Publié le 01 juin 2011

ENVIRONNEMENT

Le téléphone portable favorise le cancer selon l'OMS

Le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), agence spécialisée de l'Organisation mondiale de la santé) s'est prononcé à l'issue d'une réunion de 8 jours, qui avait pour but de définir les risques liés à l'exposition aux radiofréquences, notamment celles de la téléphonie mobile. Les experts concluent que l'usage du portable « peut être cancérogène pour l'homme ». Pour les entreprises de la téléphonie, le risque « n'est pas démontré ».

default

Echec du Grenelle des ondes

Le 28 mars 2011, l'association Robin des Toits a annoncé qu'elle se retirait à regret du dispositif du Grenelle des ondes : « Déni de risque, reniement de la loi, le Grenelle des Ondes est dévoyé », affirme son porte-parole, Etienne Cendrier. Selon l'association, le seul chantier qui ait abouti depuis 2009 est la mise en place d'une expérimentation de l'abaissement des seuils d'exposition aux antennes relais dans plusieurs villes pilotes. Robin des Toits dénonce l'inaction de l'Etat, soucieux de « ne pas froisser les opérateurs ». La dernière réunion du Grenelle des ondes « n'a été que la formalisation d'un discours d'impuissance et d'inaction." Gouvernement, opérateurs, associations et collectivités locales ont participé à ces travaux qui ont abouti à des "orientations" sans mesures concrètes.

L'usage du téléphone portable favorise le développement du gliome, un cancer du cerveau. Telle est la conclusion des experts internationaux réunis à Lyon par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui a classé comme "possible cancérigène" les ondes radio, dans la même catégorie que les vapeurs d'essence. "Les preuves, qui continuent à s'accumuler, sont assez fortes pour justifier" que l'usage de ces appareils "peut être cancérogène pour l'homme", a indiqué à l'AFP Jonathan Samet président du groupe de travail réuni par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC), agence de l'OMS. Au cours de cette réunion de travail, les experts ont analysé toutes les études menées sur les impacts sanitaires des champs électromagnétiques de radiofréquence émises par les mobiles. Et notamment "des études épidémiologiques montrant un risque accru de gliome, un type de cancer du cerveau associé à l'usage du téléphone portable", a ajouté Jonathan Samet.

En mai 2010, le CIRC avait rendu publics les résultats de son enquête « Interphone », lancée 11 ans plus tôt et menée dans 13 pays*. Cette vaste étude épidémiologique, dont la méthodologie avait été critiquée, n'avait pas permis d'établir le lien entre cancer et téléphone mobile, mais sans conclure pour autant que ce risque n'existait pas. Les résultats faisaient par ailleurs état d'un risque accru pour les plus gros utilisateurs de portable (+40% pour les gliomes et +15% pour les méningiomes), catégorie définie par « 30 minutes par jour pendant plus de 10 ans ».

" Mieux vaut tard que jamais"

Mais cette fois, les experts sont plus catégoriques. Le CIRC a établi un classement qui met en évidence la dangerosité des téléphones portables et qui prend en compte l'usage considérablement plus élevé du portable aujourd'hui. Les experts recommandent désormais de réduire fortement l'exposition aux ondes radio en diminuant les appels et en ayant recours aux SMS. "Il vaut mieux tard que jamais" commente l'eurodéputée Michèle Rivasi (Europe Ecologie Les Verts) et fondactrice de la CRIIREM. Maintenant, cette reconnaissance doit rapidement être suivie d'effets, en particulier auprès des enfants et adolescents utilisant un mobile. Les gros consommateurs, les plus anciens aussi, sont aux avants postes du risque (...) A quant, comme pour les cigarettes, l'avertissement "une consommation importante nuit à la santé" sur les mobiles ?"

Même réaction au sein de l'association Priartem (Pour une réglementation des implantations d'antennes relais de téléphonie mobile), qui voit une « étape extrêmement importante » dans le dossier « téléphonie mobile et santé ». "Une fois le risque reconnu, le problème devient essentiellement politique ", ajoute l'association. Priartem rappelle les actions demandées aux pouvoirs publics depuis plusieurs années : réduire les niveaux expositions tant pour les utilisateurs de portables que pour les riverains d'antennes ; réduire les sources d'exposition, en rappelant que les connexions filaires doivent être privilégiées chaque fois que cela est possible (utilisation du téléphone filaire à la maison ou sur les lieux de travail, connexion internet filaire avec facilité de désactivation du WiFi sur les box... ) et informer largement sur les risques, particluièrement pour les enfants.

"Le lien entre cancer et ondes radio n'est pas démontré"

Les opérateurs de téléphonie, eux, estiment que le risque cancérigène "n'est pas encore démontré". La Fédération Française des Télécoms a réagi dans un communiqué expliquant que « les dangers liés aux ondes émises par leurs appareils "n'ont pas la même classification que, par exemple, l'alcool, le tabac et l'amiante", de catégorie 1 ni que le trichloréthylène et les fumées des moteurs diesel de catégorie 2A. L'évaluation du CIRC au niveau 2B indique que le lien entre cancer et ondes radio n'est pas démontré".

La Fédération Française des Télécoms souligne également que les opérateurs de téléphonie mobile appliquent le principe de précaution, « en incluant un kit oreillette dans chaque coffret de téléphone mobile ou en informant les utilisateurs sur les précautions d'usage ».

 

* Allemagne, Australie, Canada, Danemark, Finlande, France, Israël, Italie, Japon, Norvège, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et Suède.

Véronique Smée
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Produits chimiques test labo

Incendie de Lubrizol à Rouen : une liste de 5 253 tonnes de produits chimiques détruits à décrypter

Cinq jours après l'impressionnante explosion de l'usine Lubrizol de Rouen, la préfecture a dévoilé la liste des 5 253 tonnes de produits chimiques qui ont été détruits dans l'incendie. Pour les installations Seveso, le nom des produits stockés est en effet gardé secret en raison du risque...

Danger amiante proces penal citation directe collective pixabay

Scandale de l’amiante : vers un procès au pénal

Un millier de victimes de l’amiante vont déposer dans les prochains jours une citation directe collective devant le tribunal de Grande instance de Paris dans l’affaire du scandale de l’amiante. Plus de vingt ans après les faits, et alors que les non-lieux se sont multipliés ces dernières années,...

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock

[Science] La pollution de l’air n’affecte pas que nos poumons, mais tous nos organes

Plus de 90 % de la population mondiale respire un air toxique et ce taux devrait encore augmenter avec la part de citadins dans les prochaines décennies. Or, une nouvelle étude démontre l’effet néfaste de la pollution de l’air sur notre santé : non pas seulement pour nos poumons ou notre cœur mais...

[Édito Vidéo] Résistances aux antibiotiques, une menace invisible aussi grave que le réchauffement climatique

Les bactéries sont de plus en résistantes aux antibiotiques. En cause, une utilisation abusive non seulement pour la santé humaine et pour l’élevage. Le danger est aussi important et imminent que le réchauffement climatique assurent médecins, prix Nobel et experts de l’ONU. Pourtant, ce risque n’est...