Publié le 12 septembre 2013

FINANCE DURABLE

Allemagne : lancement d'un nouveau label ISR

Le site allemand d'information ISR ecoreporter.de veut certifier l'engagement d'acteurs éthiques dans la finance durable. Il a lancé en septembre un label attribué à trois banques éthiques, un produit financier et un conseiller en gestion.

141381_GF.jpg
logo du label d'ecoreporter.de

"La particularité de notre label ? Nous voulons analyser l'ensemble des pratiques des candidats et il s'adresse aux investisseurs privés" annonce Jörg Weber, rédacteur en chef d'ecoreporter.de, lors d'une conférence de presse à Francfort à l'occasion du lancement de son label d'engagement éthique. "Il s'agit de vérifier que les candidats pratiquent bien les engagements qu'ils revendiquent sur le plan professionnel comme en matière de relations humaines".

Pour se faire, ecoreporter s'est allié à l' "Institut pour une finance durable et éthique" (Inaf), nouvellement crée, et dont Jörg Weber est un des dirigeants. Les deux organismes ont fait le choix de délaisser la méthode "best-in-class" qui consiste à sélectionner, tous secteurs confondus, les entreprises les plus performantes sur des critères de développement durable pour se focaliser sur l'exclusion. Sont ainsi exclus le nucléaire, l'armement, le travail des enfants, la peine de mort et les entraves aux droits de l'homme.

Le label, qui est attribué pour un an, distingue trois catégories de candidats possibles : les produits financiers proprement dits, les banques et les conseillers en investissements financiers.

Un contrôle strict des allégations

Dans ces conditions, que signifie aller au "cœur du métier", ou "Kerngeschäft", pour trois types de candidats aussi différents ? "Cela signifie aller sur place, consulter les rapports et compte-rendus, conduire des interviews avec les cadres et les membres de la direction", explique Jörg Weber. "Si une banque dit avoir introduit un quota de femmes à l'échelle de la direction, alors nous allons le vérifier". Dans cette logique, la qualité du conseil aux clients est examinée (quels produits sont conseillés et sous quelles conditions), la transparence de l'information (les clients sont-ils mis au fait des commissions que touchent le conseiller), tout comme l'impact social et environnemental des produits financiers proposés. Pour les produits financiers un seul label 2013 a été attribué. Il concerne les obligations émises par l'entreprise Energiekontor, un fabricant d'éoliennes situé à Brême, en Mer du Nord.

Invité à la conférence de lancement, Gerhard Schick, député au Bundestag pour les Bündnis 90/Die Grünen et membre du comité des finances, s'est félicité de l'arrivée d'un nouveau label dans le paysage allemand de l'ISR. Le parlementaire plaide cependant pour l'introduction d'un label d'Etat à l'exemple de ce que fait l'Autriche avec son "Umweltzeichen". "L'Etat pourrait définir un socle commun de critères d'exclusion qui servirait ensuite de standard minimal aux produits relevant de l'ISR", a précisé Gerhard Schick.

Interrogé sur la possible dépréciation du label nouvellement créé par un potentiel concurrent étatique, Jörg Weber dresse un parallèle avec les labels bios actuellement utilisés en Allemagne : "Vous avez le label d'Etat bio, qui garantit un minimum de bio dans les produits alimentaires. Et puis vous avez le label Demeter où les critères de sélection sont plus sévères. Nous nous positionnons sur ce second créneau". Le label est effectivement tellement sélectif que le journaliste estime à une dizaine seulement le nombre de banques susceptibles de le recevoir sur les 2 000 institutions bancaires que compte le pays.

Enfin, un seul cabinet de conseil en investissement MehrWert GmbH a reçu le label pour sa catégorie. Dans la catégorie banque, ce sont les institutions Bank für Kirche und Caritas eG, la Steyler Bank et la GLS Bank qui ont été distinguées. Les deux premières sont des banques religieuses, la troisième étant la doyenne des banques éthiques en Allemagne. Ces trois institutions étant connues dans le paysage allemand de l'ISR de longue date.

Clair Stam, à Francfort
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

énergies renouvelables éoliennes panneaus solaires photovoltaique istock ll28

À la place des green bonds, Enel priorise l’émission de SDG bonds, dédiés à l'atteinte des Objectifs de développement durable

Début septembre, le groupe énergétique italien Enel émettait le premier SDG bond, soit la première obligation liée à des indicateurs contribuant aux Objectifs de développement durable (ODD). Un moyen de financement qui, après et avec les green bonds, pourrait prendre de l’ampleur dans les prochaines...

Unicredit banque

[Décryptage] Financiariser la finance supprime des dizaines de milliers d’emplois dans le secteur bancaire

Depuis le début de l’année, le secteur bancaire a supprimé 44 000 emplois. Un mouvement qui se fait à la faveur d’une banque sans humain. Mais, s’affranchissant de leurs ressources humaines, les banques se mettent en risque. Les algorithmes gérant à la nanoseconde des portefeuilles ne gèrent pas...

Epargne pxhere com

[Indicateur Novethic] L’offre de fonds durables explose mais gare au manque de clarté

L’offre de fonds durables grandit. L’indicateur Novethic recense 531 fonds au 30 juin 2019, totalisant 185 milliards d’euros d’encours en augmentation de 27 %. Cette progression suit la demande toujours plus forte pour des produits responsables. Mais elle s’accompagne également d’un foisonnement...

Drapeau europe

La candidature de Sylvie Goulard, experte de la finance durable, à la Commission européenne est rejetée

Gros revers pour la France, sa candidate au poste de Commissaire européen a été rejetée par le Parlement. L’intégrité de Sylvie Goulard, ex-ministre et députée européenne, actuelle sous-gouverneure de la Banque de France, est interrogée par les eurodéputés car elle est citée dans une affaire...