Publié le 30 mai 2011

ENVIRONNEMENT

Cosmétiques : vers la sortie des parabènes ?

Depuis bientôt dix ans, les parabènes font l'objet de controverses mais restent autorisés par la réglementation européenne. Les grandes entreprises de la cosmétique sont sur le pied de guerre et n'envisagent pas l'abandon de ces conservateurs, tandis que les petites et moyennes entreprises du secteur cherchent les moyens, financiers et techniques, de les remplacer.

133988_GF.jpg

Les médicaments aussi

Une liste de 400 médicaments contenant des parabènes a été publiée par Le Monde le 23 mai. Le quotidien indique qu'ils sont présents dans de nombreux sirops contre la toux (Clarix, Codotussyl, Drill, Hexapneumine, Humex, Pectosan, Rhinathiol) ; des pansements gastriques (Maalox, Gaviscon) ; des traitements des troubles du transit intestinal (Motilium) ou des nausées et vomissements (Primpéran) ; les formes en suspension buvable de médicaments cardiovasculaires (Cozaar, Vastarel) ou antibiotiques (Josacine, Zinnat) ; des médicaments contre la douleur et la fièvre (formes génériques d'ibuprofène et de paracétamol) ; les traitements de l'asthénie (Sargenor) ; sans oublier les formes génériques de ces médicaments.Une étude toxicologique est menée actuellement par l'Afssaps. Les résultats devraient être publiés en novembre 2011.

Les parabènes, composés chimiques, sont employés comme conservateurs pour leurs propriétés anti-bactériennes et anti-fongiques, dans les aliments, les médicaments, et bien sûr dans les produits cosmétiques. Pour ces derniers, les parabènes sont règlementés par la directive européenne « cosmétique » qui les liste en tant que conservateurs des préparations (crèmes, gel douche, shampoings, etc.). L'éthyl-, le méthyl-, le propyl-, le butyl-parabène et leurs iso (isobutyl et isopropyl) sont donc autorisés dans des limites d'utilisation initialement fixées à 0,4% de la composition du produit pour un seul parabène, et à 0,8% pour un mélange de parabènes.

A partir de 2004, ces parabènes, connus pour être des perturbateurs endocriniens de faible puissance, sont mis sur la sellette à la suite de nouvelles études scientifiques examinées par le Comité scientifique européen pour la sécurité des consommateurs (SCCS). Si la Fédération des industriels européens de la cosmétique (COLIPA) n'a pas publié de son côté d'études, le SCCS a rendu ces 6 dernières années pas moins de 5 avis sur la base de données scientifiques et a revu à la hausse la toxicité de deux parabènes. Dans son dernier avis de décembre 2010, le comité demande que soient réduites de plus de moitié les concentrations permises pour le propyl et le butyl-parabène.

Les parabènes "indésirables"

En France, la FEBEA, la fédération française des entreprises de la beauté qui réunit les géants de l'industrie cosmétique, tel que L'Oréal ou encore LVMH, et membre du COLIPA, ne l'entend pas de cette oreille et refuse de remettre en cause l'utilisation des parabènes autorisés par les règles communautaires en invoquant « une entrave au libre-échange ». Une position qui n'est toutefois pas partagée par l'association des PME de la filière cosmétique française Cosmed, représentant 620 petites en moyennes entreprises : « Nous connaissons deux niveaux de sécurité pour les parabènes : ils sont efficaces, garantissent la non-contamination des produits cosmétiques, ils sont très bien tolérés et ont un faible pouvoir allergisant. Mais la question de l'usage répété de ces produits, y compris à faibles doses, doit être prise en compte. Cosmed s'est saisi depuis longtemps de la question. Ce sont d'ailleurs avant tout des petites entreprises qui ont initié des démarches de cosmétique « sans parabène » en fonction de choix ou de convictions », rappelle Jean-Marc Giroux, directeur général de Cosmed.
Avant d'expliquer que la récente adoption de la proposition de loi Lachaud en France (voir article lié), visant à interdire les perturbateurs endocriniens, « sort ce débat du champ scientifique et technique. Les parabènes sont devenus indésirables aux yeux du public. Sans compter que les consommateurs traversent une crise de confiance généralisée à l'égard des systèmes d'expertise, comme on l'a vu encore récemment dans le cas du Médiator" , poursuit-il.

