Publié le 29 juin 2018

FINANCE DURABLE

[Décryptage] Grandeur et misère du CAC 40

Le CAC 40 réunit les entreprises censées être les fleurons de l’économie française. Mais la constitution de cet indice phare est fait à la discrétion d’un comité scientifique dont les critères sont inconnus. Les performances financières sont sans aucun doute en tête de liste… Mais ne serait-il pas temps d’intégrer aussi des critères de performances environnementales et sociales ? 

Les critères de constitution des entreprises du CAC40 ne sont pas transparents.
@KenDrysdale

Il s’en est fallu de peu pour que les journaux titrent : une entreprise du CAC 40 mise en examen pour crime contre l’humanité. La mise à l’index du cimentier Lafarge Holcim a bien eu lieu. Mais le comité scientifique qui sélectionne les entrées et les sorties de l’indice phare de la Bourse de Paris dans le plus grand secret, l’avait exclue le 18 juin.

Sur quels critères ? Financiers sûrement, économiques et politiques probablement. On n’en sait trop rien puisque sa méthodologie de sélection et sa composition ne sont pas publiques. "En ces temps de Mondial de football on peut malgré tout dire que c’est un bon sélectionneur d’entreprises solides et performantes", explique Bruno Fine, président de Roche-Brune asset management qui vient de publier une analyse sur le sujet.

"Le comité scientifique applique sans doute une méthode visant à retenir les meilleures entreprises du moment avec l’objectif d’afficher les meilleures performances. Quand on analyse sur dix ans, on constate que le CAC 40 a réussi à avoir 3,6 % de progression moyenne, mais en changeant de joueurs. Le comité est donc plutôt bon dans sa dimension de sélectionneur", explique-t-il.

Le CAC sur un objectif 5°C

Il ajoute : "D’un point de vue ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) ou financier, celles qui sont restées affichent de bonnes performances, mais n’est-il pas surprenant qu’aujourd’hui il échappe à toutes règles de transparence auxquelles sont soumis les investisseurs qui achètent les actions des entreprises du dit CAC 40."

Les investisseurs institutionnels et les sociétés de gestion soumises par l’article 173 de la loi TEE (Transition Écologique et Énergétique) ont des obligations de reporting sur la prise en compte des risques climat et des dimensions ESG. Or côté risque climat, il serait sans doute utile que le comité s’intéresse aux manques de performances de son équipe première. Selon les études de Mirova, le CAC 40 est sur une trajectoire de plus de 5 degrés de réchauffement climatique.

Si on file la métaphore du sélectionneur impénétrable que serait le comité scientifique du CAC 40, il pourrait aussi miser sur l’avenir et sélectionner les grandes entreprises les plus performantes au plan économique, environnemental et social pour faire de son indice, le phare de l’économie durable, résiliente et compétitive. Dans ses premières mesures pour la finance durable, la Commission européenne a choisi de commencer par la création d’indices bas carbone ou à impact positif spécifiques. Ils doivent servir d’étalon de mesure de la performance financière pour les investisseurs engagés.

GE hors du Dow Jones

Mais les autres investisseurs doivent-ils continuer à investir dans l’économie telle qu’elle est… Et attendre que les stars d’hier soient suffisamment flétries pour ne plus être retenues dans le casting d’élite des indices phares ? Cela vient d’arriver à General Electric. Ce fleuron a été exclu le 17 juin du Dow Jones après 111 ans de sélection continue ! 

Alors qu’il existe aujourd’hui 70 fois plus d’indices que d’entreprises qui les composent, et qu’ils attirent une part massive et croissance de l’investissement, il serait important de les faire participer à la grande compétition mondiale qui commence : celle de la finance durable.

Anne-Catherine Husson-Traore,  @AC_HT, Directrice générale de Novethic


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Statue Jacques Coeur B W KoS

[À l’origine] Premier "vrai" ministre des Finances au Moyen-Âge, Jacques Cœur réussit à redresser le budget de l’État

Jacques Cœur s’est trouvé face au même dilemme que les ministres des Finances contemporains : caisses vides, croissance en berne… et gros besoins de dépenses ! Ce grand argentier du royaume de France a réussi à redresser les finances publiques en pleine guerre de 100 ans. Son habilité à développer...

écolabel européen pogonici

Accord sur la taxonomie : l’Europe met en œuvre son plan d’action sur la finance durable

Les trois autorités européennes - Conseil, Commission et Parlement - sont parvenues à un accord sur la taxonomie, classification des activités vertes. Malgré de fortes oppositions de lobbys financiers et d’acteurs politiques, les négociateurs européens ont réussi à atteindre un accord ambitieux. De...

Réforme des retraites : pourquoi l’investissement durable garantit les réserves sur le long terme

Alors que débutent les mouvements sociaux contre la réforme des retraites, Novethic se penche sur le financement du système, qui se trouve en risque du fait du vieillissement de la population. Pour cela, un fonds de réserve universel doit être créé. La manière dont il sera placé sera cruciale pour...

System Climate Change disobeyart

[Édito Vidéo] Axa et Société générale, deux mondes en transition

Durant la semaine de la finance climat à Paris, tous les acteurs se sont engagés à répondre à l’urgence climatique. Mais tous ne choisissent pas la même voie entre l’action progressive et la radicalité. Deux acteurs ont été particulièrement visibles : Axa et la Société générale. Deux manières de...