Publié le 27 février 2007

ENVIRONNEMENT

Publicité et obésité : l'industrie agroalimentaire face aux pressions

L'obésité est multifactorielle mais parmi ces facteurs, la publicité destinée aux enfants joue un rôle non négligeable. Ce constat étayé par deux études, l'une de l'UFC-Que Choisir et l'autre de la CLCV, amène les associations à exiger une restriction des spots destinés aux enfants, comme l'ont fait plusieurs pays européens. De son côté l'industrie agroalimentaire, qui doit également répondre à la pression des investisseurs sur le « risque obésité », commence à mettre en place une offre de produits plus équilibrés.

107167_GF.jpg

80 spots -dont la moitié concerne l'alimentation- sont diffusés entre 9H et 12H lors des émissions jeunesse de TF1. Par ailleurs, sur 297 spots alimentaires destinés aux enfants, la CLCV (Consommation, Logement et Cadre de Vie) a relevé que 85 % des céréales montrées figuraient parmi les plus grasses ou les plus sucrées. Même chose pour 75 % des yaourts, tandis que les spots pour les fruits et légumes ne représentaient que 1 % de l'espace publicitaire. « Alors que chacun s'accorde à reconnaître la nécessité de promouvoir des comportements alimentaires plus sains et équilibrés, il nous paraît prioritaire d'agir sur la publicité afin que celle-ci présente un minimum de cohérence avec ces recommandations nutritionnelles », souligne l'association. Cette pression publicitaire exercée sur les enfants avait également fait l'objet d'une étude menée par l'UFC-Que Choisir en septembre 2006, établissant un lien entre publicité et comportements alimentaires. Cette enquête menée dans 700 foyers concluait sur un bilan sans appel : les 30 % du panel des enfants qui « consomment » le plus de télévision, et donc de publicité, étaient aussi ceux qui consomment le plus de produits gras et sucrés. Par ailleurs, sur les 217 spots destinés aux enfants étudiés sur deux semaines, 89% faisaient la promotion d'aliments trop gras, trop sucrés ou trop salés au regard des recommandations nutritionnelles formulées par le Plan National Nutrition Santé (PNSS).

Les limites de l'autodiscipline

Pour protéger ce public aisément influençable, le BVP (Bureau de Vérification de la Publicité) a certes édicté des règles d'autodiscipline de la profession, afin « de prendre clairement position contre toute communication qui, délibérément ou non, contribuerait à encourager chez les enfants des comportements qui seraient contraires aux principes alimentaires couramment admis en matière d'hygiène de vie." Pour l'UFC, qui a réalisé une nouvelle analyse de 285 spots publicitaires destinés aux enfants, ces règles « n'ont en réalité aucun impact concret sur les pratiques des professionnels. Lorsque le BVP se vante de ses recommandations pour une alimentation équilibrée, en parallèle il agrée 89 % de spots faisant la promotion de produits trop gras ou trop sucrés », observe l'UFC. Par ailleurs, l'obligation faite aux annonceurs de diffuser, à partir du 1er mars, des messages de prévention à la télévision dans les publicités, semble « impuissante à protéger les enfants du harcèlement nutritionnel opéré par le marketing agroalimentaire », selon les tests menés par l'UFC. L'association a en effet testé ces messages sur un panel de deux cents familles et « à peine 11 % des enfants et 17 % des parents ont remarqué le message », conclut l'étude. Sur le modèle des réglementations existant en Grande-Bretagne, en Suède ou au Québec, les associations demandent une restriction de ces publicités alors que leur force de frappe devrait s'accroître via la nouvelle directive européenne « télévision sans frontières », autorisant une diffusion plus large de la publicité télévisée.

Les entreprises commencent à apporter des réponses

Outre la pression de plus en plus vive des associations de consommateurs, l'industrie agroalimentaire doit répondre de ses produits face à des investisseurs attentifs au « risque obésité ». L'agence de notation sociale EIRIS a ainsi mis en garde le secteur, estimant qu'il ne réagissait pas assez face au développement de l'obésité et qu'il s'exposait ainsi à un risque économique, soit parce que les tribunaux lui feront un procès en responsabilité sur l'obésité à l'image de ce qui s'est passé pour le tabac, soit parce que leurs produits pourraient à terme être interdits par de nouvelles législations sanitaires. Conscientes des enjeux, certaines entreprises ont d'ores et déjà réagi en évaluant leur portefeuille de produits sous cet angle et en s'assurant qu'ils respectent l'équilibre nutritionnel : Cadburry Schweppes, Kraft et PepsiCo ont ainsi reconnu le risque d'obésité de certains de leurs produits et ont pris des engagements pour créer des produits qui préservent l'équilibre nutritionnel, d'autres, comme Mc Donald's, indiquent désormais la valeur calorique de leurs offres et en ont réduit les portions. Auchan a également lancé, début janvie,r un « programme nutritionnel » visant à réviser 114 recettes commercialisées sous sa marque. Enfin, Unilever a mis en place en France le label "Choix et nutrition" permettant aux consommateurs de repérer les produits répondant aux recommandations nutritionnelles. 300 références devraient être concernées cette année et la méthodologie d'Unilever sera proposée aux autres industriels, avec pour objectif l'harmonisation mondiale des typologies d'informations nutritionnelles. Une initiative qui pourrait avoir un impact significatif sur l'ensemble du secteur et satisfaire les investisseurs favorables à « plan d'action collectif » applicable à l'ensemble de l'industrie agro-alimentaire et incluant toute la chaîne, depuis les producteurs jusqu'aux distributeurs.

Véronique Smée
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock

[Science] La pollution de l’air n’affecte pas que nos poumons, mais tous nos organes

Plus de 90 % de la population mondiale respire un air toxique et ce taux devrait encore augmenter avec la part de citadins dans les prochaines décennies. Or, une nouvelle étude démontre l’effet néfaste de la pollution de l’air sur notre santé : non pas seulement pour nos poumons ou notre cœur mais...

[Édito Vidéo] Résistances aux antibiotiques, une menace invisible aussi grave que le réchauffement climatique

Les bactéries sont de plus en résistantes aux antibiotiques. En cause, une utilisation abusive non seulement pour la santé humaine et pour l’élevage. Le danger est aussi important et imminent que le réchauffement climatique assurent médecins, prix Nobel et experts de l’ONU. Pourtant, ce risque n’est...

Le dioxyde de titane interdit en janvier 2020 dans les denrées alimentaires

Le dioxyde de titane, un additif controversé, "sera interdit dans les denrées alimentaires à partir du 1er janvier 2020", ont annoncé les ministères de la Transition écologique et de l'Économie. Cette décision a été prise après la publication d'un avis de l'agence sanitaire Anses qui n'avait pu...

[Science] En fondant, les glaciers menacent aussi de libérer des résidus radioactifs

La fonte des glaciers en cours à cause du réchauffement climatique risque d’avoir d’autres conséquences que la montée du niveau de l’océan. Des chercheurs ont découvert des résidus nucléaires issus d’accidents ou d’essais militaires dans les glaciers à travers le monde. En fondant, les résidus...