Publié le 03 mai 2019

FINANCE DURABLE

BlackRock s’inquiète de la sous-évaluation du risque climat par les investisseurs en raison de leur vision court-termiste

Les risques physiques liés au dérèglement climatique ne sont pas suffisamment valorisés dans les investissements, selon un rapport du BlackRock Investment Institute. Malgré l’augmentation de la fréquence des événements climatiques extrêmes, les gestionnaires manquent d’informations pour déterminer l’exposition réelle de leurs actifs aux catastrophes naturelles. L’impact sur leurs investissements est pourtant potentiellement dévastateur.

Les ouragans en Floride risquent de peser sur la dette des municipalités locales.
@BrandonPerdue

Le dérèglement climatique menace les portefeuilles d’investissement. Et les investisseurs ne semblent pas s’en préoccuper. Une étude du BlackRock Investment Institute (BII), le think-tank du plus grand gestionnaire d’actifs au monde, montre que le risque climatique est globalement sous-évalué sur les marchés, les investisseurs ne l’incluant pas, ou peu, dans la détermination du prix d’achat ou de vente des actifs.

La première raison tient au fait que les investisseurs ont la vue un peu trop courte et préfèrent s’intéresser au retour rapide qu’à des risques qu’ils jugent lointains. À leur décharge, selon le BII, ils manquent d’informations fiables pour prendre en compte ce risque. Les modèles météorologiques sont anciens et ne prennent souvent pas en compte l’accélération récente du réchauffement climatique. "Rappelez-vous que Houston a expérimenté trois inondations "que l’on ne voit qu’une fois tous les 500 ans" depuis 2015", soulignent les auteurs de l’étude.

Trois secteurs à risque

Ces derniers se sont penchés sur trois secteurs d’activité disposant d’actifs à long terme, pour évaluer l’impact du réchauffement climatique : les emprunts obligataires des municipalités américaines, l’immobilier commercial et les services de fourniture d’électricité. Ils partent de l’hypothèse selon laquelle aucune action n’est prise pour réduire le réchauffement climatique. "Nous voyons cela comme un scénario difficile, mais plausible, pour réaliser des stress-tests sur les portefeuilles", expliquent-ils.

Pour les trois secteurs, les investisseurs ne semblent pas identifier le risque climatique. L’étude compare notamment le rendement d’obligations de municipalités situées en Floride, très sujettes au risque d’ouragan et d’inondation, et celui de villes du New Jersey, plus protégées. "Les rendements sont presque identiques, ajustés des notations de crédit", s’étonne le BII. Le marché ne semble donc pas prendre en compte la différence du risque climatique pesant sur les deux régions pour établir le prix des obligations.

Selon l’étude, une ville comme Miami enregistre pourtant des pertes estimées à 1% du PIB par an du fait du climat, et ces pertes pourraient même atteindre 4,5 % du PIB à la fin du siècle. Un risque élevé devrait entraîner un coût plus élevé de l'emprunt obligataire pour la commune, ce qui n'est pas le cas.

Même chose du côté de l’immobilier commercial. L’étude se penche sur les CMBS (Commercial Mortgage-Backed Securities, titrisation de crédits hypothécaires commerciaux), ces prêts titrisés pour financer des actifs comme des bureaux, des centres commerciaux, etc. L’augmentation des événements climatiques extrêmes entraîne un coût de l’assurance plus élevé, des dépenses de fonctionnement des bâtiments qui augmentent ou encore des investissements à prévoir pour les rendre plus résistant au climat. Avec pour résultats des rendements moins élevés, voir des risques de défauts.

Engager le dialogue

Enfin, le secteur des services de fourniture d’électricité américain présente des risques élevés du fait d’infrastructure vieillissante. La faillite de PG&E suite aux incendies en Californie l’année dernière en est l’exemple parfait. L’étude du BlackRock Investment Institute montre pourtant que le risque climatique n’est pas pris en compte dans la valorisation boursière de ces entreprises. En cas de sinistre dû à une catastrophe naturelle, le prix des actions s’effondre, la volatilité augmente puis, après une courte période, tout revient au statu quo ante.

