Publié le 14 février 2007

FINANCE DURABLE

BNP PAM, I.DE.AM et Robeco retenus pour gérer les actions de l'ERAFP sous ISR

Les résultats de l'appel d'offre ISR, lancé en juin 2006, par l'ERAFP (Etablissement de retraite additionnelle de la fonction publique), ont été publiés le 14 février. Le fonds de pension de la fonction publique a retenu 3 sociétés de gestions BNP PAM, I.DE.AM et Robeco (deux françaises et une hollandaise) pour gérer le plus gros mandat ISR français qui devrait atteindre1,2 milliards d'euros, en 4 ans. Une quatrième, la suisse Pictet AM, a été retenue pour un prochain mandat de gestion, dit stand by.

default

Les grands mandats ISR liés à la gestion des retraites

Pictet AM est la seule société de gestion ISR qui a été retenue dans les deux principaux appels d'offre ISR français, émanant de deux grands investisseurs institutionnels que sont l'ERAFP et le Fonds de Réserve des Retraites (FRR).
Le FRR a retenu, en juin 2006, pour gérer 600 millions d'euros sous ISR, les sociétés de gestion suivantes : AGF AM, Dexia AM, Morley Fund Management, Sarasin Expertise AM ainsi que Pictet AM.
En juillet 2006, l'organisme de retraite AGIRC ARRCO a décidé de faire un « test ISR » en investissant 100 millions d'euros et sélectionné 5 sociétés de gestions pour cela BNP PAM, Groupama AM, I.DE.AM, Dexia AM et Sarasin Expertise AM.

Premier investisseur institutionnel à placer l'ensemble de ses actifs sous gestion ISR, l'ERAFP, qui fonctionne depuis le 1er janvier 2005, met progressivement en œuvre son dispositif.
En mars 2006, il a adopté une charte ISR qui définit cinq domaines de valeurs : Etat de droit et droits de l'Homme, Progrès social, Démocratie sociale, Environnement, Bonne Gouvernance et Transparence. Elle impacte d'ores et déjà sa gestion obligataire qui représente au moins 75 % des encours. Aux paramètres financiers traditionnels l'établissement a ajouté deux critères de choix d'obligations d'Etat : leur degré de respect des grandes conventions internationales, en particulier celles concernant le droit du travail, et la place qu'ils occupent dans le classement annuel de l'ONG Transparency International sur la corruption. Ces critères l'ont déjà conduit à surpondérer les Etats scandinaves et sous pondérer certains Etats du sud del'Europe comme l'Italie, le Portugal ou la Grèce.
L'ERAFP est géré de façon paritaire ce qui signifie que des représentants des grands syndicats de la fonction publique siègent à son conseil d'administration. Depuis plus d'un an ces derniers se livrent à un colossal travail de construction de principes de gestion ISR qui s'appliquent déjà aux obligations et devraient s'étendre aux actions qui, à terme, devraient représenter 15 % des encours. Ils sont en train de finaliser un référentiel ISR et sont aidés pour cela par deux agences de notation extra financière, Vigeo et Oekom, mais souhaitent mettre au point leur propre grille d'évaluation. Si les investisseurs institutionnels représentent 58 % du marché ISR -enquête Novethic juin 2006-, aucun d'entre eux ne s'était, jusque la, impliqué à ce point dans la construction d'une méthodologie de sélection ISR.
« La philosophie d'investissement et la conviction des administrateurs de l'ERAFP est tout aussi légitime que les arbitrages des gestionnaires sur des critères économiques et financiers » précise Philippe Caïla, le directeur de l'ERAFP.

Une sélection exigeante

Pour designer les gestionnaires qui devront décliner sa politique ISR sur des portefeuilles action, l'ERAFP a procédé à un appel d'offre relevant du code des marchés publics. Il a adressé aux 16 candidats retenus, sur les 33 qui s'étaient présentés, un questionnaire précis contenant une soixantaine d'interrogations. Aucun des candidats n'a été auditionné, tous ont été jugés sur la qualité de leurs dossiers. « Nous avons choisi ceux qui étaient de loin les meilleurs en fonction de notre grille d'évaluation. » explique Philippe Caïla. « Certes, notre langue de travail est le français mais en dehors de cela nous avons surtout regardé la qualité de leur processus de gestion ISR et plus particulièrement celle des équipes dédiées
Dès avril, BNP PAM, I.DE.A.M et Robeco disposeront de leurs premiers mandats. Celui de Pictet AM reste en réserve et l'ERAFP choisira de l'activer ou non ultérieurement. Tout l'enjeu pour les quatre lauréats qui ont chacun des pratiques différentes sur l'ISR, sera de les adapter au processus de l'ERAFP, ce dernier voulant rester très actif sur sa gestion.
Xavier de Bayser, président d'I.DE.AM, société de gestion ISR du groupe Crédit Agricole, est ravi « Nous sommes très heureux de ce choix qui est l'aboutissement d'une longue série. A part celui du FRR, nous avons remporté tous les appels d'offres ISR, y compris ceux passés par l'Institut Pasteur et les Petits frères des pauvres. » Il explique ainsi sa stratégie : « Nous mettons en avant le S d'ISR. Pour nous il recouvre les dimensions sociales et solidaires. Mais il y a aussi notre outil d'intelligence économique et de veille sur les entreprises qui nous permet d'alerter nos clients sur les risques sociaux, environnementaux et de gouvernance que présentent certaines sociétés. »
Pour Xavier de Bayser, le choix de l'ERAFP va l'aider à exporter le savoir faire français sur l'ISR à l'étranger, y compris en Asie « Gérer les retraites des fonctionnaires français sur des critères ISR est un atout pédagogique formidable » conclue-t-il.

A.C. Husson-Traore
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Bruno Le Maire AFP Eric Piermont jpg

G7 Finance : la France veut accélérer le développement de la finance verte

Le gouvernement français, dans le cadre de la présidence française du G7, veut rendre le capitalisme plus durable. Réunis à Chantilly, les ministres des finances du groupe des sept pays les plus riches vont discuter des moyens pour réorienter les flux financiers vers une économie bas carbone. Au...

Collective Climate Justice Bale credit suisse

Les banques suisses dans le viseur des activistes du climat

Le calme et la discrétion des banques suisses ont été rompus le lundi 8 juillet. Un collectif d’activistes pour le climat est venu occuper l’entrée des sièges sociaux du Crédit Suisse, à Zurich, et d’UBS, à Bâle, avant d’être délogés par les forces de l’ordre. Ils dénoncent les quelque 83 milliards...

Aux États-Unis, des milliardaires veulent payer plus d’impôts...et financer une économie bas carbone

Près d’une vingtaine de grandes fortunes américaines militent pour un impôt ciblé sur les Américains les plus riches. Ils ont envoyé une lettre aux futurs candidats aux prochaines élections présidentielles pour leur demander de soutenir leur initiative. Les revenus fiscaux supplémentaires dégagés...

One Planet Coalition Fonds souverain juillet2019 DR

Huit gérants d’actifs internationaux s’associent aux fonds souverains pour orienter la finance vers le climat

Emmanuel Macron a de nouveau réuni les plus grands fonds d’investissements internationaux à l’Élysée pour les inciter à financer la lutte contre le réchauffement climatique. Huit gérants d’actifs, représentant 15 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, ont décidé de rejoindre la coalition...