Publié le 25 mars 2015

ENVIRONNEMENT

"En refusant d’interdire les perturbateurs endocriniens, le politique néglige son devoir d’intérêt général"

Rendre visible une menace invisible. C’est l’ambition du dernier ouvrage de François Veillerette et Marine Jobert sur les perturbateurs endocriniens. Des composés très largement utilisés par l’industrie, qui interagissent pourtant avec le système hormonal humain. La question de santé publique dérange, mais les législateurs européens tardent à règlementer. Entretien avec les auteurs.

Novethic : Au départ confidentielle, la question des perturbateurs endocriniens est désormais une question familière du grand public. Quel a été selon l’élément déclencheur de cette prise conscience ?

François Veillerette : C’est un sujet jeune, d’à peine 20 ans. Il a émergé grâce à un livre précurseur, "L’homme en voie de disparition", écrit par Théo Colborn en 1996. Il a même été préfacé par Al Gore.

En France, l’affaire du Bisphénol A a certainement cristallisé une prise de conscience de l’opinion publique. L’image du bébé et de son biberon de plastique empoisonné ont joué un rôle symbolique important. Mais curieusement, on a légiféré à l’envers : d’abord l’exclusion de la substance dans les biberons, puis dans les contenants alimentaires en général. Or c’est pendant la grossesse, via sa mère, que le fœtus est le plus exposé.

Marine Jobert : Je ne suis pas sûre qu’on puisse déjà parler de prise de conscience. Le sujet est certes plus connu qu’avant, mais les gens ne savent pas forcément quelles maladies provoquent ces substances. Cancers, obésité, diabète, troubles de la fertilité… toutes ces pathologies peuvent être causées par les perturbateurs endocriniens.

Le sujet est plus médiatique, mais il y a peu d’avancées sur la santé publique. Pourquoi ? Les enjeux industriels sont importants, mais ce dossier remet aussi en question notre mode de vie. Cela explique la réticence politique à légiférer, mais aussi l’inertie individuelle. Il est dur d’entendre des vérités qui dérangent.

Novethic : Sur ce sujet, les lanceurs d’alerte jouent un rôle important en relayant des études scientifiques ignorées par les industriels…

FV : C’est le rôle des associations et des journalistes. Il est peut-être plus facile aujourd’hui grâce à internet. Médiatiser et vulgariser la science pour rendre visibles les enjeux à tous les niveaux de la société. À 90%, la littérature scientifique montre les effets nocifs du bisphénol A. Pendant ce temps, l’industrie s’obstine à prétendre que la molécule n’est pas un perturbateur endocrinien et s’accroche à une poignée d’études controversées. Pourtant, il a été prouvé que leurs auteurs sont en situation de conflit d’intérêt. Le sujet a été largement traité par la journaliste Stéphane Horel.

Avec l’association Génération Futures, dont je suis président, nous avons obtenu une victoire en 2009. Il s’agissait de la négociation de la réglementation des pesticides au niveau européen. Nous nous sommes battus pour que les dix années précédentes de littérature scientifique sur une molécule soient examinées avant de l’autoriser sur le marché. Ceci afin de ne pas prendre en compte les seules études proposées par les firmes.

MJ : On entend beaucoup parler du Bisphénol A, mais il ne faut pas oublier d’autres molécules comme les phtalates. Les preuves scientifiques de leur dangerosité s’accumulent, mais il n’y a toujours aucun encadrement réglementaire sur ces derniers.

Novethic : Votre ouvrage est sous-titré "La menace invisible". Pourquoi?

FV : La menace est en fait doublement invisible, car l’effet peut être décalé dans le temps, voire toucher la descendance, comme pour les filles des victimes du Distilbène. Pour ces raisons, on a souvent du mal à relier l’effet et sa cause avec les outils de pensée habituels.

Novethic : Comment enquête-t-on sur quelque chose d’invisible ?

MJ : En fait, il n’y a pas de difficulté particulière à enquêter : on rapporte des publications librement accessibles. Évidemment, on ne connaît pas encore toute la vérité scientifique. Mais on en sait suffisamment pour avoir l’obligation morale de protéger la population.

Ce rôle incombe au politique qui doit absolument trancher. Et ce d’autant plus que la posture des industriels, au lieu d’être prudents quand les études à charge s’accumulent, est de commander de nouvelles études. Comme si les lobbys cherchaient à jouer la montre.

Novethic : Une étude publiée début mars estime le coût sanitaire des perturbateurs endocriniens à au moins 150 milliards d’euros pour la société européenne. Pensez-vous que cela aidera à débloquer la situation au niveau de la Commission Européenne ?

MJ : À une question sanitaire, la Commission répond par une demande d’évaluation socio-économique. Comme si un propriétaire demandait à son locataire, alors que son immeuble en train de s’effondrer : "Combien la réparation va-t-elle me coûter ?". Il y a des vies en jeu. Il est compréhensible que cette étude cherche à parler le même langage, celui des chiffres. Mais en adoptant ce type de posture, l’institution européenne néglige son devoir d’intérêt général.

