Publié le 08 juin 2015

FINANCE DURABLE

Anticiper le risque climatique, un pari gagnant pour les investisseurs

Dans l’optique de la COP 21, le cabinet de conseil Mercer s’est penché sur les liens entre changement climatique et investissements. Ses conclusions sont claires : le rendement des investisseurs qui auront anticipé le changement climatique ne sera pas affecté, au moins jusqu’en 2050. Pour les autres, en revanche, ce sera plus compliqué…

Photo d'illustration
Justin Sullivan / Getty images / AFP

"Les investisseurs ne peuvent ignorer l’impact des évolutions environnementales sur le rendement financier": l’affirmation ne vient pas d’une association environnementale mais de Mercer, cabinet de conseil reconnu au niveau mondial, notamment auprès des investisseurs institutionnels.

Dans un rapport publié le 4 juin et intitulé "Investir par les temps qui changent", Mercer estime que certains secteurs, comme le charbon, pourraient être particulièrement néfastes aux investisseurs qui n’auraient pas anticipé le risque carbone.

 

Impact du changement climatique sur les rendements

 

Selon les différents scénarios étudiés, le rendement annuel moyen des actifs du secteur du charbon pourrait baisser de 18 à 74% sur les 35 prochaines années. Voilà qui explique en partie le mouvement de fonds amorcé cette année par certains investisseurs dont le plus gros fonds de pension du monde, celui de la Norvège, qui a confirmé le 5 juin son désengagement du charbon.

L’étude est le fruit d’un projet de recherche lancé en septembre 2014, en collaboration avec 16 partenaires dans le secteur de l’investissement, représentant collectivement plus de 1 500 milliards de dollars. Elle vise à estimer l’effet potentiel du changement climatique sur le rendement des portefeuilles, des classes d’actifs et des secteurs industriels entre 2015 et 2050, à partir de quatre scénarios de changement climatique d’une hausse des températures globales allant de 2°C à 4°C, ainsi que de quatre facteurs de risque climatique.

Mercer en tire 4 enseignements forts :

  1. Face au changement climatique, il y aura des stratégies d’investissement gagnantes et des stratégies perdantes.
  2. Un scénario de réchauffement de 2°C n’a pas d’incidence négative sur le rendement jusqu’en 2050 pour les investisseurs de long terme dont le portefeuille est globalement diversifié.
  3. Le risque est d’abord lié au secteur industriel. Et particulièrement au secteur énergétique. Si investir dans le charbon paraît largement risqué (voir plus haut), investir dans les énergies renouvelables devrait en revanche s’avérer rentable : Mercer estime que le secteur pourrait voir son rendement annuel moyen augmenter de 6% à 54% à l’horizon 2050 (ou entre 4% et 97% sur 10 ans).
  4. L’impact sur le rendement d’une classe d’actifs sera significatif, mais très variable en fonction du scénario climatique. Par exemple un scénario de réchauffement à 2°C pourrait être bénéfique pour le rendement des actions des pays émergents, des infrastructures, de l’immobilier, du bois et de l’agriculture. A l’inverse, un scénario à 4°C pourrait les affecter plus durement.

 

Dialoguer, s'investir, s'engager

 

Mercer estime que ce rapport peut servir de guide aux investisseurs pour un plan d’actions. Le cabinet met en avant deux types de mesures : l’investissement et l’engagement. Concernant l’investissement, les acteurs devraient s’inquiéter en premier lieu des "secteurs industriels climato-sensibles", car ce sont ceux qui seront les plus affectés.

Les investisseurs peuvent aussi engager un dialogue avec les responsables de l’investissement et les entreprises de leur portefeuille, sur leur reporting et politiques de prise en compte du risque climatique. Ils peuvent également travailler avec les dirigeants politiques sur des régulations cadres.

Un mouvement qui prend effectivement forme si l’on en croit les nombreuses initiatives lancées depuis quelques mois dans la perspective du sommet climatique de Paris (COP 21) qui aura lieu du 30 novembre au 11 décembre prochain.

Béatrice Héraud
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


Pour aller plus loin

Ikea va investir 1 milliard d’euros supplémentaire pour le climat

Le groupe Ikéa poursuit sa politique de développement durable en mettant un milliard d’euros supplémentaire sur la table. Un investissement qui doit permettre au géant du meuble suédois d’assurer son indépendance énergétique d’ici 2020 et de soutenir des communautés impactées par le...

Nicolas Hulot : "le désinvestissement des actifs carbonés est absolument indispensable"

Pour réussir l’accord sur le climat, attendu à Paris en 2015, Nicolas Hulot, insiste sur l’importance de la capacité des États développés à tenir les promesses envers les pays en développement. L'envoyé spécial du président de la République pour la préservation de la planète rappelle aussi...

