Publié le 15 décembre 2017

ENVIRONNEMENT

L'Europe donne une définition des perturbateurs endocriniens trop peu protectrice selon les associations

Les pays européens viennent d'adopter une nouvelle version des critères d'identification des perturbateurs endocriniens, ces substances cancérogènes capables de modifier le système hormonal. À l'origine, ils devaient permettre de réglementer leur mise sur le marché, voire de les interdire. Mais le niveau exigé de preuves est tellement élevé que "les perturbateurs endocriniens dangereux" seront laissés sur le marché, estiment certaines ONG. 

Depuis plusieurs années, l'Union européenne peine à donner une définition claire des perturbateurs endocriniens.

La Commission européenne a revu sa copie. Mercredi 13 décembre elle a soumis au vote une nouvelle version des critères d’identification des perturbateurs endocriniens (PE), ces substances qui modifient le système hormonal et accroissent le risque de cancer. Les pays membres l’ont adopté à la majorité. Ces critères vont permettre de donner un cadre réglementaire à ces produits et surtout de pouvoir maîtriser leur utilisation sur le marché voire les interdire si nécessaire.

Un des points de crispation dénoué 

Le 4 juillet, les États étaient déjà tombés d’accord sur une définition de ces substances. Mais trois mois plus tard le Parlement européen y a posé son veto. Il a estimé que la définition donnée par la Commission était trop laxiste et qu’elle avait outrepassé ses droits en proposant "d’exempter certaines substances volontairement conçues pour s’attaquer au système endocrinien d’un organisme". Dans leur viseur, les pesticides. La Commission avait établi une dérogation permettant aux pesticides, dont le rôle est justement d’être des perturbateurs endocriniens, d’être exclus de la liste des… perturbateurs endocriniens. Cette fois Bruxelles a compris le message. 

"Le niveau de preuve demandé est toujours extrêmement élevé"

Par contre "le niveau de preuve demandé est toujours extrêmement élevé", alerte François Veillerette, porte-parole de Générations futures. "Cela conduira à rendre les dispositions législatives totalement inopérantes en laissant sur le marché la plupart des pesticides perturbateurs endocriniens dangereux !". Même ton du côté de la Health and Environment Alliance, "les États membres n'ont pas saisi l'opportunité offerte par la décision du Parlement européen d'améliorer de manière considérable les critères afin de réellement protéger la santé humaine", estime la directrice de l'ONG, Genon K. Jensen. 

Bruxelles doit légiférer sur cette question depuis 2009. Après 6 années d’inaction, la Commission a même été condamnée par le tribunal de l’Union européenne pour son immobilisme.

Marina Fabre@fabre_marina 


© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock

[Science] La pollution de l’air n’affecte pas que nos poumons, mais tous nos organes

Plus de 90 % de la population mondiale respire un air toxique et ce taux devrait encore augmenter avec la part de citadins dans les prochaines décennies. Or, une nouvelle étude démontre l’effet néfaste de la pollution de l’air sur notre santé : non pas seulement pour nos poumons ou notre cœur mais...

[Édito Vidéo] Résistances aux antibiotiques, une menace invisible aussi grave que le réchauffement climatique

Les bactéries sont de plus en résistantes aux antibiotiques. En cause, une utilisation abusive non seulement pour la santé humaine et pour l’élevage. Le danger est aussi important et imminent que le réchauffement climatique assurent médecins, prix Nobel et experts de l’ONU. Pourtant, ce risque n’est...

Le dioxyde de titane interdit en janvier 2020 dans les denrées alimentaires

Le dioxyde de titane, un additif controversé, "sera interdit dans les denrées alimentaires à partir du 1er janvier 2020", ont annoncé les ministères de la Transition écologique et de l'Économie. Cette décision a été prise après la publication d'un avis de l'agence sanitaire Anses qui n'avait pu...

[Science] En fondant, les glaciers menacent aussi de libérer des résidus radioactifs

La fonte des glaciers en cours à cause du réchauffement climatique risque d’avoir d’autres conséquences que la montée du niveau de l’océan. Des chercheurs ont découvert des résidus nucléaires issus d’accidents ou d’essais militaires dans les glaciers à travers le monde. En fondant, les résidus...