Publié le 30 janvier 2009

ENVIRONNEMENT

Nouvelles accusations contre le bisphénol A

Une étude parue le 28 janvier affirme que le bisphénol A, un composé chimique considéré comme un perturbateur endocrinien, serait plus persistant dans l'organisme qu'on ne le pensait. Les auteurs, des chercheurs de l'Université de Rochester à New York, révèlent que cette substance serait présente dans les poussières et l'eau du robinet.

119052_GF.jpg

Les professionnels du plastique rassurent sur le BPA

L'association européenne des producteurs de matière plastiques PlasticsEurope a présenté vendredi 9 janvier son site internet consacré au bisphénol A. Elle souhaite mettre à disposition du public une information « fiable et documentée » sur le sujet. On peut y lire que « le BPA est utilisé en toute sécurité depuis plus de 50 ans », ou encore que l'interdiction du BPA « supprimerait inutilement des milliers de produits essentiels à notre vie quotidienne [...] et aurait un grave impact social et économique ». Dans une rubrique intitulée « Légendes urbaines », PlasticsEurope rappelle les avis rassurants de l'EFSA et de la FDA, et précise que « de nombreuses études ont montré que le BPA ne présente aucun risque pour la santé humaine ou l'environnement ».

« Pour vivre longtemps, jetez toutes vos boites de conserves ». C'est le docteur Maoshing Ni qui l'affirme, dans son ouvrage «Cents secrets pour vivre jusqu'à 100 ans et plus». Il soutient que le bisphénol A, qui tapisse l'intérieur des boites de conserves, est dangereux pour la santé, car il agirait comme un perturbateur endocrinien. Une accusation qui a « irrité » les professionnels de la conserve, explique Georges Rouyer, délégué général du Syndicat national des fabricants de boites, emballages et bouchages métalliques (SNFBM). Irrité au point que le SNFBM et l'UPPIA (Union interprofessionnelle pour la promotion des industries de la conserve appertisée) ont assigné en justice l'éditeur du livre.

Le bisphénol A, ou BPA, est une substance chimique qui entre dans la composition du polycarbonate, un plastique dur, et des résines époxy, souvent présentes dans les peintures et colles. On trouve du BPA notamment dans les contenants alimentaires ou bouteilles rigides, dans une grande majorité des biberons en plastique, et dans le revêtement intérieur des boites de conserves et des cannettes. C'est sa capacité à migrer hors du plastique qui inquiète les scientifiques. Selon une étude scientifique du professeur Belcher à Cincinnati (Etats-Unis), datée de janvier 2008, la consommation d'aliments ayant été en contact avec du BPA est la principale cause de contamination de la population. Pire encore : l'exposition à une forte chaleur favoriserait cette migration.

Aujourd'hui, une équipe de chercheurs de l'Université de Rochester à New York (Etats-Unis) ajoute une ombre au tableau. Selon une étude, parue le 28 janvier 2009, l'ingestion ne serait pas le seul mode de contamination au bisphénol A. Le composé serait également présent dans les poussières ou dans l'eau du robinet. Ce qui expliquerait la présence de bisphénol A dans le sang de plus de 90% des Américains.

Un perturbateur endocrinien régulièrement ingéré

Mais pourquoi l'ingestion de BPA inquiète-t-elle les scientifiques ? A l'origine, le BPA a été étudié comme un œstrogène de synthèse, c'est-dire un médicament pouvant compenser les déficits en hormone féminine. Il est donc aujourd'hui considéré comme un perturbateur endocrinien, potentiellement dangereux notamment pour le fœtus et les jeunes enfants, au même titre que les phtalates ou certains pesticides. Selon plusieurs études, l'exposition fœtale au BPA chez la souris perturbe le développement neuronal et celui des celui mammaires. « Ce genre de perturbation est l'un des trois mécanismes de développement du cancer du sein » précise André Cicolella, toxicologue et membre de la fondation Sciences citoyennes.

Pour l'instant pourtant, peu d'études portent sur l'exposition de l'homme. « C'est le problème classique des substances chimiques : tant qu'on n'a pas de résultats chez l'homme, les instances n'osent pas prendre position » explique André Cicolella. Par précaution, une dose journalière admissible (DJA) de BPA ingéré a été définie par l'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA). L'agence se veut rassurante, et a même relevé cette valeur, de 0,01 mg de BPA/kg de poids corporel/jour en 2002 à 0,05 mg/kg/j en 2008. Des chiffres que les fabricants de boites de conserve disent respecter. « Nous nous fions aux avis émis par les instances européennes, basés sur des expérimentations scientifiques. Depuis le temps qu'on utilise le BPA, on n'a rendu personne malade » soutient Georges Rouyer.

Dangereux, mais à quel dose ?

Les scientifiques, justement, ne sont pas tous d'accord avec les doses maximales proposées par les instances scientifiques. « Les chiffres de l'ESFA sont ne sont pas pertinents. Ils ne prennent en compte ni les récentes études qui montrent des effets à des doses très réduites, ni les effets combinés des différents produits chimiques » regrette André Cicolella. Les recherches de l'équipe du professeur Melzer, en Grande-Bretagne, ont montré que l'exposition chronique au BPA, même à très faibles doses, augmentait le risque de maladies cardiovasculaires, diabètes et pathologies du foie. Une étude du professeur Vom Saal, aux Etats-Unis, suggère des effets à des expositions bien inférieures aux taux proposés par l'EFSA.

