Publié le 22 septembre 2017

FINANCE DURABLE

Financer les 2°C : l’urgence absolue

Si le monde s’est engagé à limiter le réchauffement à 2°C en ratifiant l’Accord de Paris, les États peinent encore à établir des stratégies alignées sur cet objectif. La solution doit provenir de la finance durable. Réorienter les gigantesques actifs de la planète vers un avenir soutenable pour l’Homme est un exercice complexe et urgent. Fin décembre, trois rendez-vous parisiens doivent donner une nouvelle impulsion mondiale en ce sens.

Finance durable
En décembre à Paris, une semaine va mobiliser la finance mondiale pour l'aligner avec un réchauffement limiter à 2°C.

Deux ans après la signature de l’Accord de Paris lors de la COP21, rien n’est gagné pour respecter un réchauffement limité à 2°C. "Aujourd’hui, le mix énergétique mondial est à 80 % fossiles et la consommation de charbon augmente. Nous ne sommes pas du tout sur la bonne trajectoire", déplore Gaël Giraud, chef économiste à l’Agence Française de développement (AFD). "Et les nouvelles des météorologues sont dramatiques. Si on arrive à 4 ou 5°C de réchauffement, les trois quarts de l’humanité seront dans des situations caniculaires impropres à la survie. On prépare des génocides", lance-t-il.

Les engagements nationaux de réduction d’émissions de CO2, annoncés lors de la COP21, sont insuffisants et ne concernent qu’un horizon lointain. Or le temps commence à manquer. Christiana Figueres, ancienne secrétaire de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, ne cesse de le rappeler à travers son initiative "Mission 2020" : "Si les émissions ne commencent pas leur déclin rapide d'ici 2020, les personnes les plus vulnérables du monde souffriront encore plus des effets dévastateurs du changement climatique", explique-t-elle. La série d’ouragans qui a dévasté les Caraïbes en est une démonstration éclatante.

Réorienter la finance

Le paradoxe est que "la planète finance n’a jamais eu autant d’argent qu’aujourd’hui pour financer la transition énergétique", explique Damien Navizet, directeur de la division climat de l’AFD. "Mais nous avons du mal à trouver la bonne tuyauterie pour réorienter la finance", ajoute-t-il. Les besoins s’établissent entre 50 000 à 90 000 milliards de dollars sur 15 à 20 ans. Ceci correspond à un besoin de 4 000 milliards par an pour les pays du Nord et 2 000 milliards pour les pays du Sud. Une somme tout à fait compatible avec le PIB mondial (environ 75 000 milliards de dollars en 2016).

Même pour l’AFD, l’alignement entre finance et objectif climatique n’est pas une notion évidente. Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a demandé que la banque publique ait pour mission la mise en application de l’Accord de Paris. "Cela veut dire concrètement que 100 % de nos investissements doivent être compatibles avec un réchauffement inférieur à 2°C", explique Gaël Giraud qui assure que l’AFD est en train de "conceptualiser" ce principe. Cela permettra de préciser le calcul de l’impact environnemental des projets financés par l’AFD.

Un rendez-vous parisien

Au-delà l’AFD, c’est l’ensemble du monde financier qui doit trouver sa manière de flécher l’investissement responsable. Mi-décembre à Paris, une semaine sera consacrée à cet enjeu. Elle rassemblera plusieurs événements autour du sommet diplomatique sur le climat annoncé par Emmanuel Macron pour le deuxième anniversaire de l’Accord de Paris le 12 décembre. À commencer par Le Climate Finance Day organisé le 11 au Ministère des Finances sur la finance privée et le colloque de Novethic, le 13 décembre, consacré aux acteurs de la finance durable européenne.

Tous ces travaux ne partiront pas de zéro. Depuis la COP21, le monde de la finance a fait des pas de géants. Ces trois journées seront éclairées par les travaux du groupe européen d’experts de haut niveau sur la finance durable (HLEG), par l’initiative de la place de Paris "Finance for Tomorow" et sur la publication du rapport final de la TCFD, la Task Force on Climate-related Financial Disclosures.

Ludovic Dupin, @LudovicDupin


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles




FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable. Actuellement, l’attention est focalisée sur le climat. Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et suite à l’Accord de Paris, des rendez-vous internationaux liés à la finance climat sont prévus en décembre dans la capitale française.

Excavation charbon Allemagne Martin Lizner

[Décryptage] COP24 : Des limites de l’engagement de la finance sur la fin des émissions liées au charbon

Lors de la COP24, qui se déroule à Katowice en Pologne jusqu’au 14 décembre, 415 grands investisseurs mondiaux appellent les ɐtats à être plus ambitieux sur la diminution de leurs émissions de gaz à effet de serre. Un message qui laisse perplexe alors que, depuis l’Accord de Paris, les fonds des...

Banque mondiale COP24 WorldBank

COP24 : la Banque mondiale promet 200 milliards de dollars entre 2021 et 2025 pour l’adaptation au changement climatique

La Banque mondiale a annoncé, lundi 3 décembre, la mobilisation d'environ 200 milliards de dollars de financements de 2021 à 2025 pour aider les pays en développement face au changement climatique, soit un "doublement" par rapport à la période précédente.

Gilets jaunes Palais Brongniart France2

La prise du palais Brongniart par les gilets jaunes, symbole de l’indispensable facteur Social des critères ESG

Dans le secteur de la finance durable, la prise en compte des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) a surtout mis l’accent sur les sujets climatiques. Mais ne serait-ce pas plutôt le facteur S qui doit être au centre de cette finance ? La journée de manifestation des gilets...

Laetitia Tankwe DeBaudus

Laetitia Tankwe, première française élue au Conseil d’administration des PRI

Conseillère du président de l’Ircantec, organisme de la retraite publique, Laetitia Tankwe sera la première française à intégrer le conseil d’administration des Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) dès janvier prochain. L’initiative, qui rassemble aujourd’hui plus de 2500 signataires...