Publié le 16 septembre 2014

ENVIRONNEMENT

Commission européenne : l’environnement dissous dans la croissance verte et bleue

En charge de l’Environnement… et des Affaires maritimes et de la Pêche : le mandat du nouveau commissaire traduit un virage de la politique environnementale européenne, où priorité est donnée à la croissance. La personnalité controversée du commissaire Karmenu Vella accentue encore les inquiétudes des organisations environnementales sur les intentions du président Jean-Claude Juncker. Et pour couronner le tout, le dossier biocides (pesticides, désinfectants) vient de quitter la direction générale de l’environnement pour celle de la santé : signe, pour certains, d’un infléchissement au profit des intérêts industriels.

Rencontre entre Jean-Claude Juncker et Karmenu Vella le 3 septembre dernier à Bruxelles
© Commission Européenne

Surprise ! Jean-Claude Juncker, qui préside la nouvelle Commission européenne, a regroupé le portefeuille de l’Environnement avec celui de la Pêche. Le département en charge de la politique environnementale (la direction générale de l’Environnement) partage désormais son commissaire européen avec la direction générale (DG) des Affaires maritimes et de la Pêche. La motivation de ce regroupement ? La croissance. La Commission européenne souligne en effet "les logiques jumelles de la croissance ‘bleue’ et de la croissance ‘verte’ ".

Dans sa lettre de mission au nouveau commissaire, Jean-Claude Junker insiste sur le "rôle-clé" de la politique de l’environnement dans la création d’emplois et la stimulation de l’investissement. Selon le président de la Commission, la pêche et l’environnement sont des secteurs déjà bien encadrés par la réglementation européenne. La nouvelle étape est d’en faire des moteurs du développement économique. Cette approche n’est pas surprenante. A l’heure de la morosité économique, la croissance semble aujourd’hui chez les décideurs la seule façon de faire passer le message environnemental.

 

Un coup d'arrêt de la politique environnementale de l’Union Européenne

 

Le commissaire devra d’ailleurs collaborer étroitement avec le vice-président en charge de l’emploi, de la croissance et de la compétitivité, ainsi qu’avec celui de l’énergie. Car la nouvelle Commission européenne compte 7 vice-présidents, sortes de super-commissaires. "Cet exécutif restreint pourrait bien concentrer le pouvoir", estime Guillaume Sainteny, maître de conférences à l’Ecole polytechnique.

Pour les ONG environnementales européennes, Juncker signe "l’arrêt de la politique environnementale de l’Union européenne (UE)". Ces organisations non gouvernementales s’émeuvent d’autant plus de ce virage qu’il existe un consensus large sur l’utilité de l’action européenne sur l’environnement.

La personnalité du commissaire en charge du portefeuille est aussi controversée. Le Maltais Karmenu Vella n’a aucun bagage sur l’environnement. Et Malte est même l’un des pires élèves de l’UE en la matière. Ses activités passées dans l’industrie du jeu et du tourisme et ses parts dans des projets immobiliers le disqualifient même pour le poste, selon Corporate Europe Observatory, l’organisation de veille sur le lobbying à Bruxelles.

 

Le dossier "biocides" quitte la DG environnement

 

Même son de cloche du côté des ONG de défense de la mer. "C’est une très mauvaise nouvelle", selon Claire Nouvian, de Bloom, qui voit dans ce regroupement une marginalisation du poids de l’environnement.


La nomination de Karmenu Vella doit encore être validée par le Parlement européen d’ici au 3 octobre. "On va l’interroger sur tous les grands enjeux environnementaux, en particulier les perturbateurs endocriniens et les nanotechnologies", assure l’eurodéputée EELV (Europe Ecologie/Les Verts), Michèle Rivasi, à propos de l’audition qui attend le commissaire à Strasbourg.


La marginalisation du poids de l’environnement au sein de la Commission semble confirmée par un autre choix stratégique. Le dossier sur les produits biocides (pesticides, désinfectants) quitte la DG Environnement pour la DG de la Santé et des Consommateurs. "On est abasourdi", a réagi le responsable actuel du dossier biocides à la DG Environnement, Pierre Choraine, pour Chemical Watch.


Le conflit sur le sujet qui oppose ces deux DG est connu, les avis de la DG Santé et Consommateurs étant très proches des intérêts des industriels.

Magali Reinert
© 2019 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Danger amiante proces penal citation directe collective pixabay

Scandale de l’amiante : vers un procès au pénal

Un millier de victimes de l’amiante vont déposer dans les prochains jours une citation directe collective devant le tribunal de Grande instance de Paris dans l’affaire du scandale de l’amiante. Plus de vingt ans après les faits, et alors que les non-lieux se sont multipliés ces dernières années,...

Voitures diesel pollution ssuaphoto istock

[Science] La pollution de l’air n’affecte pas que nos poumons, mais tous nos organes

Plus de 90 % de la population mondiale respire un air toxique et ce taux devrait encore augmenter avec la part de citadins dans les prochaines décennies. Or, une nouvelle étude démontre l’effet néfaste de la pollution de l’air sur notre santé : non pas seulement pour nos poumons ou notre cœur mais...

[Édito Vidéo] Résistances aux antibiotiques, une menace invisible aussi grave que le réchauffement climatique

Les bactéries sont de plus en résistantes aux antibiotiques. En cause, une utilisation abusive non seulement pour la santé humaine et pour l’élevage. Le danger est aussi important et imminent que le réchauffement climatique assurent médecins, prix Nobel et experts de l’ONU. Pourtant, ce risque n’est...

Le dioxyde de titane interdit en janvier 2020 dans les denrées alimentaires

Le dioxyde de titane, un additif controversé, "sera interdit dans les denrées alimentaires à partir du 1er janvier 2020", ont annoncé les ministères de la Transition écologique et de l'Économie. Cette décision a été prise après la publication d'un avis de l'agence sanitaire Anses qui n'avait pu...