Publié le 17 avril 2019

FINANCE DURABLE

Après la rupture du barrage minier au Brésil, les investisseurs posent un ultimatum aux compagnies minières

Après la rupture du barrage de Vale qui a causé la mort de centaines de personnes en janvier, les investisseurs internationaux demandent des comptes à l’industrie minière. Une centaine d’entre eux ont envoyé une lettre à 683 compagnies minières leur demandant des informations précises sur leurs barrages de résidus miniers. Elles ont jusqu’à mi-mai pour y répondre, et restaurer la confiance des investisseurs.

Rupture barrage Brumadinho Vale Bresil 25 janvier 2019 Douglas Magno AFP
La rupture du barrage de Vale au Brésil le 25 janvier 2019 a causé plusieurs centaines de morts.
@Douglas Magno/AFP

On ne les y reprendra pas. Une coalition de 96 investisseurs mondiaux, représentant plus de 10 300 milliards de dollars d’actifs sous gestion, a interpelé les compagnies minières sur leur gestion des barrages de résidus miniers. Les centaines de morts causées par la rupture du barrage de Vale à Brumadinho au Brésil fin janvier ont laissé des traces chez ces gérants d’actifs qui ont, subitement, réalisé le manque d’informations dont ils disposaient sur ces actifs pourtant risqués. Ils ont notamment réalisé qu’il existait quelque 18 000 installations de stockage de résidus miniers dans le monde, dont 3 500 en activité. Sans qu'aucun registre mondial ne les recense.

"Il est essentiel que les investisseurs puissent avoir une vision claire sur quelle entreprise détient quel barrage de résidus, et comment ce barrage est géré, estime Adam Matthews, le directeur de l’éthique et de l’engagement du fonds de pension de l’Église d’Angleterre. Les communications actuelles des entreprises sont largement inadéquates."

683 compagnies minières sollicitées

La coalition, menée par le fonds de pension de l’Église d’Angleterre et par le Conseil d’éthique des fonds AP en Suède, a envoyé une lettre à 683 entreprises minières cotées avec un ultimatum. Elles doivent, d’ici la mi-mai, fournir des informations sur tous les barrages miniers dont ils disposent et s’engager à publier ces informations sur leurs sites internet. Pour s’assurer de la prise de conscience de l’importance du message dans les plus hautes sphères, les investisseurs demandent que la publication des données soit signée par le dirigeant de l’entreprise.

La demande est précise. La lettre des investisseurs est accompagnée d’une grille de 20 questions sur les barrages de résidus détenus par les compagnies minières. Elles concernent la localisation des barrages, les activités, les technologies employées, l'évolution du volume de stockage, qui sont les ingénieurs supervisant le site, quel est l'impact sur l’écosystème, etc. Cette grille montre l’ampleur de l’angle mort des investisseurs sur ce pan entier de l’activité des compagnies minières, qui a pu passer au travers de l’analyse des critères ESG (Environnementaux, sociaux et de gouvernance) sans aucun problème.

"Nous savons qu’il existe des bonnes pratiques, mais nous devons pouvoir comprendre comment chaque entreprise minière gère chaque installation, explique Adam Matthews. Nous travaillons avec la communauté d’investisseurs et avec des experts pour créer une base de données globale pour évaluer ces informations."

L’industrie commence à réagir

L’industrie minière a commencé à réagir à la demande des investisseurs. Car à susciter la méfiance chez leurs investisseurs, les entreprises risquent gros. Le Conseil d’éthique des fonds de pension suédois a ainsi clairement conseillé aux fonds AP1 à AP4 de ne plus investir dans Vale, en raison de la perte de confiance dans les pratiques de l’entreprise brésilienne. Certaines compagnies, comme Rio Tinto ou BHP, ont devancé l’appel des 96 investisseurs. Suite au drame de Brumadinho, ils ont commencé à publier sur leurs sites des données sur leurs barrages miniers.

L’International council on mining and metals (ICMM), l’organisation regroupant des compagnies minières, a par ailleurs répondu à la précédente demande de la coalition d’investisseurs, formulée début février. Le fonds de pension de l’Église d’Angleterre et les fonds de pension suédois avaient exhorté l’industrie minière en début d’année à mettre en place des standards internationaux, publics et indépendants de classification des risques des installations de stockage de résidus miniers. L’ICMM, associé au programme environnement des Nations-Unies et au PRI, a annoncé entamer une revue des barrages miniers afin d’établir un standard international sur ces installations.

Arnaud Dumas @ADumas5


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Rupture du barrage minier de Vale au Brésil : la catastrophe de trop

Le 25 janvier, un barrage minier de l'entreprise Vale a rompu à Brumadinho, au Brésil. L’avalanche de boue de déchets a provoqué la mort de centaines de personnes. Une catastrophe humaine et environnementale qui fait vaciller le géant minier et remet en lumière la nécessité d’intégrer les...

Le climat invoqué par un tribunal australien pour rejeter un projet minier

C’est une décision potentiellement lourde de conséquences pour l'industrie minière, que vient de rendre un tribunal australien. Pour rejeter un projet de mine de charbon, celui-ci a en effet invoqué le changement climatique et l'Accord de Paris.

Ouvrir des mines, recycler et créer un fonds d’actifs miniers… Des solutions pour une transition énergétique durable en Europe

L’Europe, qui n’exploite pas réellement ses ressources minières domestiques, est très dépendante des importations. Mais les besoins croissants de certains métaux et terres rares risquent de mettre les industriels du Continent sous pression… d’ici à peine trois ans ! Le cabinet Alcimed...

Mis sous pression par ses investisseurs, le géant minier Glencore va limiter sa production de charbon

Glencore ne sort pas du charbon. Mais en annonçant, à la surprise générale, sa volonté de plafonner sa production, c’est presque tout comme. Poussé par des investisseurs à aligner sa stratégie avec l’Accord de Paris, le Suisse va se concentrer sur le charbon premium, plus résilient et plus...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Greenpeace siege social BP AG 2019 JiriRezac Greenpeace

Le président de BP exhorte ses actionnaires à voter pour une résolution sur le climat

Dans une tribune parue dans le Financial Times, Hedge Lund, le président de BP, déclare que la transformation de la compagnie pétrolière vers un modèle bas carbone est dans le meilleur intérêt de ses actionnaires. Et cette transformation doit se faire rapidement, plus l’entreprise attend et plus les...

Panneaux election europeenne 2019 LaurentFrerriere HansLucas

Élections européennes : une économie et une finance plus durables (enfin) au programme des listes candidates

Les élections européennes se déroulent le dimanche 26 mai. À cette occasion, plusieurs idées pour renforcer la responsabilité sociétale des entreprises ou la finance durable, portées par des ONG, des réseaux, ou des experts, ont pu avoir une meilleure visibilité. Certaines sont même reprises...

Parlement europeen Treehill

Finance Watch passe les élections européennes au crible de la finance responsable

Difficile pour les citoyens de faire leur choix entre les différents candidats aux élections des députés européens sur un sujet aussi technique que la finance durable. L’ONG Finance Watch leur mâche le travail en passant au crible les positions des groupes politiques présents au Parlement européen....

Abeille reine vaccin DiyanaDimitrova

Le WWF et Axa proposent une TCFD de la biodiversité pour que la finance protège la nature

L’économie mondiale dépend de la préservation de la biodiversité autant que de la lutte contre le réchauffement climatique. Le WWF et Axa ont rédigé un rapport remis au gouvernement préconisant de créer un groupe de travail, calqué sur la TCFD, pour mieux comprendre l’impact des investissements sur...