Publié le 20 mars 2019

FINANCE DURABLE

Investissement responsable : les fonds de capital-investissement français s'engagent de plus en plus

L’analyse des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) est largement répandue dans les fonds d’investissement non cotés. Une étude de PwC montre qu’une grande majorité d’entre eux a commencé à les intégrer dans la gestion de leurs portefeuilles pour s’assurer d’investir dans des entreprises pérennes.

Ecolabel europeen Pogonici
Le capital-investissement français, qui investit près de 15 milliards d'euros dans les entreprises, intègre des critères ESG depuis la crise de 2008.
@Pogocini

L’industrie du capital-investissement veut miser sur la durabilité des entreprises en pratiquant l’investissement responsable. C’est ce que révèle une étude menée par le cabinet PwC. Selon elle, 95 % des sociétés françaises de private equity déclarent avoir mis en place ou être en cours d’intégration des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) dans leurs pratiques. Et 90 % d’entre elles ont développé des indicateurs de suivi de leur stratégie.

Ce mouvement est le résultat d’un long travail mené en partie au sein de France Invest, l’association des fonds d’investissement non cotés. "Nous avons commencé à travailler avec France Invest dès 2008, en pleine crise financière, se rappelle Émilie Bobin, associée au sein du département développement durable chez PwC. Il fallait intégrer les questions de durabilité dans le travail des investisseurs, pour investir dans des entreprises pérennes. C’était une vraie conviction de leur part."

Investir dans des entreprises durables

Au départ, quelques fonds d’investissement convaincus se lancent. "Puis c’est devenu un mouvement de fond, notamment parce que des investisseurs institutionnels se mettaient à leur poser des questions sur le sujet", confie Émilie Bobin. Selon l’étude de PwC, le private equity français est même légèrement en avance par rapport à ses homologues internationaux, qui sont 91 % à avoir une stratégie d’investissement responsable.

Pour Marc Guyot, en charge de l'ESG du fonds d’investissement LBO France, la nature même du métier pousse les acteurs à s’intéresser à ces thèmes. "Nous investissons dans le non coté, donc pour une certaine durée, entre quatre et sept ans", rappelle-t-il. La capacité de résilience et de transformation de ces entreprises se révèle cruciale pour ces fonds et guide leur analyse des risques et opportunités ESG. "Nous étudions avec le management chaque thématique ESG et nous les hiérarchisons en fonction de l'activité de l'entreprise, de sa taille, sa maturité et ses lieux d’exercice", souligne Marc Guyot.

Selon l’étude de PwC, le risque de l’éthique des affaires demeure en tête des préoccupations des fonds d’investissement, pour 92 % d’entre eux. Le risque environnemental est également pris en compte de longue date, sous l'angle de la question des déchets, de la pollution des sols, etc. Le risque climatique, lui, s'il préoccupe 83 % des répondants de l'étude, n'a émergé que beaucoup plus récemment.

"Il y a eu une accélération de la prise de conscience en amont de la COP21, estime Marc Guyot. Cinq grands fonds d’investissement non cotés ont lancé en 2015 l’Initiative climat 2020, dans laquelle nous nous engagions à prendre en compte le risque climatique dans nos réflexions d'investissement, à y sensibiliser le management des entreprises, à regarder la matérialité du risque et à prendre des mesures."

Climat et ODD commencent à être pris en compte

Cette initiative demeure toutefois encore l’affaire de précurseurs et ne s’est pas généralisée dans tout le private equity français. En 2018, 24 fonds d’investissement, sur les plus de 300 membres de France invest, ont signé cette initiative reconnue par les Principes de l’investissement responsable (PRI) des Nations Unies, et se sont engagés à adopter sa méthodologie. Les fonds non cotés ayant une thématique verte sont malgré tout en augmentation constante. Selon une étude de Novethic, ces fonds verts européens (private equity, infratructures, immobilier, etc.) cumulaient 57,6 milliards d'actifs en 2018.

La prise en compte des Objectifs de développement durable (ODD) en est aussi à ses débuts, 46 % des répondants de l’étude PwC déclarant s’y référer. "Nous les regardons avec intérêt car ils ont le mérite d’être très contributifs dans la stratégie ESG et compréhensibles par tous. Mais il faut d’abord s’assurer que les pratiques de l’entreprise la rende robuste et durable et soucieuse de ses parties prenantes avant de mettre en œuvre les ODD", souligne Marc Guyot.