FV : Générations Futures va prochainement proposer deux pétitions. Une première au niveau national pour interpeller Marisol Tourraine, ministre de la santé. En effet, le risque des perturbateurs endocriniens est reconnu par le ministère de l’environnement, mais pas par celui de la santé. Alors qu’il devrait s’y trouver au même risque que le plomb ou l’amiante. Au niveau européen, on demandera l’application stricte de la réglementation sur les pesticides, et notamment des critères d’exclusion.

MJ : On ne peut pas continuer à exposer le grand public à des produits dont on sait qu’ils déclenchent des maladies. Pour le politique, c’est une grande responsabilité, mais aussi une chance d’agir. Avec le changement climatique, c’est peut-être le deuxième grand dossier ayant le plus d’implications pour la survie de nos descendants.

Propos recueillis par Sarah Sermondadaz
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Perturbateurs endocriniens : un coût d'au moins 150 milliards d'euros pour l'Europe

150 milliards d'euros : c'est le chiffre choc d'une étude publiée le 6 mars dernier. Il s'agit du montant estimé du coût des perturbateurs endocriniens pour la société européenne. Un coût probablement en deçà de la vérité. En effet, l'incertitude liée à la difficulté de quantifier les...

Pesticides : la stratégie ʺdeux poids, deux mesuresʺ du groupe Bayer

Le géant pharmaceutique et chimique allemand Bayer se porte bien. Mais selon des associations environnementales, cette bonne santé financière est entachée par des pratiques nuisibles à l’environnement, et particulièrement aux abeilles. Certaines parlent même de ʺdeux poids, deux mesuresʺ...

Feuille de route environnementale pour 2015 : priorité à la COP 21, aux transports propres et à la santé environnementale

Deux mois après la conférence environnementale de novembre, Manuel Valls a présenté la feuille de route environnementale. Destinée à guider l’action du gouvernement en la matière, elle comporte 74 mesures réparties en 3 grands objectifs: mettre la France en route vers la COP 21 sur le...

Pesticides : la France veut réduire sa consommation de 50 % d’ici… 2025

En 2013, la consommation de pesticides a augmenté de 9,2 %. Un chiffre qui démontre l’inefficacité du premier plan Écophyto. Issu du Grenelle de l’environnement, il visait à réduire de moitié la consommation de produits phytosanitaires d’ici à 2018. Un objectif repoussé vendredi 30 janvier...

Pesticides : In Vivo à contre-courant des plans du gouvernement

En 2013, la consommation de pesticides a augmenté de 9% en France. Le gouvernement réagit avec un nouveau plan Ecophyto. Objectif : réduire de moitié l’usage des produits phytosanitaires d’ici à 2025. C’est pourtant le moment choisi par In Vivo, le premier groupe coopératif français, pour...

Maladies chroniques environnementales : quelle prise de conscience du gouvernement?

En ouverture de la conférence environnementale, François Hollande a annoncé un "siècle de l’hygiène chimique". Autrement dit, réduire l’exposition des citoyens aux substances chimiques pour endiguer l’épidémie de maladies chroniques. Si aucune mesure emblématique n’est sortie de la table...

10 ans après l’Appel de Paris, quelle prise en compte des polluants chimiques sur la santé ?

C'était en 2004, l’Appel de Paris alertait sur l’impact de la pollution chimique sur la santé. 10 ans plus tard, les preuves scientifiques sur les causes environnementales de l’épidémie de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète s’accumulent. Mais ces résultats tardent à être...

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Danger amiante proces penal citation directe collective pixabay

Scandale de l’amiante : vers un procès au pénal

Un millier de victimes de l’amiante vont déposer dans les prochains jours une citation directe collective devant le tribunal de Grande instance de Paris dans l’affaire du scandale de l’amiante. Plus de vingt ans après les faits, et alors que les non-lieux se sont multipliés ces dernières années,...

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock

[Science] La pollution de l’air n’affecte pas que nos poumons, mais tous nos organes

Plus de 90 % de la population mondiale respire un air toxique et ce taux devrait encore augmenter avec la part de citadins dans les prochaines décennies. Or, une nouvelle étude démontre l’effet néfaste de la pollution de l’air sur notre santé : non pas seulement pour nos poumons ou notre cœur mais...

[Édito Vidéo] Résistances aux antibiotiques, une menace invisible aussi grave que le réchauffement climatique

Les bactéries sont de plus en résistantes aux antibiotiques. En cause, une utilisation abusive non seulement pour la santé humaine et pour l’élevage. Le danger est aussi important et imminent que le réchauffement climatique assurent médecins, prix Nobel et experts de l’ONU. Pourtant, ce risque n’est...

Le dioxyde de titane interdit en janvier 2020 dans les denrées alimentaires

Le dioxyde de titane, un additif controversé, "sera interdit dans les denrées alimentaires à partir du 1er janvier 2020", ont annoncé les ministères de la Transition écologique et de l'Économie. Cette décision a été prise après la publication d'un avis de l'agence sanitaire Anses qui n'avait pu...