pour la...

London Stock Exchange Manakin

La Bourse de Londres émet un non catégorique à l'offre de rachat par Hong Kong

La réponse du London Stock Exchange est claire et nette : c'est non. L'offre de rachat dans laquelle s'est lancée la Bourse de Hong Kong sur son homologue britannique est jugée trop basse par Londres. Le chinois met plus de 35 milliards d’euros sur la table pour racheter le London Stock Exchange....

TimeaNagy PRI

Esclavage moderne et investissement responsable : témoignage choc pour appel à l’action !

Un message fort a été adressé aux 1700 participants des PRI in Person, en clôture de cet évènement international organisé à Paris du 10 au 12 septembre : être un investisseur responsable, c’est aussi mettre l’accent sur le S des critères ESG en faisant de la lutte contre l’esclavage moderne une...