Publié le 30 novembre 2009

ENVIRONNEMENT

Des salariés encore exposés aux risques de l'amiante

Malgré son interdiction, l'amiante fait toujours courir des risques graves aux salariés exposés à cette substance cancérogène. Les contrôles comme les sanctions tardent à être mis en œuvre.

122456_GF.png

L'amiante fait courir un risque pour un travailleur de 3,3 cas de cancers supplémentaires pour 1000 travailleurs exposés : tel est le constat de l'Afsset. Dans la lignée d'un rapport publié en février, l'Agence demande cette fois au Ministère du Travail d'appliquer ses recommandations. En particulier, celle visant à abaisser la valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP). « Ces recommandations vont dans le sens de la protection de la santé des individus et préconisent des méthodes de mesures plus fiables et plus précises », estime Alain Bobbio, secrétaire national de l'ANDEVA, association nationale de défense des victimes de l'amiante.

Des salariés encore exposés

Interdite en France depuis 1996, l'amiante continue de faire des dégâts. 100 000 personnes par an meurent encore dans le monde du fait de cette substance cancérogène, selon les estimations de l'Organisation internationale du travail (OIT). En France, le nombre de décès pourrait s'élever à plus de 10 000 chaque année. A l'association SOS amiante, le standard téléphonique ne désemplit pas : « Nous recevons chaque jour cinq à six dossiers de salariés retraités exposés à l'amiante il y a une trentaine d'années, mais aussi, des ayants droits des victimes », explique son Président, le docteur Dominique-Michel Courtois. Le secteur du BTP (rénovation, maintenance) se révèle très exposé. Les travailleurs les plus vulnérables ? Les chauffagistes, les électriciens, les peintres, les couvreurs... «Beaucoup de demandes émanent de salariés qui se plaignent de la négligence de leurs employeurs en matière de prévention et de formation du personnel », rapporte le Président de SOS amiante.

Peu de contrôles effectifs

Le cadre légal auquel doit se conformer les employeurs est pourtant clair. Un décret du 30 juin 2006 a introduit de nouvelles règles pour la protection des salariés contre les risques liés à l'exposition aux poussières d'amiante (fixation d'une valeur réglementaire, tenue d'une fiche d'exposition individuelle pour les salariés, obligation de certification de qualification des entreprises réalisant des travaux de confinement etc.). Les entreprises soucieuses de prévention ont par ailleurs la possibilité de recourir à un expert agrée par le Ministère du travail pour réaliser un diagnostic, en vertu de l'article 4612-14 du Code du travail. Tout est passé au crible : dossier technique amiante, évaluation du risque chimique et CMR (cancérogène, mutagène et/ou reprotoxique), rapport de repérage des matériaux amiantés, mesures de protection etc. « Ce repérage exhaustif effectué, l'expertise permet d'établir des niveaux d'exposition afin d'organiser au mieux le suivi médical des salariés et, en cas d'action en justice, de fournir des éléments étayés dans leur dossier », explique Patricia Mouysset, experte en risques industriels à Technologia (risques professionnels). Sur le terrain, respect de la réglementation et prévention sont cependant loin d'être la règle. « Il est souhaitable de voir la réglementation se renforcer, en particulier dans le secteur de la déconstruction où exercent beaucoup de petites entreprises sous-traitantes ; c'est là où les problèmes peuvent encore se poser », estime Jean-Louis Malys, secrétaire national de la CFDT. « L'abaissement des seuils d'exposition à l'amiante ne règlera pas tout, renchérit Alain Bobbio. Il faut aussi renforcer les contrôles et les sanctions sur le terrain ! » Et c'est justement là où le bât blesse. « S'il n'y a pas un renforcement des moyens d'enquêtes, les premiers procès risquent de n'aboutir qu'en 2014 », déplore le Président de l'Andeva.

Des procès qui tardent

Au plan judiciaire, des milliers de procédures d'indemnisation sont aujourd'hui engagées au civil, au titre de la « faute inexcusable » de l'employeur. Mais le montant de la réparation n'est pas toujours à la hauteur du préjudice subi... « Il faut renchérir le coût de la réparation pour inciter les employeurs à faire de la prévention », insiste maître Michel Ledoux, avocat en droit social spécialisé dans les affaires d'hygiène, santé et sécurité au travail. Au plan pénal, sur la quarantaine d'entreprises poursuivies, aucune plainte n'a encore abouti. Des mises en examen ont cependant été prononcées contre des dirigeants et des médecins du travail (chez Valéo, Eternit, au port autonome de Dunkerque). Plus exemplaire, celle prononcée le 24 novembre contre Joseph Cuvelier, l'ancien dirigeant, de 1971 à 1994, d'Eternit, premier groupe d'amiante-ciment. Il s'agit d'une première puisque jusque là, seuls les dirigeants d'établissements ont été inquiétés. De quoi redonner espoir aux victimes et aux ayants-droits de voir aboutir, enfin, le premier procès pénal de l'amiante : « Ce sera un procès à visée pédagogique pour montrer l'ampleur du désastre sanitaire et faire en sorte qu'il ne renouvelle pas », estime maître Michel Ledoux.

Marie-José Gava
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Contagion steven soderbergh Warner Bros

Épidémie de coronavirus : avec le film Contagion, Hollywood avait tout prévu

Sorti fin 2011, le film Contagion de Steven Soderbergh dépeint une pandémie d’un virus particulièrement dangereux. Œuvre de fiction très bien documentée, elle présente de nombreuses ressemblances avec la crise actuelle du Covid-19. On ne pourra pas dire qu’Hollywood ne nous avait pas prévenus…

Happychemicals

Avec sa SinList, l’ONG ChemSec alerte un public non expert sur les risques chimiques

L’ONG suédoise spécialiste des risques chimiques ChemSec organisait un événement à Bruxelles le 14 novembre à l’occasion de la sortie de sa SinList, sa nouvelle liste de substances à remplacer d’urgence parce qu’elles sont trop dangereuses. En associant scientifiques, entreprises, productrices et...

Maree noire bresil mysterieuse benevoles nordeste ANTONELLO VENERI AFP

Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d'être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se...

Sargasses wikipedia Patrice78500

Pour lutter contre les sargasses, le gouvernement mise sur des solutions innovantes plutôt que sur un nouveau plan d’aides

Les sargasses étaient au menu de la visite d’Édouard Philippe en Guadeloupe le 26 octobre. Le chef du gouvernement assure prendre le problème à bras-le-corps mais n’a pas annoncé le renouvellement d’un plan d’aides pour la région. Il faut, selon lui, miser avant tout sur des solutions innovantes et...