Publié le 01 septembre 2015

FINANCE DURABLE

Éthique et partage, le premier fonds français qui exclut les énergies fossiles

"Éthique et partage" est l’un des premiers fonds éthiques français. Il vient d'annoncer qu’il exclurait désormais les énergies fossiles. Cette annonce, une première en France, symbolise l’émergence d’un mouvement de désinvestissement des entreprises les plus nuisibles pour le climat. Pour le CCFD-Terre solidaire, bénéficiaire du fonds, il était indispensable de mettre en cohérence ses engagements environnementaux avec la gestion de ce produit financier.

Photo d'illustration
istock

"Le climat est aujourd’hui une question éthique et morale, qui justifie de mettre en place une gestion financière cohérente avec nos valeurs" explique Geneviève Guenard, directrice financière du Comité Catholique contre la Faim et pour le Développement (CCFD) Terre solidaire. "Nous avons d’abord été sensibilisés par les campagnes de désinvestissement ciblant les 200 entreprises les plus polluantes de la planète. La publication de l’encyclique du Pape est ensuite venue conforter nos réflexions".

L’ONG joue un rôle clef pour Éthique et Partage, géré par la société de gestion Meeschaert, puisqu’elle est à la fois associée au comité de gestion et en charge du comité éthique. "C’est le seul fonds sur lequel nous avons un vrai pouvoir de décision et c’est un fonds action, ce qui facilite les choses" explique Geneviève Guenard. "Nous avons donc décidé, en juin, d’ajouter les énergies fossiles à notre liste d’exclusion. Il a fallu ensuite que la société de gestion fasse les délibérations nécessaires, en juillet, puis que l’AMF (Autorité des Marchés Financiers) valide la démarche, en août, pour enfin entrer en vigueur, en septembre." Les montants désinvestis seront réinvetsis dans les énergies renouvelables et autres démarches d'économies d'énergie, précise-t-elle.

 

Une politique de sélection exigeante

 

La stratégie d’investissement d’Éthique et Partage prévoit donc désormais "d’écarter du portefeuille les entreprises détentrices des plus grandes réserves de charbon, de pétrole et de gaz au niveau international et plus concrètement celles qui figurent dans l’indice The Carbon Underground 200TM".

Le fonds Éthique et Partage ayant déjà une politique de sélection très exigeante, il n’avait qu’une seule entreprise en portefeuille du secteur extractif. Elle a été vendue.

Sa politique de désinvestissement des énergies fossiles a des conséquences financières très limitées, mais elle incarne le retour d’un investissement responsable éthique qui souhaite écarter certains secteurs d’activité. Faiblement développé en France pendant longtemps, il pourrait retrouver une nouvelle dynamique si les appels au désinvestissement en version française se développent.

La première journée du désinvestissement organisée à Paris ce 1er septembre, en présence de la star du mouvement 350.org, Bill Mac Kibben, pourrait y contribuer. "Nous pensons que notre démarche va probablement amener les épargnants à poser des questions à leurs gestionnaires de portefeuilles" conclut Geneviève Guenard. "C’est cela qui pourrait entraîner d’autres fonds ISR français à adopter une démarche d’exclusion similaire."

Anne-Catherine Husson-Traore
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Nicolas Hulot : "le désinvestissement des actifs carbonés est absolument indispensable"

Pour réussir l’accord sur le climat, attendu à Paris en 2015, Nicolas Hulot, insiste sur l’importance de la capacité des États développés à tenir les promesses envers les pays en développement. L'envoyé spécial du président de la République pour la préservation de la planète rappelle aussi...

Le charbon a bénéficié de 73 milliards de dollars de financements publics entre 2007 et 2014

Alors que les négociateurs sont réunis à Bonn pour travailler sur le texte de l’accord de la COP21, un rapport dévoile l’ampleur du financement public encore alloué au charbon. Entre 2007 et 2014, 73 milliards de dollars ont été versés par les gouvernements et les institutions...

