Publié le 10 novembre 2016

FINANCE DURABLE

L’investissement responsable européen grandit mais reste très divers

Les chiffres de l’investissement responsable européen ont été publiés le 10 novembre à Bruxelles. Ils montrent, en 2015, une forte croissance de toutes les pratiques et la montée en puissance des investisseurs particuliers, qui détiennent près du quart des encours intégrant à un titre ou un autre des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG).

Les responsables des forums européens pour l’investissement responsable se sont réunis le 10 novembre à Bruxelles pour dévoiler les résultats de la dernière étude d’Eurosif.
Anne-Catherine Husson-Traore / Novethic

Les responsables des forums européens pour l’investissement responsable faisaient table commune ce 10 novembre à Bruxelles. Ils étaient réunis pour dévoiler les résultats de la dernière étude d’Eurosif à un public de spécialistes. 

Les chiffres de l’investissement responsable sont bons. Ils témoignent du terrain gagné par l’intégration de critères ESG dans la gestion financière en Europe, même si les situations restent très variées en fonction des pays et des pratiques.

La progression la plus forte est relevée sur l’impact investing (proche de la finance solidaire française). Les Pays-Bas sont les acteurs dominants de ce marché, qui atteint  près de 100 milliards d’euros et a augmenté de 120% entre 2013 et 2015.


Il est suivi sur le podium par l’investissement thématique sur des sujets environnementaux ou sociaux. Celui-ci a augmenté de 57%, pour dépasser les 145 milliards d’euros.

Ces deux tendances sont cohérentes avec le mouvement qu’avait identifié le centre de recherche de Novethic (qui a réalisé la partie française de l’étude d’Eurosif) en publiant ses chiffres annuels. L’ISR de conviction, celui qui cherche un impact social ou environnemental et propose des produits financiers investis dans des entreprises en cohérence avec ces objectifs, séduit les investisseurs et plus spécifiquement les particuliers. Ceci explique sans doute leur poids nouveau dans le marché européen. Ils détiennent désormais plus de 22% des encours (contre 3,4% en 2013 et 5,9% en 2011). 

 

Prime à l’exclusion

 

Les pratiques traditionnelles de l’investissement responsable progressent elles aussi, mais dans une moindre mesure. En Europe, l’exclusion reste, de loin, la technique la plus répandue.

Plus de 10150 milliards d’euros sont interdits d’investissement dans certaines activités controversées, comme les mines antipersonnel ou le nucléaire, et plus de 5000 milliards d’euros sont soumis à des règles visant à éviter les entreprises les plus controversées pour des raisons sociales ou environnementales.

Quant à l’intégration de critères ESG dans la gestion financière, elle a augmenté de 18% et est désormais appliquée sur plus de 2600 milliards d’euros. 

 

Best in class et solitude française

 



La France reste la championne incontestée (et un peu seule) du Best in class, qui consiste à sélectionner les entreprises les mieux notées dans tous les secteurs, sans exclusion. Les encours soumis à cette stratégie y dépassent les 300 milliards d’euros, pour un marché européen qui n’atteint pas les 500 milliards d’euros. Il faut souligner l’émergence d’un marché de l’investissement responsable en Pologne, où le best in class a augmenté de 2894% depuis la dernière édition de l’étude d’Eurosif, en passant de 3 millions à… 2,7 milliards d’euros ! L’investissement thématique y est par ailleurs la technique la plus répandue, avec 3,7 milliards d’euros d’encours.

Au-delà des chiffres, pour que l’investissement responsable change d’échelle et contribue à réorienter la finance vers une économie plus durable, il va devoir s’intégrer au cadre règlementaire européen. Il est très intéressant de noter que les travaux de construction de l’Union du marché des capitaux mettent à l’étude une future intégration de dimensions ESG et ont pour cela annoncé la création d’un groupe de travail d’experts chargé de faire des propositions dès 2017. Sa composition est en cours.

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


Pour aller plus loin

Climat : la finance verte rassemble ses forces

À quelques jours de la COP22, le mouvement des investisseurs mobilisés sur le climat continue à s’étendre. Alors que les initiatives se multiplient, la finance verte est devenue un sujet de compétition entre places financières. Les ONG, de leur côté, ne désarment pas et continuent de...

Risques ESG : "l’important est d’évaluer la qualité des relations entre l’entreprise et ses fournisseurs"

Si les investisseurs s’intéressent de plus en plus aux risques liés aux droits humains dans la chaîne d’approvisionnement, il s'agit surtout des investisseurs responsables (ISR). Pour évaluer les entreprises, Francesca Suarez, analyste ISR, spécialiste de la chaîne d’approvisionnement chez...

Climat : les investisseurs restent mobilisés

Il faut accélérer le débat sur la transition énergétique. Tel était le message adressé au G20 par 130 investisseurs pesant 13 000 milliards de dollars dans une lettre ouverte publiée fin août. Au-delà de ce message, où en sont-ils dans la réorientation de leurs investissements vers une...

Éditorial vidéo : "l'ISR de conviction doit gagner du terrain"

L'investissement responsable en France pèse 746 milliards d'euros, dont les trois quarts sont gérés avec un impact limité sur la composition des portefeuilles. Les encours ISR dit "de conviction", qui donne un poids déterminant à l'analyse environnementale et sociale, ne pèsent que 7 %.

Climat : les meilleurs reporting financiers récompensés

Deux semaines avant la COP 22, Ségolène Royal a dévoilé, le 28 octobre, le palmarès des lauréats du premier prix dédié au reporting climat. L'occasion d'entretenir la mobilisation des investisseurs responsables sur ce thème. La moitié des candidats ont reçu une récompense au cours d'un...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

énergies renouvelables éoliennes panneaus solaires photovoltaique istock ll28

À la place des green bonds, Enel priorise l’émission de SDG bonds, dédiés à l'atteinte des Objectifs de développement durable

Début septembre, le groupe énergétique italien Enel émettait le premier SDG bond, soit la première obligation liée à des indicateurs contribuant aux Objectifs de développement durable (ODD). Un moyen de financement qui, après et avec les green bonds, pourrait prendre de l’ampleur dans les prochaines...

Unicredit banque

[Décryptage] Financiariser la finance supprime des dizaines de milliers d’emplois dans le secteur bancaire

Depuis le début de l’année, le secteur bancaire a supprimé 44 000 emplois. Un mouvement qui se fait à la faveur d’une banque sans humain. Mais, s’affranchissant de leurs ressources humaines, les banques se mettent en risque. Les algorithmes gérant à la nanoseconde des portefeuilles ne gèrent pas...

Epargne pxhere com

[Indicateur Novethic] L’offre de fonds durables explose mais gare au manque de clarté

L’offre de fonds durables grandit. L’indicateur Novethic recense 531 fonds au 30 juin 2019, totalisant 185 milliards d’euros d’encours en augmentation de 27 %. Cette progression suit la demande toujours plus forte pour des produits responsables. Mais elle s’accompagne également d’un foisonnement...

Drapeau europe

La candidature de Sylvie Goulard, experte de la finance durable, à la Commission européenne est rejetée

Gros revers pour la France, sa candidate au poste de Commissaire européen a été rejetée par le Parlement. L’intégrité de Sylvie Goulard, ex-ministre et députée européenne, actuelle sous-gouverneure de la Banque de France, est interrogée par les eurodéputés car elle est citée dans une affaire...