Publié le 17 février 2020

FINANCE DURABLE

Le climat, grand oublié du financement des retraites

Le grand absent des débats de la réforme des retraites français est le changement climatique et l’impact des disruptions majeures, environnementales et sociales qui lui sont associées. Le projet de loi a été qualifié de "lacunaire" par le Conseil d’Etat sur son volet de financement. Il est vrai que les projections de chiffres et situations à horizon 2050 intègrent des paramètres démographiques et des hypothèses économiques décorrélées de l’objectif de neutralité carbone à 2050 que s’est pourtant donné la France.

Edouard Philippe CESE reformes retraites CESE
Édouard Philippe au CESE lors de sa première conférence sur la réforme de la retraire en décembre 2019.
@CESE

[Mise à jour le 17 février 2020] Le projet de loi sur les retraites arrive au Parlement ce lundi 17 févier. Selon ses auteurs, "il s’agit aussi d’affirmer notre responsabilité à l’égard des jeunes générations : le système universel de retraite doit répondre à un objectif de soutenabilité et d’équilibre financier garantissant sa solidité, sa stabilité et sa viabilité." Cette phrase était la feuille de route de la "conférence sur l’équilibre et le financement des retraites" du janvier 30 janvier dernier.

Pourtant, pas la moindre allusion aux scénarios macroéconomiques qu’entraînent l’engagement de neutralité carbone pris par la France à l’été 2019. Même si la France a d’ores et déjà pris du retard sur son plan de charge avec la Stratégie Nationale Bas Carbone (SNBC) et le Programmation Pluriannuelle sur l’Énergie (PPE) mises en consultation ces jours-ci, la neutralité carbone aura forcément un impact sur tous les indicateurs économiques nationaux et donc in fine sur les scénarios de croissance de la période 2020-2050 et le pourcentage de PIB dédié au système de retraite. Pourtant pas de trace des mots neutralité carbone et changement climatique dans les 1 000 pages de l’étude d’impact publiées par le gouvernement.

Graph retraite 2020 2

L’étude d’impact n’a consacré que huit pages au financement du nouveau système universel. Sans chiffres, elle prévoit "la mise en place d’un fonds de réserves universel de retraite pour faire face aux aléas économiques et démographiques" (FRU) auquel sera intégré le Fonds de Réserve des Retraites actuel (FRR). Ce FRU devra "participer au financement de l’économie française et aux investissements responsables" et il est ajouté que "les réserves accumulées et destinées à être décaissées à long terme pourront être placées» sans aucune autre précision !

Une absence paradoxale

Le Fonds de Réserve comme les autres acteurs actuels de la retraite a bien une politique d’investissement responsable et d’intégration du changement climatique dans la gestion d’actifs . À ce stade rien ne lui interdit de continuer à la mettre en œuvre. En revanche, le projet du gouvernement ne fait aucune allusion à ce genre de stratégie que ce soit pour la gestion des réserves françaises ou la construction des scénarios qui permettront de déterminer la future valeur du point. Paradoxal à l’heure où la banque de France et l’ACPR (autorité de régulation des investisseurs institutionnels) vont réaliser des stress test d’impact du changement climatique sur le bilan des banques et autres grands acteurs financiers.

C’est plutôt risqué au moment où les ONG environnementales se mobilisent sur la question du financement. Au Luxembourg par exemple, Greenpeace mène campagne, y compris devant le tribunal administratif, contre l’équivalent luxembourgeois du FRR pour le pays . Elle reproche au Fonds de compensation de ne pas mesurer l’empreinte carbone de ses placements et de ne pas renoncer à investir dans les énergies fossiles.

Les jeunes générations bataillent pour que les plus anciennes ne leur volent pas leur avenir en ne luttant pas efficacement contre le changement climatique. Elles en font clairement un élément crucial de projection dans le futur. Dommage que le projet de régime de retraites dont la vocation affichée est de renforcer l’équité entre les générations n’en fasse même pas mention. 

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Climate finance day activistes Eric PIERMONT AFP

Climate Finance Day (2015-2021), histoire d’une époque qui s’achève

Depuis 2015, la place financière de Paris organise un événement annuel en lien avec les COP sur le climat : le Climate Finance Day. À vocation internationale, il réunit des dirigeants de grandes institutions financières pour qu’ils y fassent des annonces sur leurs engagements de lutte contre le...

Froid texas Ron Jenkins GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Le coût des catastrophes naturelles atteint des sommets... et inquiète les assureurs

Les événements climatiques du premier semestre 2021 auront causé près de 40 milliards de dollars de dommages assurés, selon une étude de Swiss Re. L’enchaînement de tempêtes, inondations, grêle, etc., en raison du dérèglement climatique fait monter le prix de ces catastrophes naturelles, qui...

Paiement monnaie CCO

Le jour où les citoyens ont imposé les monnaies locales en Europe

Dans les années 2020, les citoyens ont décidé de reprendre en main la finance, en se réappropriant leur monnaie. Les systèmes de paiement locaux se sont multipliés, puis généralisés, au point qu’en 2033, les banques centrales ont décidé d’intervenir pour valider et régulariser les monnaies locales....

Banque centrale europenne Christine Lagarde Martin Lamberts ECB

La Banque centrale européenne va prendre en compte la surchauffe climatique

Dôme de chaleur en Amérique du Nord et gouttes froides en Europe matérialisent le risque climatique. Il pèse sur les entreprises sans qu’on sache très bien comment, à l’exception du secteur pétrolier. Pour le savoir la Banque centrale européenne dirigée par Christine Lagarde a annoncé, à la surprise...