Publié le 22 septembre 2015

ENVIRONNEMENT

Perturbateurs endocriniens : le Bisphénol A interdit en France mais autorisé pour l'export

Le Conseil constitutionnel a en partie censuré la loi du 30 juin 2010 bannissant l’usage du bisphénol A (BPA) dans les contenants alimentaires. La décision des " sages " n’est pas neutre : les Français n’en consommeront pas, mais les industriels du secteur pourront quand même exporter leurs produits à l’étranger, y compris au sein de l’Union Européenne. Des industriels qui ne cachent pas leur volonté de faire abroger la loi française.

Les industriels du plastique souhaitent pouvoir vendre à nouveau des biberons et des tétines contenant du bisphénol A en France.
Joël Saget / AFP

Les " sages " ont tranché, ce jeudi 16 septembre : les entreprises françaises ont l’interdiction d’importer et de mettre sur le marché des contenants alimentaires présentant du bisphénol A (BPA) dans leur composition. Mais elles peuvent en revanche en produire pour le marché extérieur.

Le Conseil constitutionnel a en effet décidé de censurer partiellement la loi interdisant le BPA dans les emballages plastiques, boîtes de conserve et autres cannettes : les interdictions de fabrication et d’exportation du BPA ont été déclarées contraires à la Constitution au motif qu’elles portent atteinte à la liberté d’entreprendre.

 

Les industriels réclament une levée totale de l'interdiction

 

Cette décision est une victoire pour le syndicat des industriels européens du plastique, PlasticsEurope, qui avait saisi le Conseil constitutionnel contre la loi française en juin 2015, via une Question prioritaire de constitutionnalité (QPC). Sur le compte twitter de son site web dédié au BPA, l’industrie du plastique salue cette décision : " une première étape vers la levée totale de l’interdiction du #BisphénolA dans les contenants alimentaires ? "

Certains industriels du secteur sont donc bien décidés à faire tomber la décision française. Ils entendent profiter de l’isolement de la France sur ce dossier, à la suite de l’avis rendu par l'Efsa, l’autorité sanitaire européenne, selon laquelle l’exposition au BPA ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs

Toujours sur twitter, le jour de la décision du Conseil constitutionnel, on pouvait lire les commentaires de Olivier Draullette, du syndicat des boites de conserves SNFBM : " les émotions ne peuvent dicter nos lois ", et de Michel Loubry, de PlasticsEurope : " cette loi constitue un recours abusif au principe de précaution ".

 

Des effets toxiques pourtant reconnus

 

Pourtant, la nocivité du BPA est largement admise par la communauté scientifique. Le débat des experts porte surtout sur le niveau d’exposition des consommateurs. Or, de plus en plus d’études viennent alimenter la nécessité de prendre en compte la toxicité à faible dose des perturbateurs endocriniens comme le BPA.

En l’état, la décision du Conseil constitutionnel justifie l’existence d’une double filière (avec et sans BPA). Un chemin de crête diffiçile à parcourir tant du point de vue des considérations industrielles qu’éthiques.   " Cette décision est incohérente. Les industriels vont donc pouvoir continuer d’exporter des biberons qu’ils n’auront pas le droit de vendre en France. Les bébés français sont donc considérés différemment des bébés marocains ou sénégalais… ! ", s’indigne le Réseau environnement santé.      

Magali Reinert
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Bisphénol A : pas de danger pour les consommateurs selon l'Autorité européenne de sécurité des aliments

L’Autorité européenne de sécurité des aliments (Efsa) a tranché. Selon elle, l’exposition au bisphénol A ne présente pas de risque pour la santé des consommateurs, quel que soit leur âge. Cet avis est en contradiction complète avec l’évaluation toxicologique française, mais aussi avec la...

Interdit, le Bisphénol A dans les contenants alimentaires n’a pourtant pas disparu

Depuis le 1er janvier, le bisphénol A (BPA) est interdit en France dans les conserves, canettes et autres contenants alimentaires. Une interdiction qui vient sanctionner la responsabilité de ce perturbateur endocrinien dans des troubles de la fertilité et dans de nombreuses pathologies...

10 ans après l’Appel de Paris, quelle prise en compte des polluants chimiques sur la santé ?

C'était en 2004, l’Appel de Paris alertait sur l’impact de la pollution chimique sur la santé. 10 ans plus tard, les preuves scientifiques sur les causes environnementales de l’épidémie de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète s’accumulent. Mais ces résultats tardent à être...

Perturbateurs endocriniens : le consensus français tranche avec le blocage européen

C’est une nouvelle manche remportée par le lobby de l’industrie chimique. Opposé à une réglementation sur les perturbateurs endocriniens, il vient d’obtenir le report d’un examen de la règlementation. Le dossier ne sera pas étudié avant l’automne et la constitution de la nouvelle...

Nouvelles accusations contre le bisphénol A

Une étude parue le 28 janvier affirme que le bisphénol A, un composé chimique considéré comme un perturbateur endocrinien, serait plus persistant dans l'organisme qu'on ne le pensait. Les auteurs, des chercheurs de l'Université de Rochester à New York, révèlent que cette substance serait...

Campagne contre les risques sanitaires du Bisphénol A

Tout juste lancé, le Réseau Environnement Santé (RES) mène une première campagne d'alerte sur les risques sanitaires liés au Bisphénol A (BPA). Ce composé chimique, présent dans les biberons, les conserves et les plastiques alimentaires, est considéré par de nombreux scientifiques comme un...

Le Bisphénol A banni des biberons

La Loi Grenelle 2 suspend la fabrication, l'importation et la commercialisation des biberons au bisphénol A « jusqu'à l'adoption par l'agence française de sécurité sanitaire des aliments, d'un avis motivé autorisant à nouveaux ses opérations ». Une victoire pour le réseau santé...

L'étude de l'EFSA sur la toxicité du Bipshénol A relance le débat

Une étude menée par des scientifiques de l'Agence européenne pour la sécurité des aliments (EFSA), à la demande de la Commission européenne, conclut à l'absence de risques sanitaires liés à la présence de bisphénol A dans les plastiques alimentaires. L'Union européenne devrait donc en...

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Contagion steven soderbergh Warner Bros

Épidémie de coronavirus : avec le film Contagion, Hollywood avait tout prévu

Sorti fin 2011, le film Contagion de Steven Soderbergh dépeint une pandémie d’un virus particulièrement dangereux. Œuvre de fiction très bien documentée, elle présente de nombreuses ressemblances avec la crise actuelle du Covid-19. On ne pourra pas dire qu’Hollywood ne nous avait pas prévenus…

Happychemicals

Avec sa SinList, l’ONG ChemSec alerte un public non expert sur les risques chimiques

L’ONG suédoise spécialiste des risques chimiques ChemSec organisait un événement à Bruxelles le 14 novembre à l’occasion de la sortie de sa SinList, sa nouvelle liste de substances à remplacer d’urgence parce qu’elles sont trop dangereuses. En associant scientifiques, entreprises, productrices et...

Maree noire bresil mysterieuse benevoles nordeste ANTONELLO VENERI AFP

Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d'être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se...

Sargasses wikipedia Patrice78500

Pour lutter contre les sargasses, le gouvernement mise sur des solutions innovantes plutôt que sur un nouveau plan d’aides

Les sargasses étaient au menu de la visite d’Édouard Philippe en Guadeloupe le 26 octobre. Le chef du gouvernement assure prendre le problème à bras-le-corps mais n’a pas annoncé le renouvellement d’un plan d’aides pour la région. Il faut, selon lui, miser avant tout sur des solutions innovantes et...