Publié le 05 novembre 2019

FINANCE DURABLE

Saudi Aramco : JP Morgan, HSBC, Goldman Sachs appelés à tourner le dos à la plus grande introduction en Bourse de l'histoire

Le plus grand pétrolier mondial, le saoudien Saudi Aramco, s’apprête à réaliser son entrée en Bourse. Il est en cela aidé par les plus grandes banques du monde qui accompagnent la colossale opération. Plusieurs ONG appellent les établissements financiers à faire machine arrière pour protéger le climat mais aussi pour ne pas soutenir le royaume wahhabite qui bafoue les droits humains.

Saudi Aramco est le pétrolier national d'Arabie Saoudite et la plus grande entreprise mondiale.
@SaudiAramco

Le jour est enfin arrivé. Trois ans après l’annonce, L’Arabie Saoudite va enfin introduire en Bourse son pétrolier national Saudi Aramco. Un monstre qui produit presque 10 % du pétrole mondial et dont la valorisation est estimée entre 1 500 et 1 800 milliards de dollars (bien plus qu’Apple par exemple). L’opération est attendue depuis longtemps, mais a dû être reportée à plusieurs reprises en raison de conditions de marché difficiles et de baisse des cours du brut.

Dans un premier temps, le Royaume va introduire 2 à 5 % de l’entreprise au Tadawul, la Bourse de Ryad. Ce qui devrait représenter un minimum de 30 milliards de dollars, soit un record devançant l’introduction en bourse d’Alibaba qui avait levé 25 milliards de dollars. Dans un second temps, une autre introduction pourrait avoir lieu sur une autre place. Alors que Londres et New-York longtemps pressenties ont été écartées, celle de Tokyo semble être désormais privilégiée.

Dans cette perspective, des ONG pointent publiquement du doigt les grandes banques internationales qui préparent l'introduction en Bourse du géant pétrolier. Dans une lettre, huit organisations écologistes mettent en garde les patrons de sept banques, les américaines Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, JPMorgan Chase et Morgan Stanley, l'helvétique Crédit Suisse et la britannique HSBC.

Environnement et Droits humains

Les ONG, dont Rainforest Action Network, Global Witness, ShareAction ou Oil Change International, s'inquiètent de voir ces grands noms de la finance travailler sur l'entrée du plus grand pétrolier mondial de la planète, qui "devrait être de loin le plus grand investissement dans l'énergie fossile depuis les accords de Paris de fin 2015".

Les ONG jugent en outre problématique que des banques aident le Royaume à lever des milliards de dollars "compte tenu du bilan horrible concernant les droits humains du régime saoudien", en référence notamment à l'assassinat du journaliste Jamal Khashoggi. La lettre rappelle enfin, en citant la presse financière, que certains investisseurs ont refusé de prendre part à l'introduction en Bourse d'Aramco pour des raisons environnementales, notamment le singapourien Temasek Holdings.

4,4 % des émissions mondiales

Il faut dire que le bilan de Saudi Aramco s’est considérablement alourdi au fil des années. Le journal britannique The Guardian a publié une vaste enquête dans laquelle il révèle le nom des 20 entreprises qui ont émis pas moins de 480 milliards de tonnes de CO2, soit 35 % des émissions mondiales, depuis 1965.

Sur le podium, on retrouve la compagnie Saudi Aramco avec 59,3 milliards de tonnes de dioxyde de carbone émis, soit 4,4 % des émissions mondiales, suivie par l’Américaine Chevron qui a généré 43,4 milliards de tonnes de CO2. Sur la troisième place, on trouve la Russe Gazprom avec 43,2 milliards de tonnes de CO2.

Ludovic Dupin avec AFP


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

FINANCEMENT ODD

5 ans des Objectifs de développement durable (ODD) : quelles solutions pour accélérer les financements

Il y a cinq ans, l’ONU adoptait les Objectifs de Développement durable, soit 17 priorités environnementales, sociales et économiques pour 2030. Mais aujourd'hui, le compte n’y est pourtant pas. Seuls 2 500 milliards d'euros sont mobilisés chaque année alors que 5 000 à 7 000 seraient nécessaires. Et...

Consommation bio locale de saison effet covid

Faillite de Bio C‘Bon : des actionnaires particuliers craignent de perdre leur mise

Plusieurs centaines de particuliers ont investi leurs économies dans le capital de la chaîne de distribution Bio C’Bon, aujourd’hui en redressement judiciaire. Alors que les repreneurs doivent faire connaître leur offre auprès du juge, ils veulent faire entendre leur voix afin de ne pas tout perdre...

Epargne pxhere com

Bercy met le livret A et le LDDS à contribution pour la relance verte

Le ministère de l’Économie a assoupli les conditions d’utilisation des placements dans les livrets d’épargne réglementée. La Caisse des dépôts et la Banque des territoires vont pouvoir utiliser le fonds d’épargne pour financer des projets liés à la transition écologique, en plus des logements...

Banque du climat Dufour Sichel BPI

Banque du climat : 40 milliards pour transformer l’économie en quatre ans

Rénovation thermique des bâtiments, mobilités durables, développement des énergies renouvelables, accélération des innovations vertes… Bpifrance et la Banque des territoires ont développé un plan climat de 40 milliards d’euros, sur quatre ans, pour accélérer la transition écologique des entreprises...