Publié le 17 juin 2019

FINANCE DURABLE

700 grandes entreprises mises en demeure par les investisseurs d’être plus transparentes sur leur rôle environnemental

Ce n’est pas du Name and Shame (nommer et dénoncer), mais cela y ressemble. 88 grands investisseurs mondiaux publient une liste de 707 entreprises accusées de ne pas donner assez d’informations sur leurs rôles en matière de climat, de préservation de l’eau et de déforestation. Si la majorité des nommées sont américaines, on compte aussi 39 françaises.

Construction d'un oléoduc à travers la forêt.
@Ricpe

Le CDP, qui œuvre à rendre les entreprises plus transparentes sur leur pratique environnementale, a décidé de mettre la pression sur les compagnies les plus fermées à la communication. Ainsi, à l’occasion de sa quatrième "campagne de non divulgation" (Non-Disclosure Campaign), l’organisation internationale a décidé de publier un rapport public sur son action en la matière. Et elle est conséquente.

88 investisseurs, représentant environ 10 000 milliards de dollars d’actifs, ciblent 707 entreprises présentes dans 46 pays pour ne pas avoir suffisamment communiqué de données sur le changement climatique, l’utilisation des ressources en eau et la déforestation. En tout, cela représente 15 300 milliards de dollars de capitalisation boursière. Dans un communiqué, le CDP met en avant : Exxon Mobil, BP, Chevron, Amazon, Volvo, Alibaba et Qantas Airways.

139 entreprises américaines

Dans cet exercice de reporting, CDP précise que 546 entreprises sur les 707 sont visées sur le climat. De manière contre-intuitive, seules 12 % sont liées aux énergies fossiles, derrière 27 % de sociétés impliquées dans les services liés à l’industrie et 18 % dans l’industrie manufacturière. 166 entreprises sont ciblées pour l’eau et 115 sur la déforestation. Plusieurs entreprises sont par ailleurs pointées du doigt dans plusieurs domaines. Parmi celles interpellées sur les trois sujets, on retrouve par exemple le Français Hermès, le Britannique BP ou le Chinois WH Group.

Ce sont bien sûr les sociétés américaines qui sont les plus citées avec 139 entreprises dans le collimateur du CDP, suivies par l’Australie (121) et la Chine (56). 35 entreprises françaises sont ciblées dont Assystem, Carrefour, Dassaut, EDF, Engie, Renault ou Veolia. On notera que la major française Total, souvent pointée du doigt en France pour son impact climatique, n’est pas dans la liste.

"Les entreprises doivent divulguer leur rôle dans la résolution de la crise climatique à laquelle nous sommes confrontés. Nous savons que le changement climatique, la sécurité de l’eau et la déforestation représentent des risques importants pour les investissements, mais ces risques ne peuvent être gérés sans une information adéquate", explique Emily Kreps, directrice mondiale des initiatives pour les investisseurs chez CDP.

Vœu de Silence

Elle ajoute : "7 000 entreprises communiquent déjà par le biais de CDP et fournissent au marché les informations qu’il demande - le "vœu de silence" de la part des entreprises non divulgatrices ne peut plus durer". De son côté, Thomas O’Malley, responsable mondial de la gouvernance d’entreprise chez HSBC Global Asset Management, juge qu'"une bonne information permet aux investisseurs d’évaluer dans quelle mesure les entreprises gèrent leurs risques ESG (Environnementaux, sociaux et de gouvernance)." "Nous encourageons toutes les entreprises à répondre pleinement au questionnaire CDP" ajoute-t-il.

Selon le CDP, lors de la campagne 2018, au cours de laquelle les noms des entreprises n’avaient pas été communiqués, les entreprises ciblées avaient été beaucoup plus promptes à répondre au questionnaire que les autres. En rendant cette fois-ci publics tous les noms des entreprises soupçonnées de faire de la rétention d’information, l’organisation espère amplifier encore le mouvement.

Ludovic Dupin @LudovicDupin


© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles


Découvrez l'Essentiel de la Finance Durable


FINANCE DURABLE

Finance durable

La finance durable est un pan de la finance qui s’attache à prendre en compte des critères ESG, c’est-à-dire liés à l’environnement, au social et à la gouvernance. La finance durable regroupe l’ISR (investissement socialement responsable), la finance solidaire, la finance verte et plus généralement de l’investissement responsable.

Pourtant opposé à la spéculation, le Vatican a pris de gros risques en Bourse

La doctrine de l’Église était pourtant claire : les couvertures de défaillance, ces produits financiers très spéculatifs, ne sont pas éthiques. Une enquête du Financial Times a pourtant révélé qu’une administration du Vatican avait investi dans de tels contrats, spéculant sur la faillite de Hertz,...

Smartphone appli BNP CCO

BNP Paribas propose à ses clients de calculer l’empreinte carbone de leurs dépenses

En s’associant avec la jeune pousse Greenly, BNP Paribas permet à ses clients de mesurer l’empreinte carbone de leur consommation. Intégrée à l’application bancaire, la solution de Greenly détermine le volume d’émission de gaz à effet de serre de chaque ligne de dépense affichée sur les relevés de...

Pompage petrole CC0

Les exclusions de projets pétroles et gaz les plus controversés annoncent un mouvement plus large

Une étude publiée le 20 octobre par l’institut australien IEEFA spécialiste de l’analyse économique et financière du secteur de l’énergie, a passé au crible les politiques de 50 investisseurs de poids qui excluent les sables bitumineux et le forage gazier en Arctique. Leurs conclusions : un exode...

Nikola refuse1 NikolaMotor

Nikola Motor, "l’autre Tesla", s’effondre en Bourse sur fond de promesses technologiques douteuses

Le cours de Bourse de Nikola Motor est descendu aussi vite qu’il était monté. La startup américaine cotée au Nasdaq depuis juin a fait l’objet d’un rapport à charge d’un investisseur. Celui-ci démonte toutes les promesses sur la technologie et sur l’existence même de prototypes du fondateur de la...