Des alternatives difficiles à mettre en place

De fait, « ce qui préoccupe aujourd'hui les PME est celle des moyens pour la recherche de nouveaux procédés de conservation », indique Jean-Marc Giroux. Dans un communiqué de presse du 10 mai 2011, Cosmed rappelle que «la plupart des entreprises opteraient volontairement et rapidement pour l'abandon des parabènes, si elles disposaient de systèmes de conservation aussi efficaces et polyvalents ». Remplacer les parabènes s'avère en effet compliqué car ils sont très efficaces pour limiter la prolifération de germes. Par ailleurs certaines alternatives, comme l'alcool ou les huiles essentielles, ont d'autres inconvénients (risques d'allergie pour les huiles notamment). Bilan : Cosmed « entrevoit un abandon progressif total ou partiel des parabènes par la profession dès lors que des solutions alternatives, scientifiquement prouvées et économiquement acceptables, seront disponibles sur le marché ». Se passer de ces conservateurs ne procède pas du retrait pur et simple des substances, mais d'une entière reformulation des produits. « C'est mettre en place dès la conception, une stratégie de conservation qui met en jeu l'ensemble du choix des composants afin d'assurer la sécurité et a stabilité des nouveaux produits », explique Jean-Marc Giroux. Ce qui pose la question des moyens financiers pour la recherche de nouveaux systèmes de conservation.

Ainsi Mustela des Laboratoires Expansciences, l'une des marques leader du marché pour les produits d'hygiène pour bébé a opéré sa mutation à partir de 2008, sous la pression des informations qui parvenaient aux consommateurs sur la toxicité potentielle des parabènes en particulier sur les plus jeunes. « Il a fallu beaucoup de temps et des investissements conséquents en terme de recherche pour reformuler entièrement les produits afin de tenir compte de cette nouvelle contrainte » précise la responsable des affaires règlementaires des Laboratoires Expansciences. Mais la marque, présente sur le marché mondial disposait des ressources nécessaires pour afficher depuis 2010 des produits exempts de ces composés.
Quoiqu'il en soit, les marques ou certaines de leur gamme sont nombreuses à suivre le mouvement d'abandon des parabènes. Et le nombre de clients en demande de certifications écocert dans le secteur cosmétique -qui exclut l'emploi de conservateur synthétique- a connu sur un an une progression de 20%.


Anne-Corine Zimmer
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Contagion steven soderbergh Warner Bros

Épidémie de coronavirus : avec le film Contagion, Hollywood avait tout prévu

Sorti fin 2011, le film Contagion de Steven Soderbergh dépeint une pandémie d’un virus particulièrement dangereux. Œuvre de fiction très bien documentée, elle présente de nombreuses ressemblances avec la crise actuelle du Covid-19. On ne pourra pas dire qu’Hollywood ne nous avait pas prévenus…

Happychemicals

Avec sa SinList, l’ONG ChemSec alerte un public non expert sur les risques chimiques

L’ONG suédoise spécialiste des risques chimiques ChemSec organisait un événement à Bruxelles le 14 novembre à l’occasion de la sortie de sa SinList, sa nouvelle liste de substances à remplacer d’urgence parce qu’elles sont trop dangereuses. En associant scientifiques, entreprises, productrices et...

Maree noire bresil mysterieuse benevoles nordeste ANTONELLO VENERI AFP

Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d'être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se...

Sargasses wikipedia Patrice78500

Pour lutter contre les sargasses, le gouvernement mise sur des solutions innovantes plutôt que sur un nouveau plan d’aides

Les sargasses étaient au menu de la visite d’Édouard Philippe en Guadeloupe le 26 octobre. Le chef du gouvernement assure prendre le problème à bras-le-corps mais n’a pas annoncé le renouvellement d’un plan d’aides pour la région. Il faut, selon lui, miser avant tout sur des solutions innovantes et...