Exxon et Chevron refusent d’avoir un expert climat dans leur conseil d’administration

Climat : Le fonds norvégien va exclure le charbon

Le fonds norvégien, doté de plus de 800 milliards d’euros d’encours, va se désinvestir totalement du charbon. À six mois de la COP 21, c’est un signal fort envoyé par le parlement du pays. Les ONG environnementales se sont ouvertement félicitées de cette décision.

Finance et climat : assurer une "transition ordonnée" vers une économie décarbonée

Une première. Ce vendredi 22 mai, près d'un millier d'investisseurs du monde entier se sont réunis pour parler changement climatique dans le cadre du Climate Finance Day, au siège de l'Unesco à Paris. Au-delà du partage des bonnes pratiques des acteurs déjà mobilisés sur le sujet, des...

Pierre-René Lemas : "Mettre la pression sur les acteurs privés"

Le groupe Caisse des Dépôts (dont Novethic est une filiale) est l’un des co-organisateurs du Climate Finance day, qui aura lieu ce vendredi 22 mai à l’Unesco. En pleine Climate and Business week, Pierre-René Lemas, le directeur général de la CDC, détaille les engagements d’investissements...

Matthieu Auzanneau, du Shift Project : "les pétroliers se méfient comme de la peste d’un prix global du CO2"

Matthieu Auzanneau est chargé de la prospective au Shift Project, blogueur invité du monde.fr et auteur du livre "Or noir, la grande histoire du pétrole", paru aux éditions de La découverte. Ce spécialiste juge désormais critique le modèle économique des compagnies pétrolières.

Les actionnaires de BP votent en faveur de l’évaluation du risque carbone

Lors de l'Assemblée générale des actionnaires du géant pétrolier BP, qui se déroulait ce jeudi 16 avril à l'Excel Centre de Londres, 98 % des actionnaires ont apporté leur soutien à la résolution proposée par ShareAction en faveur d’une prise en compte du risque carbone dans les prévisions...

Les banques françaises refusent d’investir dans un projet minier australien dénoncé par les ONG

Bloquer un projet destructeur pour l’environnement en asséchant ses possibilités de financement. Cette stratégie, de plus en plus systématiquement mise en œuvre par les ONG environnementales, a payé pour le projet pharaonique du bassin de Galilée en Australie. Les trois principales banques...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Mine Charbon Pixabay

La Banque Postale AM publie à son tour sa feuille de route pour sortir du charbon

La société de gestion d’actifs de la Banque Postale suit de près les annonces faites par le Crédit Agricole la semaine dernière. La Banque Postale Asset Management veut désinvestir des entreprises minières et des producteurs d’électricité qui n’ont pas de plan de sortie du charbon. Seules les...

Norvege petrole 2

Sortie des fossiles : Le fonds norvégien obtient le feu vert du parlement pour verdir ses investissements

Le fonds souverain norvégien va pouvoir renforcer sa stratégie d’exclusion des énergies fossiles. Le parlement a voté les propositions faites par le ministère des Finances d’exclure les entreprises productrices de pétrole et gaz et de durcir les seuils d’exclusion du charbon. Annoncées au début de...

Crowdfunding eolienne PASCAL GUYOT AFP

Trois questions pour se repérer dans la jungle des labels de finance durable

Ils fournissent des indices précieux aux investisseurs et épargnants qui veulent placer leur argent de manière responsable. Mais les nombreux labels européens de finance durable présentent de fortes disparités, qui rendent difficiles la compréhension de leur véritable impact. Novethic les a tous...

G20 finance Japon Bruno Le Maire ToshifumiKitamura pool AFP

Consensus au G20 Finance pour taxer les géants du numérique et accroître la justice fiscale

Les ministres réunis lors du G20 Finance au Japon début juin font état d’un consensus sur la possibilité de taxer les géants du numérique, non pas où ils sont basés, mais où ils génèrent des revenus. Reste à trouver la méthode pour y parvenir. Ce qui pourrait être fait dès 2020.