Publié le 11 octobre 2012

FINANCE DURABLE

Iso 2600: « donner aux consommateurs les moyens de jouer leur plein rôle »

Priscilla Crubézy, de l'Association Léo Lagrange pour la Défense des Consommateurs, représentante des consommateurs à la délégation française de l'ISO 26 000

138151_GF.jpg

La norme ISO 26 000 est née d'une demande des consommateurs. Son contenu est-il fidèle à ce que vous aviez imaginé au départ ?

Priscilla Crubézy. L'ISO 26 000 est effectivement née d'une initiative des associations de consommateurs, qui souhaitaient, dès le début des années 2000, faire le ménage dans les allégations de démarches RSE des entreprises. Le Copolco, Comité interne à l'ISO en charge des politiques consuméristes, avait donc proposé la création d'une norme certifiable destinée exclusivement aux entreprises. L'idée était de donner les moyens aux consommateurs de jouer leur plein rôle dans la mise en œuvre d'une vraie « transparence sur l'étiquette ». Le caractère certifiable de la norme a finalement été abandonné, et son périmètre élargi à l'ensemble des organisations.

Regrettez-vous cette évolution ?

Non, l'ISO 26000 est plus riche que nous ne l'avions envisagée au départ. Le fait d'élargir le périmètre à l'ensemble des organisations est une évolution positive. D'autant que certaines branches des grandes ONG internationales s'apparentent de plus en plus à des entreprises. Quand à la certification, les visions des uns et des autres étaient tellement différentes au départ qu'il était illusoire de l'envisager.

Quels étaient les points d'achoppement ?

Certains lobbies industriels estimaient par exemple que la RSE n'avait pas besoin de cadre de référence, qu'elle se résumait à des actions philanthropiques. La France était en revanche attachée à la création d'un tel cadre, en s'appuyant notamment sur l'expérience d'élaboration du guide SD 21000 élaboré par l'Afnor, pour justement accompagner les entreprises dans la mise en œuvre d'une politique « développement durable » intégrée. Une vision partagée par les associations de consommateurs. Au final, nous avons réussi à élaborer un document consensuel qui permet de dire à la communauté internationale : « voilà, c'est cela que l'on entend par responsabilité sociétale ».

Article initialement paru dans Repères RSE n°92 (janvier 2011)

Propos recueillis par Anne Farthouat
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Avec son modèle disruptif, Tesla devient le constructeur le plus cher du monde

Tesla semble avoir passé la crise du Covid-19 sans heurts, et a même vu son cours de Bourse atteindre des sommets. Le constructeur américain, qui va annoncer ses résultats du deuxième trimestre, est depuis quelques semaines devenue la première capitalisation boursière automobile du monde, devançant...

Carte bancaire CCO

Plusieurs banques s’allient pour renforcer la souveraineté européenne des moyens de paiement

La crise sanitaire a mis en relief la dépendance du Vieux Continent aux systèmes de paiement internationaux. Seize banques de la zone euro se sont associées pour proposer une solution purement européenne, proposant notamment une carte bancaire et un portefeuille électronique. Elles sont activement...

Entrepot amazon jordan stead

Amazon lance un fonds de deux milliards de dollars pour réduire son empreinte carbone

Le géant américain de l’e-commerce et des services informatiques vient de créer un fonds d’investissement pour financer des technologies permettant de réduire les émissions de CO2. Ce fonds doté de deux milliards de dollars vient compléter l’engagement pris par Amazon à l’automne dernier d’atteindre...

BlackRock wikicommons 01

La médiatrice de l'UE ouvre une enquête sur un contrat attribué à BlackRock par la commission européenne

La médiatrice de l'Union européenne veut interroger la Commission sur sa décision d'attribuer un contrat à BlackRock. La mission du groupe américain consiste à réaliser une étude sur la prise en compte des facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance dans la supervision bancaire.