Energies fossiles : 6 compagnies pétrolières interpellent l’ONU sur la tarification du carbone

Six compagnies pétrolières et gazières européennes (Total, Statoil, Shell, Eni, BP et BG) ont publié le 1er juin une lettre ouverte dans le Financial Times. Elles demandent aux États et à la CCNUCC (organisme des Nations Unies chargé du climat) de mettre en place des mécanismes de...

Risque climatique : la stratégie a minima de Total

Total a refermé, ce vendredi 29 mai, la marche des assemblées générales des majors du pétrole et du gaz. Contrairement à ceux de BP, Shell, Exxon et Chevron, les actionnaires de la société française n’ont pas eu à se prononcer sur une résolution concernant la prise en compte du risque...

Financement de la COP 21 : la participation des entreprises suscite la polémique

Pour financer la COP 21 (conférence onusienne sur le climat) qui aura lieu à Paris en décembre, la France a décidé de mettre à contribution les entreprises. 20 mécènes ont officiellement été présentés ce 27 mai. Une dizaine d’autres suivront. Des entreprises "amies du climat", selon le...

Transition énergétique : la France oblige les investisseurs institutionnels à intégrer le risque carbone

C’est un tournant majeur vers une finance bas carbone. Les députés français ont adopté cette nuit l’article 48 de la loi de transition énergétique, qui prévoit d’obliger les investisseurs institutionnels à intégrer dans leur rapport annuel une évaluation de leur contribution au financement...

Finance et climat : assurer une "transition ordonnée" vers une économie décarbonée

Une première. Ce vendredi 22 mai, près d'un millier d'investisseurs du monde entier se sont réunis pour parler changement climatique dans le cadre du Climate Finance Day, au siège de l'Unesco à Paris. Au-delà du partage des bonnes pratiques des acteurs déjà mobilisés sur le sujet, des...

Lutte contre le changement climatique : les acteurs financiers français s'engagent prudemment

"Comment réorienter les milliers de milliards vers une économie bas carbone ?", le slogan du Climate Finance Day, organisé ce vendredi 22 mai à l’Unesco à Paris, montre quel est l’objectif de cette journée. Quel rôle entendent jouer les acteurs français dans ce rendez-vous international...

Climate Business Summit : un consensus et des promesses à tenir

Le Climate and Business Summit s'est achevé ce jeudi 22 mai sur un consensus : les entreprises sont conscientes du risque climatique, et constituent désormais une véritable force pour lutter contre le réchauffement de la planète. Les dirigeants ont martelé l'importance de voir émerger un...

Climat : les entreprises doivent se fixer des objectifs en ligne avec celui de 2°C à 2050

Pour ne pas dépasser les 2 degrés de réchauffement climatique d'ici 2050, il ne faut pas émettre plus de 1 000 millions de tonnes de carbone, ce qui suppose un changement de cap radical de l’ensemble de l’économie mondiale. Pour faire passer le message, un collectif d’organisations évalue...

FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Taxonomie : l’Europe met en œuvre son plan d’action sur la finance durable mais bloque sur le nucléaire

Les gouvernements des 28 pays de l'Union européenne n'ont pas encore réussi à se mettre d'accord sur la classification des activités vertes. En cause, le nucléaire qui continue de susciter de vifs débats entre les pays. La semaine dernière, pourtant, les trois autorités européennes - Conseil,...

Cop25 UNCC

Une gigantesque alliance de 631 investisseurs appelle les États à renforcer leurs engagements climatiques

À l’occasion de la COP 25, 631 investisseurs du monde entier représentant 37 000 milliards de dollars d’actifs ont signé une lettre commune à destination des chefs de gouvernement. Lancée en 2018 par l’initiative The Investor Agenda, cette déclaration demande aux États de renforcer leurs engagements...

Statue Jacques Coeur B W KoS

[À l’origine] Premier "vrai" ministre des Finances au Moyen-Âge, Jacques Cœur réussit à redresser le budget de l’État

Jacques Cœur s’est trouvé face au même dilemme que les ministres des Finances contemporains : caisses vides, croissance en berne… et gros besoins de dépenses ! Ce grand argentier du royaume de France a réussi à redresser les finances publiques en pleine guerre de 100 ans. Son habilité à développer...

Réforme des retraites : pourquoi l’investissement durable garantit les réserves sur le long terme

Alors que débutent les mouvements sociaux contre la réforme des retraites, Novethic se penche sur le financement du système, qui se trouve en risque du fait du vieillissement de la population. Pour cela, un fonds de réserve universel doit être créé. La manière dont il sera placé sera cruciale pour...