Publié le 28 avril 2011

FINANCE DURABLE

L'ISR en France pèse 68,3 milliards d'euros

L'enquête annuelle de Novethic sur le marché français de l'ISR mesure sa taille exacte, le rapport entre investisseurs particuliers et institutionnels, les parts respectives de l'épargne salariale, des fonds ISR et des mandats de gestion. Avec 68,3 milliards d'euros d'encours pour 2010, la croissance reste forte, de l'ordre de 35 %.

133677_GF.jpg

Le centre de recherche ISR de Novethic publie le 28 avril 2011, les chiffres de son enquête annuelle auprès des acteurs du marché français de l'ISR. Après avoir dépassé les 50 milliards d'euros en 2009, les encours ISR grimpent à 68,3 milliards d'euros à fin 2010, soit une progression de +35%. Durant la même période, le marché global français progressait vingt fois moins vite (+1,7% d'après l'Association Française de Gestion financière). Contrairement à l'année dernière, qui avait enregistré des renversements de tendance comme le regain de forme des investisseurs particuliers, la croissance de 2010 est relativement homogène par type d'investisseurs et par type de gestions. La part des investisseurs particuliers reste stable à 30% du marché (31% en 2009) contre 70% pour les institutionnels. La gestion collective (les fonds ouverts) progresse légèrement de 57% en 2009 à 59% en 2010, contre 41% pour la gestion dédiée (mandats donnés par des investisseurs institutionnels pour gérer des encours en ISR).

Les conversions de fonds à l'ISR se poursuivent

La gestion collective a connu une croissance de +39%, essentiellement due à la conversion de quelques grands fonds à l'ISR. En effet, la performance financière des fonds a eu une contribution marginale (+0,5 milliards d'euros) moins important qu'en 2009 (+1,6 milliards d'euros). Le constat est plus mitigé pour la collecte des fonds, qui passe de +3,4 milliards d'euros en 2009 à -2 milliards d'euros en 2010. Les souscriptions sur les fonds obligataires et diversifiés (+500 et +250 millions d'euros respectivement) ne parviennent pas à compenser la décollecte massive des fonds monétaires (-2,35 milliards). La croissance positive du marché repose donc pour l'essentiel sur la conversion à l'ISR de fonds existants. Elle représente +10,4 milliards d'euros.

L'épargne salariale ISR, un créneau toujours porteur

Avec une croissance de +47%, l'épargne salariale ISR s'établit à 9,6 milliards d'euros et représente désormais plus de 18% des encours d'épargne salariale diversifiée, contre 13% il y a un an. Un euro sur 6 placé en épargne salariale est ISR et c'est important puisque c'est le seul vrai marché dynamique de commercialisation de l'ISR auprès d'épargnants particuliers.
L'intégration ESG, des pratiques de plus en plus structurées
Au-delà de la progression des encours des fonds ISR, l'enquête montre également une diffusion croissante de la prise en compte de critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) dans la gestion sans pour autant donner lieu à l'utilisation systématique de ces critères. Trois approches sont recensées : la mise à disposition d'informations extra-financières pour l'ensemble des équipes de gestion (elle concerne plus de 2500 milliards d'euros), l'organisation d'échanges réguliers entre équipes financières et ISR qui permettent de diffuser la culture ESG. Enfin, la notation ex post est en forte progression en 2010. Cette pratique consiste à évaluer la note ESG globale d'un portefeuille existant qui n'est pas soumis à des contraintes ISR. Elle concerne au moins quinze sociétés de gestion et plus de 500 milliards d'euros d'encours, contre un peu plus de 100 milliards d'euros en 2009.


L'alliance de politiques de conversion de fonds existants au sein de grandes sociétés de gestion et du développement de démarches d'intégration ESG de plus en plus structurées permettent d'imaginer que dans les années à venir le poids et l'importance stratégique de l'ISR devraient continuer à se développer à un rythme soutenu.

Le centre de recherche ISR de Novethic
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

énergies renouvelables éoliennes panneaus solaires photovoltaique istock ll28

À la place des green bonds, Enel priorise l’émission de SDG bonds, dédiés à l'atteinte des Objectifs de développement durable

Début septembre, le groupe énergétique italien Enel émettait le premier SDG bond, soit la première obligation liée à des indicateurs contribuant aux Objectifs de développement durable (ODD). Un moyen de financement qui, après et avec les green bonds, pourrait prendre de l’ampleur dans les prochaines...

Unicredit banque

[Décryptage] Financiariser la finance supprime des dizaines de milliers d’emplois dans le secteur bancaire

Depuis le début de l’année, le secteur bancaire a supprimé 44 000 emplois. Un mouvement qui se fait à la faveur d’une banque sans humain. Mais, s’affranchissant de leurs ressources humaines, les banques se mettent en risque. Les algorithmes gérant à la nanoseconde des portefeuilles ne gèrent pas...

Epargne pxhere com

[Indicateur Novethic] L’offre de fonds durables explose mais gare au manque de clarté

L’offre de fonds durables grandit. L’indicateur Novethic recense 531 fonds au 30 juin 2019, totalisant 185 milliards d’euros d’encours en augmentation de 27 %. Cette progression suit la demande toujours plus forte pour des produits responsables. Mais elle s’accompagne également d’un foisonnement...

Drapeau europe

La candidature de Sylvie Goulard, experte de la finance durable, à la Commission européenne est rejetée

Gros revers pour la France, sa candidate au poste de Commissaire européen a été rejetée par le Parlement. L’intégrité de Sylvie Goulard, ex-ministre et députée européenne, actuelle sous-gouverneure de la Banque de France, est interrogée par les eurodéputés car elle est citée dans une affaire...