Ce travail mené avec les entreprises permet une transformation directe des entreprises accompagnées. "C’est l’avantage du private equity, ils ont un vrai poids et un vrai levier d’action sur l’entreprise, qu’ils soient majoritaires ou minoritaires dans le capital", soutient Émilie Bobin. Avec un impact sur l’économie française de plus en plus important, les investissements dans les entreprises non cotées ayant atteint les 14,3 milliards d’euro en 2017, un record. La conséquence de ces stratégies sur la valorisation des entreprises demeure toutefois encore incertaine.

"Cela reste difficile à évaluer", remarque Émilie Bobin. Selon elle, l’intégration des critères ESG dans l’analyse des sociétés et dans la gestion des portefeuilles permet surtout de favoriser la confiance entre les investisseurs et le management de l’entreprise. "L'ESG adresse en effet des sujets sensibles comme l'éthique et est lié à la culture de l'entreprise, dit-elle. In fine, ce sont des déterminants essentiels de la valeur d'une entreprise."

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Investissements verts non cotés, des opportunités mais peu de convictions

Près de 60 milliards d’euros sont investis dans les actifs verts non cotés en Europe par 223 fonds. C’est ce qui ressort de la nouvelle étude sur les fonds d'actifs verts non cotés réalisée par Novethic en partenariat avec l’Ademe. Une classe d’actifs qui intéresse les investisseurs plus...

En un an, les investissements dans les entreprises d'énergies renouvelables ont été multipliés par six en France

Le secteur des énergies renouvelables a suscité l’engouement des investisseurs en 2018. Les montants collectés en private equity ont explosé les compteurs, avec 646 millions d’euros investis en capital. Même chose pour les plates-formes de crowdfunding qui voient décoller le financement...

Avec Ynsect, les investisseurs démontrent leur intérêt pour le secteur émergent de l’agriculture durable

Elle veut nourrir le monde avec des vers de farine. Et les investisseurs y croient. Ynsect vient de lever 110 millions d’euros pour faire passer à l'échelle industrielle l’élevage et la transformation d’insectes pour l’alimentation animale. Cette somme record pour une jeune société en...

Les fonds verts bondissent en Europe… mais restent encore marginaux

L’élan politique donné à la finance verte en Europe s’est traduit par une dynamique inédite en 2017 en matière de collecte des fonds verts. Les encours atteignent désormais 32,2 milliards d’euros, en progression de 49 % sur un an. Deux pays tirent le continent : la France et la Suisse.

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Siege Banque de France Wikimedia Commons

Endettement, climat, cybersécurité… Ces risques pèsent de plus en plus lourd sur le système financier selon la Banque de France

La Banque de France s’inquiète de l’augmentation des risques pesant sur le système financier français. Le réchauffement climatique et la cybercriminalité font notamment partie des risques qui montent et qui atteignent une probabilité élevée, selon la banque centrale. Elle préconise un suivi plus...

Bernard Arnault WikimediaCommons taillee

Club des 100 milliards de dollars : Bernard Arnault, Bill Gates et Jeff Bezos, des investisseurs responsables ?

Ils ne sont que trois dans le monde dont le patrimoine a dépassé la barre des 100 milliards de dollars. Le Français Bernard Arnault, président de LVMH, vient juste de rejoindre les Américains Bill Gates, fondateur de Microsoft, et Jeff Bezos, PDG d’Amazon. Ces multimilliardaires, à la fortune...

Phenix aeroville gaspillage alimentaire

Baromètre de la finance solidaire : les participations directes dans les entreprises en forte hausse

Après une croissance record en 2017, la finance solidaire continue de séduire en 2018, avec une progression de 8,7 % du volume des encours de l’épargne. Si le gros de la collecte reste tiré par l’épargne salariale, la surprise vient du bond des investissements directs dans les entreprises de...

Taxonomy technocal report union europeenne UE

La grande bataille de la taxonomie européenne des activités durables commence

Les membres du groupe d’experts techniques créé par la Commission Européenne, dévoilent le fruit d’un an de travail intense : une proposition de référentiel d’activités durables pour l’Europe. Colonne vertébrale du plan d’action pour la finance durable, elle doit permettre de créer un langage commun...