Publié le 16 octobre 2009

ENVIRONNEMENT

L'AFSSET recommande de réduire les expositions du public

Aux dires de l'Agence Francaise de Sécurité Sanitaire de l'environnement et du travail (AFSSET), il s'agit du « rapport de tous les records ». 465 pages, 2 ans de travail et d'auditions, 3500 études passées au crible du groupe de travail rassemblé par l'AFSSET. Un rapport en rupture avec le statu quo des avis précédents et qui recommande de réduire les expositions du public « dès lors qu'une exposition peut être réduite. »

121994_GF.jpg

Les conclusions de l'AFSSET, rendues publiques le 15 octobre 2009, sont sans équivoque. L'AFSSET reconnait l'existence d'effets non thermiques « incontestables » en présence des ondes radiofréquences et de la téléphonie mobile. Des 226 études biologiques retenues par le panel d'experts et répondant à l'exigence des critères fixés, seules 11 « positives » ont montré des effets contre 89 « négatives », ne trouvant rien. « Peu importe le nombre, appuie Martin Guespereau, directeur général de l'AFSSET, l'important est d'avoir des études incontestables. » Ces effets biologiques concernent le fonctionnement (apoptose, endocytose) et les mécanismes de communication à l'intérieur de la cellule intervenant sur la division cellulaire, sur l'expression de protéines de stress et aussi parfois sur le stress oxydatif, énumère Gérard Lasfargues, directeur scientifique de l'AFFSET.

C'est la première fois qu'une instance officielle s'exprime en des termes aussi nets. Sur la question des effets sanitaires, l'agence se veut plus nuancée. « Le niveau de preuves n'est pas suffisant pour retenir en l'état des effets dommageables pour la santé comme définitivement établis », néanmoins, pour l'AFSSET, « ils constituent des signaux indéniables. On ne peut plus ne rien faire », a ainsi insisté Martin Guespereau.

Des recommandations inédites

Malgré ces incertitudes scientifiques ou statistiques, l'AFSSET considère qu'il convient d'agir « sans perdre de temps ». Ses recommandations s'organisent selon 4 grands axes dont la vigueur tranche avec les discours passés. Première urgence : diminuer l'exposition du public aux radiofréquences. L'accent est donné au téléphone mobile, considéré comme la première source d'exposition du public, à travers la mise en avant des téléphones « les moins exposants ». « Ce niveau d'exposition, donné par la mesure du DAS propre à chaque téléphone, peut varier de 1 à 10. Nous avons les moyens de privilégier les DAS les plus faibles. Pourquoi s'en priver, c'est si simple, » estime le directeur général de l'AFSSET. Visés également les « points chauds », des zones où les rayonnements des antennes relais se concentrent et arrivent à des niveaux nettement plus élevés que la moyenne. « Nous sommes convaincus de la faisabilité technique de réduire les expositions, » affirme Martin Guespereau.

Second volet : développer la surveillance. Autant celle des expositions individuelles, y compris à long terme, que celle collectives dues aux antennes relais et aux autres radio-équipements présents dans l'environnement. Le développement des dosimètres ou « une meilleure prise en compte des bandes de fréquence Wi-Fi, WiMax » participent de cette nécessité d'obtenir « l'exposition réelle des personnes aux ondes provenant de l'ensemble des émetteurs » et une description « plus exhaustive de l'exposition aux champs radiofréquences, en milieu urbain notamment. » Il y a 70 000 antennes sur le territoire, rappelle Martin Guespereau, et 2 000 mesures sont faites chaque année. « Cela va mettre du temps pour en faire le tour. Nous demandons clairement un plan de surveillance moderne, une cartographie. Pour nous, le système mené aujourd'hui est un système archaïque. »

Derniers aspects : la recherche, pour laquelle l'AFSSET donne un fil de priorités. Et l'électrohypersensibilité (EHS), dont le rapport reconnaît la réalité des symptômes et « l'harmonisation des méthodes utilisées laisse espérer la mise au point d'un outil diagnostique acceptable ».

Question de principe

« Aujourd'hui, nous cassons le statu quo », signale Martin Guespereau. « Ce sujet des radiofréquences nous a poussé dans nos retranchements, nous amenant à considérer qu'il ya une place nouvelle à faire dans l'expertise à des scientifiques de tous bords. » La présence des sciences sociales, la présence d'un observateur associatif à l'ensemble des débats et des auditions, « nous ne l'avions jamais fait » observe le directeur général de l'AFSSET. Autre première revendiquée : l'application de concepts environnementaux à un sujet sanitaire. « C'est un principe pour moi, quand une exposition environnementale peut être réduite, cette réduction doit être envisagée. Si j'appelle ce principe, c'est bien sur parce que j'ai des signaux, explique le directeur général de l'AFSSET. Peu m'importe aujourd'hui de savoir si ces signaux sont forts, faibles ou moyens, je n'ai pas besoin de plus, » continue le directeur général qui se réfère aussi au respect d'un principe de proportionnalité. « Si j'ai des signaux très forts, il faut une réduction très forte. Avec des signaux plus faibles, je ne peux pas justifier d'une action très forte. »

Le concept ALARA (aussi bas que l'on peut raisonnablement atteindre) ou celui de meilleures technologies disponibles à coût économiquement acceptables, appartiennent au patrimoine du monde environnemental mais « sont curieusement très peu usité dans le domaine sanitaire dans lequel on est », remarque Martin Guespereau. Qui poursuit : « Nous pensons qu'il est correct aujourd'hui de se référer à ces instruments. Et c'est cela qui fonde notre recommandation principale de réduire les expositions de téléphonie mobile. »

Maxence Layet
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Contagion steven soderbergh Warner Bros

Épidémie de coronavirus : avec le film Contagion, Hollywood avait tout prévu

Sorti fin 2011, le film Contagion de Steven Soderbergh dépeint une pandémie d’un virus particulièrement dangereux. Œuvre de fiction très bien documentée, elle présente de nombreuses ressemblances avec la crise actuelle du Covid-19. On ne pourra pas dire qu’Hollywood ne nous avait pas prévenus…

Happychemicals

Avec sa SinList, l’ONG ChemSec alerte un public non expert sur les risques chimiques

L’ONG suédoise spécialiste des risques chimiques ChemSec organisait un événement à Bruxelles le 14 novembre à l’occasion de la sortie de sa SinList, sa nouvelle liste de substances à remplacer d’urgence parce qu’elles sont trop dangereuses. En associant scientifiques, entreprises, productrices et...

Maree noire bresil mysterieuse benevoles nordeste ANTONELLO VENERI AFP

Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d'être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se...

Sargasses wikipedia Patrice78500

Pour lutter contre les sargasses, le gouvernement mise sur des solutions innovantes plutôt que sur un nouveau plan d’aides

Les sargasses étaient au menu de la visite d’Édouard Philippe en Guadeloupe le 26 octobre. Le chef du gouvernement assure prendre le problème à bras-le-corps mais n’a pas annoncé le renouvellement d’un plan d’aides pour la région. Il faut, selon lui, miser avant tout sur des solutions innovantes et...