Publié le 26 mai 2015

FINANCE DURABLE

Finance verte : la Chine peut booster le marché des green bonds

Pour financer ses objectifs de lutte contre la pollution, la Chine a besoin de près de 300 milliards d’euros par an, estime la Banque centrale chinoise dans un rapport. Mais le gouvernement n’en financera que 15%. Pour encourager les investissements privés, la Banque centrale veut développer la finance verte, et notamment les "green bonds", ces obligations finançant des projets respectueux de l’environnement.

Ferme d'éoliennes dans le Nors-Ouest de la Chine
Cai zengle / Imaginechina / AFP

Deux mille milliards de yuans (300 milliards d’euros) : d’après la Banque populaire de Chine (banque centrale), c’est ce que la Chine, le premier émetteur de gaz à effet de serre, doit investir chaque année pour respecter les objectifs de réduction d’émission définis par le ministère de l’Environnement d’ici à 2020. Signe des temps alors que la deuxième économie mondiale libéralise progressivement son marché, seuls 15% des investissements nécessaires seront pris en charge par le secteur public, estime le rapport de l’institution.


Pour trouver le reste, le groupe de travail dirigé par Ma Jun, économiste en chef de la Banque centrale chinoise, préconise le développement de la finance verte à travers une série d’outils allant de la généralisation d’un marché de crédits carbone à toute la Chine, à la mise en place d’une Banque de développement écologique, en passant par l’émission d’obligations environnementales. "Il est crucial que le système financier canalise les capitaux privés en direction des secteurs verts", estime Ma Jun dans le rapport.

 

Le potentiel de la seconde économie chinoise

 

Pourtant, si les émissions de "green bonds" ont officiellement fortement progressé dans le monde en 2014, ils n’existent pas encore à proprement parler en Chine. Aucune obligation labellisée n’y a encore été émise. On dénombre seulement des obligations qui pourraient entrer dans la catégorie de la finance verte. C'est par exemple le cas des 107 milliards d’euros de dette émis par China Railway Corp pour financer l’extension du réseau ferroviaire chinois.

En 2014, le marché mondial des green bonds représentait trois fois moins, soit 34 milliards d’euros, selon l’ONG Climate bonds initiative. On mesure donc combien l’arrivée de la Chine sur ce marché pourrait changer la donne.

Dans un premier temps, les obligations environnementales seront émises par des banques, pour des projets environnementaux, comme 44% des green bonds émis dans le monde en 2014. Les premiers green bonds chinois devraient donc voir le jour en juin prochain, d’après Sean Kidney, le directeur général de Climate Bonds initiative. "Il s’agira d’une grande banque chinoise, mais je ne peux pas dire laquelle tant que ce n’est pas officiel. Ils ont reçu récemment l’autorisation des autorités", indique-t-il.

 

Une solution pour des gouvernements locaux surendettés

 

Selon un rapport de Standards & Poor's, publié en mars dernier sur la finance verte, "le gouvernement (chinois) a de bonnes raisons de développer un marché des obligations qui permettrait de diversifier le risque de crédit, aujourd’hui concentré sur le système bancaire". L'intérêt des autorités n'est pas nouveau : en juillet dernier, l’économiste de la Banque populaire chinoise Ma Jun avait pris part à une table ronde sur la finance verte, avec Sean Kidney notamment. "Il faudrait distinguer les obligations vertes des autres emprunts", avait-il recommandé. "Ils devraient être moins chers à financer et recevoir le soutien du gouvernement sous la forme d’allègements fiscaux."

Dans un second temps, le système devrait être élargi aux entreprises et aux collectivités locales. Un enjeu majeur alors que les provinces et les municipalités étouffent en raison des dettes contractées après la crise de 2008 pour doper la croissance. Pour Pékin, les obligations, vertes ou pas, sont envisagées comme un moyen d’assainir cette dette et de permettre aux gouvernements locaux de continuer à investir dans des projets ciblés.

