Publié le 25 mai 2007

FINANCE DURABLE

Eco-prêts : une offre en développement

Trois mois après l'adoption des textes officialisant la création du livret de développement durable, l'offre de prêt aux travaux d'économie d'énergie commence à se développer et à se diversifier. Pionnières ou à la traîne, les banques françaises n'ont plus le choix. Pour y voir clair parmi cette offre nouvelle, l'ADEME a déjà établi une liste des prêts selon les différents projets à financer.

109376_GF.jpg

Il aura fallu quelques banques pionnières, des ONG exigeantes et surtout un texte de loi pour que l'offre de prêts bancaires aux travaux d'économie d'énergie se développe enfin. En effet, la mise en place du Livret de développement durable (LDD) en remplacement du Codevi (voir article lié) avait pour objectif de soutenir cette offre de prêts spécifiques. Désormais, toute banque qui collecte de l'épargne via le LDD a pour obligation de proposer des prêts finançant les travaux d'économie d'énergie dans des logements de plus de deux ans. Il faut rappeler que le montant de l'épargne collectée affectée à ce type de prêts devra atteindre 10% d'ici trois ans. Trop peu au regard des associations environnementales, un challenge selon le secteur bancaire.

Si la Nef, le Crédit Coopératif, les Banques Populaires ou le Crédit Agricole ont proposé ce type de prêts bien avant les récents dispositifs légaux, ils sont rejoints aujourd'hui par l'ensemble des acteurs du secteur bancaire, notamment les deux principaux groupes français : BNP Paribas et Société Générale. Dans son récent rapport, Banques françaises, banques fossiles ? analysant le secteur selon des critères de politique climatique et énergétique (voir article lié), les Amis de la terre les avait pointées du doigt. BNP Paribas se classait ainsi 6e sur les dix principales banques françaises avec une note de 2/10, l'ONG lui reprochait un prêt à taux bonifié "Dolce Vita Bâtir Durable" mettant uniquement l'accent sur l'offre gaz de GDF et pas sur l'offre énergie renouvelable, pourtant existante. La Société Générale, elle, se classait en 8e position avec une note de 1,3/10, et semblait même aux yeux de l'association "assez indifférente aux enjeux environnementaux."

Les obligations liées au LDD pourraient faire évoluer les pratiques bancaires mais ce n'est pas si sûr. En effet, l'offre de ces deux banques s'en tient pour l'instant au strict minimum. Ainsi, BNP lance Energibio, un crédit à la consommation, donc limité à 21 500 euros, remboursable sur une durée de 4 mois à 9 ans avec un taux établi selon le montant emprunté et la durée de remboursement. Le prêt Développement durable de la Société Générale est aussi un prêt à la consommation, remboursable, lui, sur une durée de 1 à 7 ans.
D'autres banques ont suivi le mouvement. Avec Pactys Environnement, la Banque Postale propose un prêt pour des travaux à l'ampleur modérée puisque son montant s'échelonne de 3 000 à 10 000 euros remboursables sur une durée de 3 à 7 ans. De son côté, la Caisse d'épargne a lancé l' Ecureuil Crédit Développement Durable qui est encore un crédit à la consommation pour les travaux d'énergie mais élargi à l'acquisition de véhicules propres ou peu polluants (émettant moins de 120 grammes de CO2 par kilomètre).

Face à ce développement de l'offre et allant plus loin que les seuls prêts destinés aux travaux d'économie d'énergie, l'ADEME et le site Testepourvous.com ont établie une liste des éco-prêts présents sur le marché. A partir des réponses des banques à un questionnaire, un classement des différents éco-prêts est établi à partir de critères sur les réponses qu'ils apportent au financement de travaux d'amélioration de l'habitat, de la construction d'un logement neuf ou de l'acquisition d'une voiture. La comparaison repose essentiellement sur des critères financiers (taux, montant, durée, frais de dossiers, etc.), mais la qualité technique des travaux et des équipements éligibles au prêt est également prise en compte. Cette liste devrait donc évoluer selon l'offre du marché. "Les informations sont mises à jour tous les trois mois, par la relance d'un questionnaire à toutes les banques françaises. Les établissements bancaires peuvent également prendre l'initiative de communiquer leurs informations qui seront alors mises en ligne sur Internet, " précise l'Ademe.

Par contre, compte tenu de la difficulté à établir des critères objectifs de comparaison, des critères qualitatifs comme la mise en place d'une communication spécifique vis-à-vis des clients ou d'une formation poussée du réseau commercial des banques, ne sont pas pris en compte. Enfin, pour garantir la transparence de cette liste, un comité de projet chargé de donner son avis sur la méthodologie de comparaison a été mis en place. Aux côtés de Novethic, on y trouve les associations Les Amis de la Terre, la Confédération Logement Cadre de Vie et l' UFC-Que choisir, l'Agence nationale d'information sur le logement, l'Agence nationale de l'habitat et un expert bancaire indépendant.

Christophe Brunella
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Statue Jacques Coeur B W KoS

[À l’origine] Premier "vrai" ministre des Finances au Moyen-Âge, Jacques Cœur réussit à redresser le budget de l’État

Jacques Cœur s’est trouvé face au même dilemme que les ministres des Finances contemporains : caisses vides, croissance en berne… et gros besoins de dépenses ! Ce grand argentier du royaume de France a réussi à redresser les finances publiques en pleine guerre de 100 ans. Son habilité à développer...

écolabel européen pogonici

Accord sur la taxonomie : l’Europe met en œuvre son plan d’action sur la finance durable

Les trois autorités européennes - Conseil, Commission et Parlement - sont parvenues à un accord sur la taxonomie, classification des activités vertes. Malgré de fortes oppositions de lobbys financiers et d’acteurs politiques, les négociateurs européens ont réussi à atteindre un accord ambitieux. De...

Réforme des retraites : pourquoi l’investissement durable garantit les réserves sur le long terme

Alors que débutent les mouvements sociaux contre la réforme des retraites, Novethic se penche sur le financement du système, qui se trouve en risque du fait du vieillissement de la population. Pour cela, un fonds de réserve universel doit être créé. La manière dont il sera placé sera cruciale pour...

System Climate Change disobeyart

[Édito Vidéo] Axa et Société générale, deux mondes en transition

Durant la semaine de la finance climat à Paris, tous les acteurs se sont engagés à répondre à l’urgence climatique. Mais tous ne choisissent pas la même voie entre l’action progressive et la radicalité. Deux acteurs ont été particulièrement visibles : Axa et la Société générale. Deux manières de...