Publié le 15 juin 2018

ENVIRONNEMENT

Levothyrox : une molécule interdite sur le marché américain pourrait expliquer les effets secondaires

Nouveau rebondissement dans l'affaire du Levothyrox. L’AFMPT, Association française des malades de la thyroïde, a fait analyser la nouvelle formule de ce médicament. Deux anomalies ont été identifiées, en particulier la présence Dextrothyroxine, une molécule interdite sur le marché américain. Merck dément et dénonce une "déclaration infondée scientifiquement". 

500 000 patients se sont tournés vers des alternatives au Levothyrox depuis le changement de formule.
Pixabay

C’est une étude qui sème le trouble sur la nouvelle formule du Levothyrox, un médicament prescrit pour traiter l’hypothyroïdie. Depuis maintenant un an, le laboratoire Merck, qui commercialise le médicament, a modifié la formule de son médicament pour, officiellement, stabiliser le produit. Mais des milliers de patients assurent avoir subi des effets secondaires indésirables à la suite de ce changement.

"Une absence absolue de traçabilité"

"Une nouvelle étude menée à notre initiative, révèle des problèmes, d’une gravité (…) qui, s’ils sont confirmés, pourraient constituer un élément, déterminant, d’explication de cette crise", avance l’AFMPT, Association française des malades de la thyroïde. L’association, qui a fait analyser l’ancienne et la nouvelle formule par un laboratoire indépendant étranger, a trouvé, d’une part, une teneur en Lévothyroxine "gravement inférieure aux spécifications en vigueur" et, d’autre part, "la présence, très anormale, de Dextrothyroxine".

Or "la dextrothyroxine a été retirée depuis plusieurs années du marché américain car elle provoquait des effets indésirables comme ceux du Levotyhrox nouvelle formule. Là, on est dans une absence absolue de traçabilité ; Merck refuse de dire où sont fabriqués les composants de ces comprimés", affirme à La Dépêche l’ancien député et médecin-conseil de l’AFMT, Gérard Bapt.

L'association ne donne aucun détail sur ses méthodes 

Le laboratoire Merck, de son côté, dément. "Une fois encore, l’AFMT fait une déclaration infondée scientifiquement. Aucun détail n’est donné quant aux méthodes utilisées et aux conditions dans lesquelles ces études ont été réalisées. Aucune présentation exhaustive des résultats n’est communiquée. Aucune information sur le laboratoire sollicité pour les analyses", écrit le laboratoire dans un communiqué.

"Dans ce contexte devenu délétère, Merck va prendre les mesures nécessaires pour faire cesser ces diffusions de prétendues déclarations non scientifiquement fondées, qui ne font qu’inquiéter les patients et déstabiliser la communauté médicale", prévient Valérie Leto, pharmacienne responsable de Merck.

De fait, l’AFMT refuse pour l’instant de dévoiler la méthodologie et le nom du laboratoire qui a effectué l’analyse pour ne pas violer le secret de l’instruction. Et ajoute : "notre association ne prétend pas sur une seule étude disposer d’une preuve indiscutable, mais d’un fait nouveau important". 

Elle demande au ministère de la Santé et à l’Agence de sécurité du médicament (ANSM) de "sortir de leur inertie" et de "mener en urgence toutes les investigations nécessaires". Pour sa part, l’ANSM rappelle qu’elle a mené depuis 2017 "des analyses pour vérifier la qualité de la nouvelle formule de Levothyrox qui ont confirmé sa conformité".

Un risque financier pour le laboratoire

Depuis la mise sur le marché du nouveau médicament utilisé par près de trois millions de Français, le ministère de la Santé estime à 500 000 sur le nombre de patients qui se sont détournés du produit. Au-delà d’un risque réputationnel, le laboratoire Merck Serono s’expose également à un risque financier s’il s’avère coupable.

D'autres en ont déjà fait les frais. En 2004, aux États-Unis, l’anti-inflammatoire Vioxx a causé la mort d’environ 40 000 personnes. Le groupe Merck and Co, concurrent de Merck Serono (filiale de Merck KGaA) qui avait connaissance des risques trois ans auparavant, a déboursé 4,85 milliards de dollars en 2017 pour indemniser les victimes et 1,9 milliard en frais de justice. En 2011, 950 millions de pénalités puis, un an plus tard, à la suite de deux nouvelles class action il s’est acquitté de 220 millions de dollars à des consommateurs et 830 millions à des investisseurs. Reste à savoir si l'affaire du Levothyrox suivra le même parcours. 

Marina Fabre @fabre_marina 


© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Toxiscore Squirrel photos de Pixabay

Le Toxiscore, le label qui épingle les produits ménagers les plus nocifs

Fini les longues étiquettes incompréhensibles au dos des produits ménagers. Le gouvernement veut mettre en place un Toxiscore, d'ici 2022, qui indiquera au consommateur, grâce à une notation et un système de couleur, le degré de toxicité du produit qu'il utilise. Si Barbara Pompili envisage de...

Renard Nature CC0

Le gouvernement soumet aux citoyens un nouveau "plan santé environnement"

En pleine crise sanitaire, le gouvernement propose aux citoyens de donner leur avis sur le quatrième plan santé environnement, dont la mise en application est prévue pour 2021. Il porte par exemple sur le bien-être et la protection de la faune sauvage ou sur la présence de substances toxiques dans...

Covid 19 sante mentale iStock solarseven

[Tempête Covid] Avec l’épidémie, la santé mentale des populations mise à l’épreuve

Plus de six mois après le pic de l’épidémie de Covid-19 on commence à connaître les effets physiques de la maladie. Mais les professionnels de santé alertent aujourd’hui sur des conséquences moins visibles sur le psychisme. Et les séquelles sont loin de se présenter chez les seuls malades du virus....

Contagion steven soderbergh Warner Bros

Épidémie de coronavirus : avec le film Contagion, Hollywood avait tout prévu

Sorti fin 2011, le film Contagion de Steven Soderbergh dépeint une pandémie d’un virus particulièrement dangereux. Œuvre de fiction très bien documentée, elle présente de nombreuses ressemblances avec la crise actuelle du Covid-19. On ne pourra pas dire qu’Hollywood ne nous avait pas prévenus…