Publié le 13 mai 2019

FINANCE DURABLE

La Banque Mondiale veut concilier extraction minière et action climatique

La Banque Mondiale a lancé un fonds doté de 50 millions de dollars destiné à investir dans des sites miniers situés dans les pays en développement. Il vise à accompagner la transition énergétique en finançant l’extraction de minerais et métaux nécessaires aux énergies vertes. Il prévoit d’instaurer des pratiques responsables dans un secteur pourtant connu pour ses nombreuses atteintes à l’environnement et aux droits humains.

Mine de cuivre et d 'or de Grasberg en Indonésie.
@Joster69

La Banque Mondiale va gérer un fonds pour financer l’extraction des minerais nécessaires pour la transition énergétique. Elle a réuni 50 millions de dollars auprès d’investisseurs privés et publics comme Rio Tinto, Anglo American et le gouvernement allemand qu’elle investira dans les cinq prochaines années dans des mines situées dans les pays émergents.

La fabrication d’éoliennes, de panneaux solaires ou encore de batteries pour les véhicules électriques ou le stockage d’énergie nécessite des volumes croissants de certains matériaux, ce qui est source de pollution. La Banque Mondiale estime que, si les pays respectent les objectifs de l’Accord de Paris, la demande pour des minerais comme le lithium devrait augmenter de 965 % d’ici 2050, celle pour le graphite de 383 % et pour le nickel de 108 %.

Promouvoir des pratiques responsables

Le nouveau fonds entend mettre l’accent sur les pratiques des sites miniers, pour faire en sorte que l’extraction et la transformation des minerais et des métaux respectent l’environnement. Les experts de l’institution internationale veulent également intervenir au niveau des autorités des pays en développement pour améliorer le cadre de la filière d’extraction et de transformation des minerais. Les projets financés pourront notamment avoir pour objectif d’utiliser eux-mêmes des énergies renouvelables pour diminuer leur empreinte carbone, ou encore de réduire leur utilisation d’eau ou leur impact sur la déforestation.

La partie s’annonce cependant difficile pour la Banque Mondiale. Les sites d’extraction de minerais pour les technologies propres font partie des plus controversés en termes de risques ESG (environnementaux, sociaux, gouvernance), comme l’illustre une étude récente de Novethic "Industrie minière : un gisement intarissable de risques ESG". Beaucoup de sites miniers actuels engendrent un impact important sur l’environnement, étant donné les techniques nécessaires au traitement des minerais.

Des risques ESG importants

L’aspect social est également régulièrement montré du doigt. Amnesty International a notamment dénoncé le recours au travail des enfants pour l’extraction du cobalt en République Démocratique du Congo, ce métal étant utilisé pour la fabrication des batteries des véhicules électriques. De même, les "minerais de conflit" (étain, tantale, tungstène et or) issus de zones à risques font l’objet d’une surveillance particulière, leur commerce pouvant servir à financer des groupes armés. Un règlement européen entrant en vigueur en 2021 obligera ainsi les entreprises importatrices de ces minerais à adhérer aux méthodes d’approvisionnement responsable définies par l’OCDE.

La Banque Mondiale compte s’appuyer sur ses experts techniques pour s’assurer que les projets dans lesquels le fonds investit minimiseront leur empreinte sociale et environnementale. Reste que, selon l’organisation américaine Earthworks, la Banque Mondiale se trompe de priorité. Earthworks a envoyé une lettre à l’institution financière internationale, signée par une cinquantaine d’ONG, pour exprimer leur désaccord avec le financement de nouveaux sites miniers.