Ouvrir le marché des obligations aux collectivités est déjà en haut de l’agenda de la Banque centrale chinoise. "Je m’attends à voir des municipalités émettre des obligations vertes d’ici la fin de l’année", estime pour sa part Sean Kidney. Les obligations vertes chinoises pourraient alors se multiplier : en Europe, ce sont .

Simon Leplâtre
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


Pour aller plus loin

Transition énergétique : la France oblige les investisseurs institutionnels à intégrer le risque carbone

C’est un tournant majeur vers une finance bas carbone. Les députés français ont adopté cette nuit l’article 48 de la loi de transition énergétique, qui prévoit d’obliger les investisseurs institutionnels à intégrer dans leur rapport annuel une évaluation de leur contribution au financement...

Business and Climate Summit : Hollande demande aux entreprises une feuille de route

Le Business and Climate Summit s’est ouvert à Paris ce mercredi 20 mai en présence de François Hollande. Le président de la République a fortement incité les entreprises à fournir une feuille de route d’ici la COP21 (qui se tiendra du 30 novembre au 11 décembre), avec des objectifs de...

Les banques de développement, des acteurs clés dans le financement de la lutte contre le changement climatique

Le 31 mars, une coalition inédite de banques de développement et de financeurs privés s’est réunie à Paris pour établir des normes communes sur la finance climat. Alors que la question du financement de la réduction des émissions de gaz à effet de serre et de l’adaptation au changement...

Investisseurs et climat : le vent tourne

Le fonds norvégien qui exclut plusieurs dizaines d’entreprises en raison de leurs nuisances environnementales, les actionnaires de BP et Shell qui vont débattre en assemblée générale (AG) de l’évolution du modèle pétrolier... Le risque carbone est devenu une réalité pour bon nombre...

Émissions de CO2 : les entreprises françaises en progrès, mais peuvent mieux faire

Les entreprises françaises font figure de bons élèves en matière de transparence sur leurs émissions de carbone et les moyens mis en place pour les réduire. C’est ce qui ressort du dernier rapport du CDP, le Carbon Disclosure Project. Mais cet effort doit être multiplié par cinq pour...

Green bonds : un secteur dynamique en quête de repères

Depuis plusieurs mois, entreprises, collectivités locales et organisations internationales multiplient les émissions de dette "verte" sur les marchés obligataires. Ce concept de "green bond" était jusqu’à présent défini par ses promoteurs. Cette activité est désormais encadrée par les...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

JP morgan Siege Nicolas Economou NurPhoto

La première banque américaine, JPMorgan, fait un petit pas vers la finance durable

JPMorgan Chase a annoncé mardi 25 février vouloir faciliter dès cette année des projets et initiatives liés au développement durable à hauteur de 200 milliards de dollars. C'est une hausse de 14,3 % sur un an, a fait savoir la première banque américaine à l'occasion d'une journée de présentation de...

Transparence et proximité, le financement participatif attire toujours plus de Français

L’engouement pour le crowdfunding ne se dément pas. Selon l’étude de l’association Financement Participatif France et de Mazars, la collecte de fonds par les sites de crowdfunding a bondi de 56 % en 2019. Les Français semblent de plus en plus attirés par cette forme d’épargne qui leur permet de...

Agence HSBC Paris HSBCs

[Édito] 100 000 emplois, la facture sociale de la transition numérique dans le secteur bancaire

Depuis plus d’un an, toutes les grandes banques occidentales ont annoncé de massives réductions d’emplois. La principale cause est la transition numérique qui rend moins nécessaires les chargés de clientèles, mais aussi les spécialistes du trading et de la recherche. Cette numérisation peut laisser...

Jeff Bezos, le patron d’Amazon, met 10 milliards de dollars sur la table pour sauver la planète

Le fondateur d’Amazon veut financer des initiatives pour lutter contre le changement climatique. Il vient de créer le Bezos Earth Fund et de le doter de 10 milliards de dollars pris sur sa fortune personnelle. Ce fonds devrait subventionner à partir de l’été prochain des projets de protection de la...