Pour le think-tank américain, la bonne compréhension des risques climatiques est cruciale si les gestionnaires veulent s’assurer de la pérennité de leurs investissements. L’analyse fine des risques physiques pesant sur les portefeuilles doit conduire, selon BlackRock, à une plus grande diversification des investissements et à un dialogue sur l’atténuation du risque avec les entreprises.

Arnaud Dumas @ADumas5

 

 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

BlackRock intègre de plus en plus l’ESG dans ses pratiques d’investissement

Le futur de l’investissement sera durable, estime BlackRock. Son think-tank interne vient de publier une étude montrant la montée en puissance de la finance durable. L’amélioration des données extra-financières, la pression réglementaire mais aussi l’opinion publique poussent de plus en...

La première faillite liée au changement climatique : l'électricien américain PG&E

Aux États-Unis, la faillite de Pacific Gas Electric (PGE), un géant de l’énergie, illustre de façon très tangible ce que représente le risque climat. Soupçonnée d’être à l’origine des incendies qui ont dévasté la Californie en novembre dernier, l’entreprise paye au prix fort - et seule -...

Les catastrophes naturelles tapent dans les profits des assureurs

Les compagnies d’assurance et de réassurance ont presque toutes vu leurs résultats financiers impactés par les nombreuses catastrophes naturelles en 2018. L’augmentation des pertes économiques liées aux événements climatiques commence à inquiéter les assureurs. Mais pas à court terme.

Catastrophes naturelles : les assureurs cherchent de nouveaux moyens de financement

Le monde de l’assurance doit faire face à des coûts liés aux catastrophes naturelles de plus en plus élevés. Les Cat’ Bonds, ces obligations catastrophe émises sur les marchés financiers, suscitent justement un fort regain d’intérêt de la part des assureurs. Le marché a explosé les...

L’incroyable photo de la Nasa qui montre l’ampleur des incendies en Californie

Dix fois la superficie de Paris, telle est la taille de l’incendie qui fait rage actuellement en Californie. Il est formé par des feux qui se sont rejoints. La Nasa publie des clichés qui montrent de monstrueux panaches de fumée depuis l’espace. Si, selon les experts, ces phénomènes...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Bruno Le Maire AFP Eric Piermont jpg

G7 Finance : la France veut accélérer le développement de la finance verte

Le gouvernement français, dans le cadre de la présidence française du G7, veut rendre le capitalisme plus durable. Réunis à Chantilly, les ministres des finances du groupe des sept pays les plus riches vont discuter des moyens pour réorienter les flux financiers vers une économie bas carbone. Au...

Collective Climate Justice Bale credit suisse

Les banques suisses dans le viseur des activistes du climat

Le calme et la discrétion des banques suisses ont été rompus le lundi 8 juillet. Un collectif d’activistes pour le climat est venu occuper l’entrée des sièges sociaux du Crédit Suisse, à Zurich, et d’UBS, à Bâle, avant d’être délogés par les forces de l’ordre. Ils dénoncent les quelque 83 milliards...

Aux États-Unis, des milliardaires veulent payer plus d’impôts...et financer une économie bas carbone

Près d’une vingtaine de grandes fortunes américaines militent pour un impôt ciblé sur les Américains les plus riches. Ils ont envoyé une lettre aux futurs candidats aux prochaines élections présidentielles pour leur demander de soutenir leur initiative. Les revenus fiscaux supplémentaires dégagés...

One Planet Coalition Fonds souverain juillet2019 DR

Huit gérants d’actifs internationaux s’associent aux fonds souverains pour orienter la finance vers le climat

Emmanuel Macron a de nouveau réuni les plus grands fonds d’investissements internationaux à l’Élysée pour les inciter à financer la lutte contre le réchauffement climatique. Huit gérants d’actifs, représentant 15 000 milliards de dollars d’actifs sous gestion, ont décidé de rejoindre la coalition...