Publié le 14 décembre 2018

FINANCE DURABLE

Malmené sur des questions de santé publique, Marlboro décide d'investir dans… le cannabis

De plus en plus de pays légalisent le cannabis. Tant et si bien que plusieurs grandes entreprises réfléchissent sérieusement à investir sur ce nouveau marché. C’est le cas de Marlboro, dont la maison-mère Altria vient de débourser 1,8 milliard de dollars dans une PME canadienne spécialisée dans le secteur. Une stratégie qui pose question aux investisseurs responsables.

Cannabis pixabay herbalhemp
La maison-mère de Marlboro, Altria, vient d'investir 1,8 milliard de dollars dans le cannabis
@CC0

Nouvel or vert ou bulle spéculative ? Le cannabis affole Wall Street. Les sociétés productrices de marijuana sont en train de prendre une valeur inédite en bourse. En septembre dernier, Tilray, une PME canadienne, a atteint jusqu’à 20 milliards de dollars de capitalisation, soit deux fois celle de Veolia, le leader mondial des services à l’environnement. Elle est retombée à 8,6 milliards.

En décembre 2018, la capitalisation boursière du Canadian Marijuana Index, qui négocie les actions de 18 sociétés exploitant légalement le commerce du cannabis, s’élève à plus de 35 milliards de dollars.

Le boom de l’or vert

Avec la légalisation dans plusieurs Etats américains (29 sur 50) et au Canada, ces sociétés font l’objet de toutes les convoitises. En décembre, la maison-mère de Malboro, Altria, a acquis 45 % d’une PME canadienne spécialisée dans la production de cannabis. Malgré ses 3 millions de dollars de chiffre d’affaires annuels actuels, le géant a mis 1,8 milliard de dollars sur la table. Selon le groupe, cet investissement affiche un potentiel de "croissance rapide - complémentaire à celui de ses activités principales et en résonance avec les attentes de ses consommateurs - au cours de la prochaine décennie".

Le fabricant de tabac est loin d’être le seul grand groupe à avoir sauté le pas. En août, Constellation Brands, qui détient la marque de bière Corona, déboursait 4 milliards de dollars pour 38 % de la société canadienne Canopy Growth. Les brasseurs Molson Coors et Heinken ont déjà noué des partenariats avec des spécialistes du cannabis. Coca-Cola s'intéresse au CHB, principe non psychoactif aux vertus médicinales et relaxantes, pour des boissons "bien-être". Pepsi envisage, quant à lui, d’investir directement dans le cannabis, considéré comme une "opportunité de croissance".

Relais de croissance pour des secteurs menacés

Si ces groupes de sodas et boissons sucrées, de bières ou de spiritueux, ou encore de tabac, regardent de près les atouts de la feuille verte, c’est aussi qu’ils doivent trouver des relais de croissance, voire transformer leur business model. Celui-ci est menacé par des réglementations de plus en plus importantes touchant leurs produits, jugés nocifs pour la santé, particulièrement celui du tabac

Aux États-Unis, le volume des ventes des cigarettes traditionnelles devrait ainsi accuser une baisse de plus de 4 % en 2018. Les fabricants cherchent donc à diversifier leurs activités, à l'image de Philip Morris qui s'est dit prêt à arrêter la cigarette traditionnelle.

Pour autant investir dans le cannabis est-il une solution d’avenir pour ces groupes, de plus en plus questionnés sur leur responsabilité sociétale ? Dans une note d’analyse, le gérant d’actifs canadien RBC GMA, qui gère 425 milliards de dollars d’actifs et propose à ses clients des produits en investissement socialement responsable (ISR), explique que "le cannabis fera face essentiellement au même régime réglementaire que l’alcool et le tabac". Comprendre : ce secteur pourrait subir les mêmes exclusions que le tabac et l’alcool. Reste toutefois à trancher le cas des applications médicinales du cannabis.

Béatrice Héraud @beatriceheraud

 

 

 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Axa désinvestit le tabac

C’est une première mondiale. L’assureur Axa va désinvestir les fabricants de cigarettes à hauteur de 1,8 milliard d’euros. Une annonce faite à Genève ce matin par Thomas Buberl. Pour le nouveau patron du groupe, l’action de son entreprise côté investissements se doit d’être en cohérence...

BNP Paribas renonce à financer les entreprises du tabac

La Banque BNP Paribas n’investira plus dans les entreprises impliquées dans le tabac, sans préciser les montants actuels engagés sur ce secteur. En mai dernier déjà une coalition d’investisseurs institutionnels pesant 3 800 milliards de dollars avait annoncé leur retrait de ce secteur. 

Fumer peut nuire gravement à votre investissement

[Mis à jour le 21 juin] Aviva vient de céder plus d'un milliard d'euros d'obligations et d'actions liées au tabac. Une annonce qui s'inscrit dans un mouvement mondial initié par le français Axa il y a un an et relancé à l'occasion de la journée mondiale sans tabac, qui s’est tenue le 31...

Mickael Bloomberg lance une ONG pour dénoncer l’influence de l’industrie du tabac

20 millions de dollars, c’est la somme que le milliardaire et ancien maire de New York, Michael Bloomberg, va investir dans une ONG chargée de dénoncer les pratiques trompeuses des industriels du tabac. Une croisade qu’il mène depuis plusieurs années au côté de la lutte contre le...

Des adolescents en danger dans des plantations de tabac américaines

L'ONG Human Rights Watch a recueilli le témoignage de travailleurs mineurs exposés à la nicotine et aux pesticides. Des conditions de travail ayant de graves conséquences sur leur santé. L'industrie du tabac a pris des engagements pour protéger les plus jeunes d'entre eux, c’est-à-dire les...

Tromperie des industriels : fumer 1 paquet de cigarettes revient à en fumer 2 à 10

Des teneurs en nicotine et en goudron deux à dix fois supérieurs que les taux officiels. Voici le motif de la plainte que le Comité national contre le tabagisme vient de déposer contre Japan Tobacoo, Imperial Brand, Bristish American, Tobacoo et Philipp Morris et que le journal Le Monde...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Fronton BNP Wikicommons

BNP Paribas AM fixe un nouveau cap pour la généralisation de l’intégration ESG

Il aura fallu moins d’un an pour transformer le marché de l’Investissement socialement responsable (ISR) français ! Bousculées par l’annonce de la Banque Postale AM de passer au 100 % ISR, les grandes sociétés de gestion françaises ont commencé à généraliser l’intégration ESG à l’ensemble de leurs...

Ecolabel europeen Pogonici

Investissement responsable : les fonds de capital-investissement français s'engagent de plus en plus

L’analyse des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance (ESG) est largement répandue dans les fonds d’investissement non cotés. Une étude de PwC montre qu’une grande majorité d’entre eux a commencé à les intégrer dans la gestion de leurs portefeuilles pour s’assurer d’investir dans des...

Grand Paris Express de chets BTP me tro

Avec Hesus, Paris fonds vert investit dans sa première cleantech

Le fonds d’investissement initié par la Ville de Paris a participé à la levée de fonds d’Hesus, une société francilienne spécialisée dans l’organisation de la collecte et de la valorisation des déchets de chantier. La "cleantech" a levé 10 millions d’euros auprès de Paris fonds vert et des...

Eoliennes pixabay

En un an, les investissements dans les entreprises d'énergies renouvelables ont été multipliés par six en France

Le secteur des énergies renouvelables a suscité l’engouement des investisseurs en 2018. Les montants collectés en private equity ont explosé les compteurs, avec 646 millions d’euros investis en capital. Même chose pour les plates-formes de crowdfunding qui voient décoller le financement des projets...