Selon Payal Sampat, le directeur du programme Extraction minière d’Earthworks, "l’extraction traditionnelle n’est pas la réponse" au développement des énergies renouvelables. "Une véritable stratégie climat mettrait la priorité sur le recyclage, la réutilisation, la substitution et les changements d’habitude de consommation avant de nouvelles mines", estime-t-il.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

[Édito vidéo] La voiture électrique ne va pas mettre fin à la pollution, elle va juste la rendre invisible

De nombreuses politiques publiques soutiennent massivement l’essor des véhicules électriques à travers le monde. Cela va rendre nos villes plus saines et plus propres. En revanche, l’essentiel de la pollution due à la production des batteries et à la génération de l’électricité va être...

La transition énergétique ouvre une nouvelle page de l’histoire minière française

C’est la face cachée de la transition énergétique, celle qu’on ne veut pas regarder de trop près car elle dérange. Dans nos éoliennes, nos panneaux solaires ou encore dans les batteries de nos voitures électriques, il y a des métaux stratégiques extraits pour la grande majorité en Chine...

Mis sous pression par ses investisseurs, le géant minier Glencore va limiter sa production de charbon

Glencore ne sort pas du charbon. Mais en annonçant, à la surprise générale, sa volonté de plafonner sa production, c’est presque tout comme. Poussé par des investisseurs à aligner sa stratégie avec l’Accord de Paris, le Suisse va se concentrer sur le charbon premium, plus résilient et plus...

Extrêmement vulnérable, le lithium pourrait mettre en péril l’essor des véhicules électriques

Le lithium est abondant sur Terre. Tant mieux car il est indispensable pour la fabrication des batteries des véhicules électriques. Néanmoins, la concentration des gisements géologiques et des outils de production dans quelques pays, dont les politiques économiques sont incertaines, fait...

Cobalt : la RDC promulgue son nouveau code minier malgré les inquiétudes des multinationales

L'intense campagne de lobbying des multinationales n'y a rien fait : le président congolais Joseph Kabila a bien promulgué le nouveau code minier qui doit multiplier par cinq la taxe sur le cobalt pour officiellement rapporter des ressources fiscales à la République démocratique du Congo....

Tesla veut supprimer le cobalt de ses voitures électriques, un défi en matière de compétitivité et de droits humains

Le fabricant de voiture électrique Tesla veut diminuer massivement l’utilisation du cobalt dans ses voitures. Un objectif qui permet de diminuer l’exposition de la marque aux risques de ce marché sous forte tension due à une demande exponentielle, mais aussi de rendre sa chaîne...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Bruno Le Maire AFP Eric Piermont jpg

G7 Finance : la France veut accélérer le développement de la finance verte

Le gouvernement français, dans le cadre de la présidence française du G7, veut rendre le capitalisme plus durable. Réunis à Chantilly, les ministres des finances du groupe des sept pays les plus riches vont discuter des moyens pour réorienter les flux financiers vers une économie bas carbone. Au...

Collective Climate Justice Bale credit suisse

Les banques suisses dans le viseur des activistes du climat

Le calme et la discrétion des banques suisses ont été rompus le lundi 8 juillet. Un collectif d’activistes pour le climat est venu occuper l’entrée des sièges sociaux du Crédit Suisse, à Zurich, et d’UBS, à Bâle, avant d’être délogés par les forces de l’ordre. Ils dénoncent les quelque 83 milliards...

Aux États-Unis, des milliardaires veulent payer plus d’impôts...et financer une économie bas carbone

Près d’une vingtaine de grandes fortunes américaines militent pour un impôt ciblé sur les Américains les plus riches. Ils ont envoyé une lettre aux futurs candidats aux prochaines élections présidentielles pour leur demander de soutenir leur initiative. Les revenus fiscaux supplémentaires dégagés...

One Planet Coalition Fonds souverain juillet2019 DR

Huit gérants d’actifs internationaux s’associent aux fonds souverains pour orienter la finance vers le climat

Emmanuel Macron a de nouveau réuni les plus grands fonds d’investissements internationaux à l’Élysée pour les inciter à financer la lutte contre le réchauffement climatique. Huit gérants d’actifs, représentant 15 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, ont décidé de rejoindre la coalition...