Publié le 17 mai 2018

ENVIRONNEMENT

L'OMS appelle à une interdiction globale des acides gras trans industriels

Les acides gras trans seraient responsables de 500 000 décès par an selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Ceux-ci sont utilisés comme éléments conservateurs dans des gâteaux, des viennoiseries ou encore des soupes déshydratées.

L'OMS veut que les acides gras trans soit bannis de la nourriture industrielle.
@Jordalcher

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a dévoilé lundi une campagne visant à éliminer les acides gras trans industriels, très répandus dans les aliments industriels et dont la consommation en excès est globalement mauvaise pour la santé.

Les acides gras trans industriels, largement utilisés depuis les années 1950 pour leurs vertus conservatrices et stabilisatrices, se retrouvent le plus souvent dans les aliments transformés contenant des huiles végétales partiellement hydrogénées, comme dans certaines margarines, les viennoiseries industrielles, les gâteaux et biscuits, les en-cas salés et les soupes déshydratées.

Leur utilisation est réglementée, voire interdite dans certains pays ou villes. Ces acides gras trans industriels sont responsables chaque année de plus de 500 000 décès liés à des maladies cardiovasculaires, selon l'OMS.

"L'essentiel, c'est que cela soit le début de la fin pour les acides gras trans produits industriellement", a déclaré en conférence de presse Tom Frieden, qui dirige le groupe d'action Resolve to save lives, qui s'est associé à l'OMS pour cette campagne visant à éliminer ces acides gras industriels.

Déjà en application à New York

Il existe en effet des acides gras d'origine naturelle, issus des produits dérivés de ruminants comme le lait et la viande. Les pays riches ont fait des progrès en matière d'interdiction des acides gras trans industriels, mais "nous devons étendre ces efforts à l'échelle mondiale", a souligné le directeur de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Il a déclaré que la réduction de leur utilisation serait au cœur des efforts de l'OMS pour réduire d'un tiers les décès dus aux maladies non transmissibles à horizon 2030, un des objectifs de développement durable des Nations unies (des objectifs élaborés en 2015).

Tom Frieden a expliqué aux journalistes que la ville de New York, en interdisant l'utilisation des acides gras trans dans les restaurants il y a 10 ans, a prouvé qu'ils peuvent être éliminés sans que la saveur des aliments soit altérée ou que leur prix soit modifié.

L'élimination des acides gras trans industriels fait partie des priorités de l'OMS, pour la période 2019-2023, que l'institution va faire adopter lors de l'Assemblée mondiale de la santé qui démarre lundi 21 mai à Genève.

La Rédaction avec AFP


© 2018 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Voir nos offres