Publié le 13 mars 2019

FINANCE DURABLE

Catastrophes naturelles : les assureurs cherchent de nouveaux moyens de financement

Le monde de l’assurance doit faire face à des coûts liés aux catastrophes naturelles de plus en plus élevés. Les Cat’ Bonds, ces obligations catastrophe émises sur les marchés financiers, suscitent justement un fort regain d’intérêt de la part des assureurs. Le marché a explosé les compteurs en 2018, avec près de 14 milliards de dollars de Cat’ Bonds émis dans le monde. Et la tendance devrait continuer en 2019.

OuraganMichael Floride Brandon Perdue 2
Les catastrophes naturelles ont coûté 225 milliards de dollars dans le monde en 2018.
@Brandon Perdue

Ouragan Michael en octobre 2018 aux États-Unis : 10 milliards de dollars d’indemnisation par les assurances. Les feux de forêts en Californie : 12 milliards de dollars. Le typhon Jebi en septembre au Japon : 8,5 milliards de dollars. Face à l’augmentation du coût des catastrophes naturelles, les assureurs doivent se mettre en quête de nouveaux outils de financement.

Les "Cat’ bonds", abréviation de "catastrophe bonds" ou obligations catastrophe, connaissent justement un succès grandissant. Ces instruments financiers permettent de faire supporter le risque d’indemnisation des désastres naturels aux marchés financiers. Ils offrent une alternative aux réassureurs, ces compagnies dont le métier consiste à assurer les assureurs.

L’année 2018 s’est achevée sur un record en termes d’émission de nouvelles "obligations catastrophe". Selon Artemis, le site britannique spécialisé dans les données des produits d’assurance alternatifs, le marché a dépassé les 13,8 milliards de dollars, en progression de 10 % par rapport à l’année 2017… qui détenait le précédent record (12,5 milliards de dollars). Il n’avait, auparavant, jamais dépassé les 10 milliards de dollars. Les encours totaux atteignent 37,8 milliards de dollars en 2018.

Des rendements attractifs

Les événements naturels majeurs surviennent en effet de plus en plus fréquemment, l’année 2018 étant la troisième année consécutive à dépasser le seuil des 200 milliards de dollars de pertes, selon Aon. Le monde de l’assurance ne peut plus en supporter le coût tout seul. En 2018, la facture a atteint 225 milliards de dollars.

Pour les investisseurs dans ces obligations, c’est quitte ou double. Concrètement, un assureur émet un Cat’ Bond sur les marchés pour financer le risque d’indemnisation d’un événement naturel de dimension systémique. Les fonds collectés ne pourront être utilisés que si une catastrophe survient. Les investisseurs (fonds de pension, banques, voire assureurs et réassureurs) ayant souscrit à l’émission obligataire, peuvent alors perdre leur mise.

Après deux années 2017 et 2018 où les coûts économiques liés aux catastrophes naturelles n’ont jamais été aussi élevés, les investisseurs risquent donc de voir leurs investissements passer par pertes et profits. Mais ils auront encaissé entre-temps des taux d’intérêt plus élevés que la moyenne. Ce qui est intéressant dans un univers de taux bas… Preuve en est : l’année 2019 repart sur les chapeaux de roues, avec déjà 1,5 milliard de dollars émis.

"Plusieurs événements naturels ont impacté les réassureurs, qui ont eu moins d’appétit pour ces risques, explique Laurent Bonnet, directeur du pôle financements alternatifs chez le courtier Gras Savoye Willis Towers Watson. Les marchés financiers, eux, sont attirés par les rendements élevés de ces instruments."

Diversifier ses sources de financement

Côté assureurs, le recours à ces outils alternatifs permet de ne pas se retrouver coincé si les réassureurs devaient resserrer leurs conditions. "Le marché de la réassurance demeure efficace en France compte tenu de ses tarifs et de sa souplesse, explique Michel Elbilia, responsable réassurance du groupe Covéa. Mais il est important d’avoir une source de diversification. Le marché, ce sont des cycles qui peuvent s’inverser."

L’assureur mutualiste (marques MAAF, MMA, GMF) s’est lancé pour la première fois sur ce marché en 2018. Il a émis une obligation d’un montant de 90 millions d’euros qui contribuera à financer le risque de tempête en France sur la période 2018 à 2022. Ces 90 millions d’euros représentent une goutte d’eau par rapport aux 1,6 milliard d’euros de contrats souscrits auprès des réassureurs traditionnels. Mais elle constitue un test grandeur nature de ce marché.

Enfin, les entreprises de réassurance elles-mêmes ont recours aux obligations catastrophe. Le Français Scor a émis un Cat’ Bond de 300 millions d’euros pour la période 2018-2022. Lui aussi transfère son risque, en faisant peser le paiement des garanties non sur son capital, mais sur les marchés.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Eoliennes pixabay

En un an, les investissements dans les entreprises d'énergies renouvelables ont été multipliés par six en France

Le secteur des énergies renouvelables a suscité l’engouement des investisseurs en 2018. Les montants collectés en private equity ont explosé les compteurs, avec 646 millions d’euros investis en capital. Même chose pour les plates-formes de crowdfunding qui voient décoller le financement des projets...

OuraganMichael Floride Brandon Perdue 2

Catastrophes naturelles : les assureurs cherchent de nouveaux moyens de financement

Le monde de l’assurance doit faire face à des coûts liés aux catastrophes naturelles de plus en plus élevés. Les Cat’ Bonds, ces obligations catastrophe émises sur les marchés financiers, suscitent justement un fort regain d’intérêt de la part des assureurs. Le marché a explosé les compteurs en...

Baril petrole bourse risque prim91

Le jour où le fonds norvégien ébranla la forteresse financière qu’est encore le pétrole

L’histoire se souviendra peut-être du 8 mars 2019 comme celui où l’un des plus gros actionnaires du monde, le fonds norvégien, a annoncé qu’il cessait d’investir dans les "compagnies d'exploration et de production" pétrolières pour des raisons financières !

Norvege petrole 2

En excluant le pétrole, le fonds norvégien entérine le principe du risque climatique pesant sur les marchés financiers

Quelque 134 entreprises du secteur de l’exploration et de la production de pétrole et gaz seront persona non grata dans le fonds souverain norvégien. Le ministère des Finances, sa tutelle, vient de prendre la décision d’une exclusion progressive de ce secteur du portefeuille du fonds. Et ajoute une...