Publié le 22 août 2014

FINANCE DURABLE

L’optimisation fiscale, un épouvantail pour investisseurs responsables

Les investisseurs responsables commencent à s’interroger sur l’optimisation fiscale effrénée des multinationales. Cette stratégie visant à limiter au maximum le paiement d’impôts dans certains pays a longtemps été considérée comme un facteur d’attraction pour les actionnaires. Mais elle devient progressivement un risque : c’est ce que montrent les sanctions des consommateurs et l’analyse des signataires des Principes pour l’investissement responsable (PRI).

Carte mondiale localisant les paradis fiscaux répertoriés par l'OCDE
© Vanessa Gouge ia / AFP

Plus de 800 signataires des Principes pour l’investissement responsable – PRI – (www.unpri.org), qui s’engagent à intégrer des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans la gestion financière, s’inquiètent des risques que posent les stratégies d’optimisation fiscale effrénée des multinationales. Selon les chiffres de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), certaines d’entre elles ne paient que 5 % de taxes contre 30 % en moyenne pour les petites et moyennes entreprises. C’est particulièrement vrai pour les entreprises numériques

Or ces pratiques deviennent choquantes pour les citoyens consommateurs ; ils se détournent des marques qui les adoptent. En Angleterre par exemple, Amazon n’a versé en 2012 que 0,01 % de taxes pour les 5,4 milliards d’euros de chiffre d’affaires qu’elle a réalisé. Du coup, Ethical Consumer a appelé les clients britanniques à se détourner du site en ligne dans le cadre de sa campagne sur les taxes équitables. Conséquence: les libraires indépendants ont noté une hausse de leur chiffre d’affaires.

 

Les abus sanctionnés par les clients

 

Starbucks, mise à l’index à l’automne 2012 pour ne pas avoir acquitté d’impôts sur les entreprises en Grande-Bretagne les trois années précédentes, a vu son bénéfice reculer pour la première fois en 2013 après 16 années de croissance. Ces signaux, encore faibles, peuvent être amplifiés par les changements de législations qui se préparent au plan national ou européen pour limiter les excès. Les investisseurs responsables qui s’emparent du sujet n’en sont qu’au démarrage de leurs analyses. "Ils commencent à considérer l’optimisation fiscale comme un risque concret, explique Fiona Reynolds, directrice exécutive des PRI. Cela les conduit à poser des questions aux entreprises pour mieux comprendre leur stratégie, et à mesurer son impact."

En France le sujet émerge aussi progressivement. Deux mouvements réunissant des investisseurs responsables ont organisé des réunions publiques sur le sujet pour lancer le débat. En avril, l’association Ethique et Investissement se demandait quelle était la finalité de l’optimisation fiscale et jusqu’où pouvait-elle aller

 

Poser les limites

 

En juillet, le Réseau des administrateurs pour l’investissement responsable  (RAIR) organisait une journée de séminaire sur "les pratiques d’évasion et abus d’optimisation fiscale des grandes entreprises cotées". L’un de ses membres, Eric Loiselet, expliquait dans l’Essentiel de l’ISR: "Nous nous intéressons à l’optimisation fiscale excessive parce que les entreprises qui soustraient aux Etats des ressources aussi importantes fragilisent la durabilité des économies des pays dans lesquels elles opèrent. Nous constatons aussi que  la logique de transferts d’actifs entre les filiales des groupes et/ou la  relocalisation de sièges sociaux dans des paradis fiscaux peuvent fragiliser la rémunération des salariés."

Les premières études montrent que l’optimisation fiscale excessive n’est pas l’apanage des entreprises numériques, mais concerne tous les secteurs. Elle devrait donc devenir un thème d’engagement actionnarial important au moins pour obtenir des entreprises un reporting pays par pays des montants des taxes dont elles s’acquittent. 

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


Pour aller plus loin

La Russie, zone d’exclusion pour les investisseurs responsables

Malgré un récent accord diplomatique pour une résolution de crise en Ukraine,  les menaces militaires de Vladimir Poutine contre Kiev donnent corps aux projets de sanctions économiques contre la Russie. Rejoindra- t-elle les pays sur liste noire comme l’Iran ou, en son temps, l’Afrique du...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...