Publié le 16 septembre 2019

FINANCE DURABLE

Esclavage moderne et investissement responsable : témoignage choc pour appel à l’action !

Un message fort a été adressé aux 1700 participants des PRI in Person, en clôture de cet évènement international organisé à Paris du 10 au 12 septembre : être un investisseur responsable, c’est aussi mettre l’accent sur le S des critères ESG en faisant de la lutte contre l’esclavage moderne une priorité.

TimeaNagy PRI
Timea Nagy est venu témoigner devant une foule d'investisseurs de son passé d'esclave sexuel au Canada.
@ACHT

Une jeune femme souriante s’avance sur la scène du Palais des Congrès et interpelle les 1700 investisseurs responsables internationaux réunis à Paris pour l’Assemblée générale des Principes pour l’Investissement Responsable : "Bonjour Je m’appelle Timéa. Je suis d’origine bulgare et, dans mon pays, à l’âge de 17 ans j’ai signé un contrat en anglais, lanque que je ne parlais pas, pour aller travailler au Canada et donner de l’argent à ma famille".

"Quand je suis arrivée, j’ai été enfermée dans un motel pour devenir esclave sexuelle. J’étais à peine nourrie, comme le montre la photo derrière moi. J’ai réussi à m’enfuir et j’ai pu obtenir le statut de réfugiée au Canada. Je me bats désormais contre le trafic d’êtres humains, ce qu’on appelle l’esclavage moderne. Je suis devant vous aujourd’hui parce que finalement toutes ces atrocités ont un seul moteur : l’argent et qui gère l’argent ? Vous ! Vous pouvez traquer l’argent sale, blanchi dans vos réseaux et c’est le seul moyen de lutter efficacement contre tous ces trafics"

40,3 millions d’esclaves

Timéa Nagy a été invitée sur la scène du Palais des Congrès par Fiona Reynolds, la directrice des PRI, qui espère ainsi donner un S majuscule à la prise en compte des critères sociaux par les investisseurs signataires de l’initiative. Elle participe activement au combat contre l’esclavage moderne dont elle rappelle les chiffres : "40,3 millions d’hommes, de femmes et d’enfants ont été victimes de cette forme d’esclavage en 2016. Le travail forcé génère 150 milliards de profits chaque année à ses promoteurs !". Les données sont connues mais la mobilisation générale est encore à venir d’où l’embarras palpable des investisseurs installés dans des sièges confortables au Palais des Congrès face à Timéa. Ils s’interrogeaient sur leurs moyens d’action.

"Ils sont importants car vous avez de l’influence" ont expliqué quelques heures plus tard les spécialistes réunis autour du réseau francophone des Principes pour l’Investissement Responsable, à l’initiative des régimes de retraite de l’Ircantec et de l’Agirc-Arrco. Leur idée forte "remettre le S de Social au cœur de l’approche des investisseurs et se mobiliser pour promouvoir cette démarche au sein de la francophonie, aujourd’hui orientée pour l’essentiel sur la culture".  L’influence est une approche encore plus complexe que ce qu’on appelle la matérialité qui consiste à quantifier le coût des risques et opportunités liés à des critères environnementaux et sociaux.

Utiliser les ODD

Elle se concentre sur les divers moyens de pression (engagement actionnarial, notation ESG, exclusion…) exercés sur les entreprises pour qu’elles fassent de la prévention et de la réparation dans l’ensemble de leurs chaines de sous-traitance. C’est ce que prévoient les lois contre l’esclavage moderne en Australie et au Royaume-Uni mais aussi celle sur le devoir de vigilance, adoptée en France sur laquelle le Forum pour Investissement Responsable a réalisé un vade-mecum.

Pour passer à l’acte deux occasions majeures se présentent dans les temps à venir. La première est le débat sur le financement des retraites en France. Jean-Pierre Costes, Président du conseil d’administration de l’Ircantec, a ainsi affirmé le 12 septembre que "les réserves des régimes de retraite doivent être gérées selon une approche d’investissement responsable ". La seconde concerne les Objectifs de Développement Durable (ODD) autour desquels les Nations Unies organisent un sommet le 25 septembre prochain. Les investisseurs responsables francophones se les approprient progressivement comme le montre l’étude publiée par Novethic mais pour les atteindre et les faire respecter tout reste à faire, ou presque.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Smartphone appli BNP CCO

BNP Paribas propose à ses clients de calculer l’empreinte carbone de leurs dépenses

En s’associant avec la jeune pousse Greenly, BNP Paribas permet à ses clients de mesurer l’empreinte carbone de leur consommation. Intégrée à l’application bancaire, la solution de Greenly détermine le volume d’émission de gaz à effet de serre de chaque ligne de dépense affichée sur les relevés de...

Pompage petrole CC0

Les premières exclusions du pétrole et gaz, premier signe d’un retrait massif à venir des investissements dans les fossiles

Une étude publiée le 20 octobre par l’institut australien IEEFA spécialiste de l’analyse économique et financière du secteur de l’énergie, a passé au crible les politiques de 50 investisseurs de poids qui excluent les sables bitumineux et le forage gazier en Arctique. Leurs conclusions : un exode...

Nikola refuse1 NikolaMotor

Nikola Motor, "l’autre Tesla", s’effondre en Bourse sur fond de promesses technologiques douteuses

Le cours de Bourse de Nikola Motor est descendu aussi vite qu’il était monté. La startup américaine cotée au Nasdaq depuis juin a fait l’objet d’un rapport à charge d’un investisseur. Celui-ci démonte toutes les promesses sur la technologie et sur l’existence même de prototypes du fondateur de la...

FINANCEMENT ODD

5 ans des Objectifs de développement durable (ODD) : quelles solutions pour accélérer les financements

Il y a cinq ans, l’ONU adoptait les Objectifs de Développement durable, soit 17 priorités environnementales, sociales et économiques pour 2030. Mais aujourd'hui, le compte n’y est pourtant pas. Seuls 2 500 milliards d'euros sont mobilisés chaque année alors que 5 000 à 7 000 seraient nécessaires. Et...