Inquiet, le gouvernement canadien a décidé d'interdire l'importation et la vente de biberons en polycarbonate, et de prendre des mesures pour limiter les rejets de BPA dans l'environnement. Cette décision est basée sur les conclusions du Programme de toxicologie nationale des Etats-Unis. Aux expositions actuellement admises, le rapport évoque « certaines inquiétudes concernant les effets sur le système nerveux, le comportement, la prostate et les glandes mammaires ». Malgré cet avis inquiétant, l'Administration américaine des aliments et des médicaments (FDA) a réitéré en décembre 2008 son avis officiel excluant toute dangerosité du BPA.

Mais aujourd'hui, même la FDA doute. Selon le Washington Post daté du 1er novembre 2008, l'agence américaine envisagerait d'approfondir ses recherches sur la dangerosité du BPA dans les contenants alimentaires. Le Conseil scientifique de la FDA aurait même reconnu un rapport qui critiquait ses positions sur le BPA. « On ne manque pas de données pour faire prévaloir le principe de précaution concernant le BPA » affirme André Cicolella. L'étude de l'Université de Rochester avance par ailleurs que le bisphénol A persisterait beaucoup plus longtemps dans l'organisme que ne l'affirmaient les précédentes études. Le docteur Stahlhut, l'un des auteurs de l'étude, rappelle qu'un approfondissement des recherches est indispensable avant de se prononcer sur la toxicité du bisphénol A. Mais il souligne surtout qu'il ne faut pas se fier aux avis du FDA, qui se basaient notamment sur l'idée que le bisphénol A ne s'accumulait pas ou peu dans l'organisme...

Un lanceur d'alerte sur le banc des accusés

Peut-on alors condamner un éditeur pour avoir publié tout haut ce que la communauté scientifique pense tout bas ? Les Editions Guy Trédaniel ont reçu une assignation en justice, assortie d'une amende de 50000 euros de dommages et intérêts et d'une cessation de la vente du livre. « Nous sommes aujourd'hui face à une tentative concertée de lobbies industriels qui ont pour but de supprimer tout liberté d'expression et d'information des consommateurs au niveau de leur santé » écrit l'éditeur Guy Trédaniel. A sa charge, le docteur Maoshing Ni n'émet aucun doute quant à la nocivité du BPA. « En terme de caractéristique intrinsèque de la substance, il a raison. Il ne s'agit pas là de diffamation, mais d'une alerte lancée concernant la dangerosité d'un produit » soutient André Cicolella. Les juges ne seront peut-être pas du même avis.

Rouba Naaman
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Lanceurs d'alerte : une frontière mince entre liberté d'expression et diffamation

Un nouveau lanceur d'alerte sur le banc des accusés. Véronique Lapides, présidente du Collectif Vigilance Franklin, est trainée en justice pour diffamation par le maire de Vincennes. Elle aurait dénoncé son immobilisme dans l'affaire de la pollution de l'ancien site industriel Kodak. Bonne...

Lanceurs d'alerte : Pierre Méneton gagne son procès

Poursuivi en diffamation pour avoir dénoncé le lobbying des producteurs de sel et du secteur agroalimentaire, Pierre Méneton, chercheur à l'INSERM, a gagné son procès. Le tribunal l'a acquitté, reconnaissant l'action de désinformation des lobbies, dont la plainte a été déboutée.

Pollution : la fertilité masculine en péril

Arte diffuse, mardi 25 novembre, le documentaire « Mâles en péril », qui fait le point sur les recherches scientifiques concernant la toxicité de certains produits chimiques. L'enquête démontre le lien, aujourd'hui avéré, entre les substances toxiques et la baisse de fertilité observée...

Nouvelle victoire pour les lanceurs d'alerte

Le tribunal de grande instance de Créteil a relaxé, vendredi 4 juillet, Véronique Lapides, présidente du Comité vigilance Franklin, poursuivie par le maire de Vincennes pour diffamation. Elle tentait d'alerter ses concitoyens sur la pollution soupçonnée du quartier des Vignerons, construit...

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Contagion steven soderbergh Warner Bros

Épidémie de coronavirus : avec le film Contagion, Hollywood avait tout prévu

Sorti fin 2011, le film Contagion de Steven Soderbergh dépeint une pandémie d’un virus particulièrement dangereux. Œuvre de fiction très bien documentée, elle présente de nombreuses ressemblances avec la crise actuelle du Covid-19. On ne pourra pas dire qu’Hollywood ne nous avait pas prévenus…

Happychemicals

Avec sa SinList, l’ONG ChemSec alerte un public non expert sur les risques chimiques

L’ONG suédoise spécialiste des risques chimiques ChemSec organisait un événement à Bruxelles le 14 novembre à l’occasion de la sortie de sa SinList, sa nouvelle liste de substances à remplacer d’urgence parce qu’elles sont trop dangereuses. En associant scientifiques, entreprises, productrices et...

Maree noire bresil mysterieuse benevoles nordeste ANTONELLO VENERI AFP

Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d'être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se...

Sargasses wikipedia Patrice78500

Pour lutter contre les sargasses, le gouvernement mise sur des solutions innovantes plutôt que sur un nouveau plan d’aides

Les sargasses étaient au menu de la visite d’Édouard Philippe en Guadeloupe le 26 octobre. Le chef du gouvernement assure prendre le problème à bras-le-corps mais n’a pas annoncé le renouvellement d’un plan d’aides pour la région. Il faut, selon lui, miser avant tout sur des solutions innovantes et...