Publié le 02 mars 2015

FINANCE DURABLE

Investissement responsable : une forte progression, dopée par l'Amérique du Nord et l'Europe

L'investissement responsable a le vent en poupe : c'est ce que met en évidence l'étude publiée le 24 février 2015 par la GSIA (Global Sustainable Investment Alliance), qui réunit les principaux forums mondiaux pour l’investissement responsable. Et si les pratiques en matière d'ISR diffèrent encore beaucoup selon les pays, un courant de responsabilisation globale et des règlementations innovantes tendent à confirmer une mutation durable, comme le met en évidence notre infographie publiée à la fin de ce décryptage.

Couverture de l'étude GSIA sur les chiffres mondiaux de l'ISR
GSIA

L’investissement responsable gagne du terrain : il a pris un poids significatif en Europe, aux États-Unis, au Canada et en Australie, mais progresse en Asie, dans une moindre mesure. C’est ce qu’a annoncé la GSIA (Alliance Globale pour l’Investissement Responsable) le 24 février 2015, par l’intermédiaire de tous les forums d’investissement responsable qui en sont membres. Parmi ces forums, on peut mentionner Eurosif (forum européen pour l’investissement responsable), ou ses homologues asiatique (ASria) et américain (US SIF). Ces organisations produisent des données sur l'investissement depuis 2012, lesquelles sont collectées par la GSIA.

 

La seconde édition de l'étude permet de mesurer la montée en puissance de l’investissement responsable, qui a fait un bond de 61 % en seulement deux ans, passant de 13 300 milliards de dollars en 2012 à 21 400 milliards de dollars en 2014. Ces actifs, gérés en intégrant des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG) représentent aujourd'hui jusqu’à un tiers du total des actifs gérés par des professionnels, dans les régions couvertes par l’alliance.

 

Des pratiques d'investissement responsable en hausse, mais inégales

 

Mais ce développement est loin d’être homogène : l’Europe et l’Amérique du Nord sont de loin les deux principaux foyers en matière d'investissement responsable, puisque ces deux continents représentent 99 % de l’investissement responsable mondial, les États-Unis puis le Canada ayant connu les croissances les plus rapides, l’Europe arrivant en troisième position.

Par ailleurs, si l’investissement responsable affiche un développement global, les pratiques varient encore selon les pays et le type d'investisseurs. Leur dénominateur commun ? L’exclusion de secteurs ou d’entreprises controversés. C’est la pratique dominante en Europe, mais elle concerne également près de 14 400 milliards de dollars dans le monde. Depuis quelques mois, le mouvement de désinvestissement sur les énergies fossiles lui donne en outre une nouvelle impulsion.

Autre pratique qui a le vent en poupe : l’intégration de facteurs ESG dans la gestion financière, qui s'est considérablement développée et concerne maintenant près de 13 000 milliards de dollars. Aux États-Unis notamment, elle a augmenté de 76 % entre 2012 et 2014, pour devenir la pratique phare des investisseurs responsables américains.

Moins déployé pour l'instant mais cependant prometteur, on trouve l’engagement actionnarial auprès des entreprises : il ne couvre certes "que" 7 000 milliards de dollars, et il est majoritairement pratiqué au Canada, mais les pays d’Europe qui s’éveillent à l’investissement responsable, comme l’Italie, l’Allemagne ou la Belgique, commencent à s'y intéresser.

Enfin, l’étude souligne que l’impact investing, qui finance des activités apportant des solutions à des problèmes sociaux et environnementaux, se développe de façon "enthousiasmante". Sa déclinaison française - la finance solidaire - a de fait augmenté de 28,3 % entre 2012 et 2013, pour dépasser les 6 milliards d’euros.

 

Forte demande des investisseurs et règlementations en mouvement

 

Comment expliquer cette progression ? Tout simplement par une demande croissante des investisseurs : "Les citoyens commencent à prendre conscience que leur épargne peut contribuer à bâtir une économie et une société plus solide et plus durable", analyse Simon O’Connor, directeur du Forum pour l’investissement responsable australien. "Cela coïncide avec l’explosion de leur besoin de constituer des réserves pour leur retraite. Nous pensons que cette double tendance constituera un axe fort du développement de l’investissement responsable dans tous les marchés, d’autant plus qu’il permet de pousser de meilleures pratiques de gestion financière", précise-t-il.

L’investissement responsable prendra également de l'ampleur partout où il sera encouragé par des évolutions de régulation et de politiques publiques. L'étude de la GSIA souligne d'ailleurs que ces changements sont en cours dans de nombreux pays. En France, l’adoption récente dans la loi Macron d’un amendement obligeant les investisseurs institutionnels à faire du reporting sur leur intégration de critères ESG dans leurs stratégies d’investissements illustre bien cette tendance.

Le centre de recherche de Novethic publiera quant à lui en mai 2015 les chiffres de l’investissement responsable pour 2014. Établis pour la première fois en partenariat avec le Forum pour l’investissement responsable français (FIR), ils permettront de savoir si la France s’inscrit ou non dans ces tendances mondiales.

Anne-Catherine Husson-Traore. Infographie de Sarah Sermondadaz
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Bridge siege social du Groupe Orange Orange

Orange veut développer l’impact sociétal et environnemental de ses investissements dans les start-ups

Dans le cadre de la politique RSE d'Orange, sa filiale d'investissement va prendre des participations au capital de startups qui génèrent des impacts positifs dans les domaines sociaux ou environnementaux. Le plan stratégique du groupe ambitionne de réduire son empreinte climatique et favoriser...

IStock @geoffsp

Le pouvoir écologique de la finance verte est-il un mirage?

Une étude et un livre alertent sur la capacité de la finance verte à réorienter durablement et efficacement le secteur financier vers des modèles plus protecteurs de l’environnement. Les ONG Reclaim Finance et les Amis de la Terre alertent sur l’exposition aux énergies fossiles des onze plus grandes...

Reunion G7 finances juin 2021 HMTreasury

Reporting climat : après l’appel du G7, quels sont les outils à disposition des entreprises

Climat et biodiversité doivent être mieux pris en compte par les entreprises, selon les ministres des Finances du G7. Lors de leur réunion des 4 et 5 juin, ils ont déclaré vouloir rendre obligatoire pour les entreprises la communication sur les risques financiers liés au climat et citent notamment...

Renovation artisans CCO

Transition écologique : la Banque des Territoires facilite l'accès à un milliard d'euros venus de financements européens

[Régionales] La Banque européenne d’investissement va flécher un milliard d’euros vers les territoires français en 2020. Au travers d’un accord avec la Banque des territoires, les fonds européens vont financer une multitude de projets d’amélioration des infrastructures locales tels que la rénovation...