Publié le 19 mai 2008

FINANCE DURABLE

L'ISR, axe stratégique pour la place financière de Paris

Paris Europlace, l'organisation de promotion de la place financière de Paris, a présenté, le 14 mai, les conclusions d'un rapport contenant 11 propositions pour que la capitale française favorise le développement de l'Investissement Socialement Responsable (ISR). L'objectif est d'en faire un axe de son positionnement mondial pour concurrencer, dans ce domaine, Londres, Amsterdam ou Genève.

116065_GF.gif

Présidée par Antoine de Salins, membre du directoire du Fonds de Réserve des Retraites, la commission « Investissement Socialement Responsable » de Paris Europlace a travaillé plusieurs mois à la rédaction du rapport, rendu public le 14 mai 2008. « Même si les chiffres augmentent (22, 1 milliards d'euros en 2007 en France soit 30 % d'augmentation sur l'année) les fonds ISR occupent une part modeste de l'ensemble du marché », explique Antoine de Salins. « Mais l'émergence d'un consensus sur le réchauffement climatique et ses conséquences économiques est l'une des raisons qui crée un mouvement d'entraînement de la prise en compte des facteurs extra-financiers dits Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG). »
La commission, composée d'une vingtaine de membres, spécialistes de l'ISR, issus de sociétés de gestion et de courtage, représentants de grands investisseurs engagés et d'organisations de promotion, a du trouver des propositions fédératrices. Les débats ont été animés entre ceux qui pensent que devraient émerger des dispositifs législatifs pour mieux développer l'ISR et ceux qui plaident pour une autorégulation par les professionnels.

Plus grande transparence

Le rapport final propose trois axes de travail pour la place financière qui ont été validés par Paris Europlace. Premier axe : « faciliter la prise en compte de critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) dans le processus d'analyse et de décision des investisseurs. ». Concrètement, les recommandations proposées vont toutes dans le même sens, celui d'une plus grande transparence de tous les acteurs. « La financiarisation de l'économie conduit à de nouvelles interrogations de toutes les parties prenantes », a précisé Antoine de Salins, le président du groupe de travail. « Il y a d'un côté une attente immense des investisseurs, qu'ils soient particuliers ou institutionnels, demandant plus de cohérence entre les valeurs morales et les placements, et de l'autre un déficit de pédagogie des grands réseaux prescripteurs ». Paris Europlace veut donc à la fois encourager la France à adopter une obligation de reporting annuel, pour tous les grands investisseurs, sur les modalités de prise en compte des critères ESG, mettre en place des actions de formation des réseaux de distribution et enfin améliorer l'information à destination des particuliers sur les fonds ISR.
Second axe : « Clarifier et renforcer le dialogue avec les entreprises pour favoriser la diffusion d'informations extra financières afin de permettre aux investisseurs de mieux apprécier les atouts et les risques des entreprises ». Celui-ci concerne le rôle des actionnaires qui, selon les propositions de Paris Europlace, doivent s'efforcer d'inciter les directions d'entreprises à rendre compte de leur politique sociale et environnementale et de leur stratégie de gestion de risques dans ce domaine. L'autre idée est de contribuer à ne plus cantonner aux seules questions de gouvernance l'exercice du droit de vote.
Troisième axe : « Faire de la place de Paris un pôle d'excellence européen de l'ISR, de la finance et du développement durable » en s'appuyant et en diffusant les Principes pour l'Investissement Responsable des Nations-Unies.( voir article lié)
« Nous passons à une autre dimension avec ce rapport » a conclu Arnaud de Bresson, délégué général de Paris Europlace. « Nous avons de nombreux atouts en faveur de l'ISR en France, des gestionnaires engagés, des agences de notation extra-financière, des associations, autant d'atouts dans la compétition internationale que nous voulons engager. »

A.C. Husson-Traoré
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Panneaux solaires Pixabay

[Investir près de chez vous] Le crowdfunding rend accessible l’investissement direct dans les énergies renouvelables

Le financement des énergies renouvelables passe de plus en plus par le crowdfunding. Un moyen pour les épargnants de voir, concrètement, à quoi sert leur épargne et de financer en direct l’économie verte. Cette semaine, Novethic fait le tour des solutions qui permettent d’épargner de manière verte...

Epidemie Ebola OMS

Ebola : La Banque mondiale est incapable de débloquer les fonds pour lutter contre l’épidémie

Alors que l’épidémie d’Ebola se propage en République Démocratique du Congo (RDC), la Banque Mondiale suscite des interrogations car elle n’est pas en mesure de débloquer les fonds d’urgence levés sur les marchés précisément pour circonscrire une situation de pandémie.

Foret Pixabay

[Investir près de chez vous] EcoTree fait pousser des arbres avec votre épargne comme engrais

Vous n’avez pas les moyens de vous acheter une forêt ? Les trois jeunes fondateurs d’Ecotree démocratisent cet investissement réputé très traditionnel. Ils achètent des forêts en France, les gèrent de manière durable et proposent aux épargnants d’acheter un ou plusieurs arbres en échange d’un...

Cyclone pixabay comefreak

[Coup de chaud] Quand le changement climatique bouscule la finance

La crise climatique pourrait conduire à l’effondrement du système financier, selon des chercheurs anglais. Si le secteur commence à prendre conscience de l’ampleur du sujet et à mettre en place certaines mesures, celles-ci sont encore loin d’être suffisantes. En 2019, le changement climatique a...