Publié le 28 novembre 2018

FINANCE DURABLE

Les banques centrales doivent envoyer les bons signaux au marché, selon François Villeroy de Galhau (Banque de France)

Pour mobiliser la finance vers une économie bas carbone, les banques centrales ont un rôle central à jouer pour montrer la voie. Une vingtaine est aujourd'hui réunie au sein du réseau NGFS (Networking for greening the financial system). Ce réseau plaide pour une meilleure prise en compte des risques climatiques par le secteur financier comme l'a souligné François Villeroy de Galhau, gouverneur de la banque de France, en clôture du Climate Finance Day.

Francois Villerroy banque de France BanquedeFrance
François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, appellent les banques centrales à coopérer pour pousser la finance climat.
@BanquedeFrance

Réorienter les milliers de milliards de dollars nécessaires à la transition vers une économie bas carbone demandera la "puissance de la coopération", en particulier celle des banques centrales. Celles-ci doivent "envoyer les bons signaux" au marché. C'est le message qu'est venu porter François Villeroy de Galhau, gouverneur de la Banque de France, en clôture du Climate Finance Day.

Cette coopération existe depuis un an à travers le réseau Networking for greening the financial system (NGFS) qui réunit aujourd'hui une vingtaine de banques centrales. Dans un premier rapport publié en octobre, le réseau insiste sur le fait que le changement climatique est une source de risques financiers auxquels les institutions financières doivent répondre. Pour les y aider, un nouveau rapport, attendu le 7 avril 2019, guidera leur action.

D'une transparence volontaire à une transparence obligatoire

En attendant, le réseau dit endosser l'ensemble des recommandations de la TCFD, la task force sur la transparence des risques financiers liés au climat. "Nous devons passer d'une transparence volontaire à une transparence obligatoire", assure le gouverneur de la Banque de France, qui appelle l'Union européenne à s'appuyer sur l'article 173 de la loi française.

La Commission européenne, qui travaille aussi sur une taxonomie des investissements verts, a le soutien du réseau. "Le marché doit avoir une méthode d'évaluation claire" pour éviter tout greenwashing. "Nous avons besoin d'une norme commune pour évaluer de façon indépendante les impacts des investissements. Cela est crucial pour nous assurer de l'intégrité du marché", ajoute le gouverneur.

Plus loin que les green bonds

Mais, "nous devons aller plus loin que la photo, nous devons avoir la vidéo des risques climatiques, physiques et de transition", avec l'élaboration de scénarios, plaide-t-il. Des scénarios sur lesquels se baseront les stress tests des institutions financières. Les résultats des premières expérimentations sont attendus pour début 2019.

Enfin, il faudra donner les "bons signaux" pour encourager les financements verts. Selon le dernier rapport du Giec, près de 900 milliards de dollars par an sont nécessaires pour espérer limiter la hausse de la température globale à +1,5°C. C'est beaucoup, mais "loin d'être insurmontable", quand on sait que cela correspond à moins de 1 % du PIB mondial, rappelle le haut dirigeant. 

Béatrice Héraud @beatriceheraud


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles




FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable. Actuellement, l’attention est focalisée sur le climat. Dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et suite à l’Accord de Paris, des rendez-vous internationaux liés à la finance climat sont prévus en décembre dans la capitale française.

Excavation charbon Allemagne Martin Lizner

[Décryptage] COP24 : Des limites de l’engagement de la finance sur la fin des émissions liées au charbon

Lors de la COP24, qui se déroule à Katowice en Pologne jusqu’au 14 décembre, 415 grands investisseurs mondiaux appellent les ɐtats à être plus ambitieux sur la diminution de leurs émissions de gaz à effet de serre. Un message qui laisse perplexe alors que, depuis l’Accord de Paris, les fonds des...

Banque mondiale COP24 WorldBank

COP24 : la Banque mondiale promet 200 milliards de dollars entre 2021 et 2025 pour l’adaptation au changement climatique

La Banque mondiale a annoncé, lundi 3 décembre, la mobilisation d'environ 200 milliards de dollars de financements de 2021 à 2025 pour aider les pays en développement face au changement climatique, soit un "doublement" par rapport à la période précédente.

Gilets jaunes Palais Brongniart France2

La prise du palais Brongniart par les gilets jaunes, symbole de l’indispensable facteur Social des critères ESG

Dans le secteur de la finance durable, la prise en compte des critères ESG (Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance) a surtout mis l’accent sur les sujets climatiques. Mais ne serait-ce pas plutôt le facteur S qui doit être au centre de cette finance ? La journée de manifestation des gilets...

Laetitia Tankwe DeBaudus

Laetitia Tankwe, première française élue au Conseil d’administration des PRI

Conseillère du président de l’Ircantec, organisme de la retraite publique, Laetitia Tankwe sera la première française à intégrer le conseil d’administration des Principes pour l’Investissement Responsable (PRI) dès janvier prochain. L’initiative, qui rassemble aujourd’hui plus de 2500 signataires...