Publié le 02 décembre 2010

ENVIRONNEMENT

Cancer et alimentation : nouvelle enquête

L'association Génération Futures et le réseau européen Health & Environnement Alliance publient une enquête dans le cadre de la campagne « Cancers et environnement ». L'objectif : démontrer la présence de substances chimiques toxiques dans notre alimentation et leur lien avec l'explosion du nombre de cancers pour demander des réglementations sur ces produits.

132026_GF.jpg

Stratégie communautaire sur les perturbateurs endocriniens

L'UE a mis en place une « Stratégie communautaire concernant les perturbateurs endocriniens » (PE) pour « aborder, d'urgence, le problème des perturbateurs endocriniens nocifs à la santé et à l'environnement ». Elle prévoit des mesures à court, moyen et long terme : lister les molécules PE fortement suspectes d'effets hormonaux pour qu'elles fassent, à terme, l'objet d'une réglementation ; définir les publics fragiles et informer les consommateurs, développer des produits de substitution et des tests capables d'identifier les PE. Un rapport sur la mise en oeuvre de cette stratégie est attendu d'ici la fin 2010. Début 2012, des recommandations et des modifications du cadre législatif sont prévues pour prendre en compte l'exposition aux PE.

Le contexte général de l'enquête menée par Génération futures (ex MDRGF) et le réseau européen Health & Environnement Alliance est bien connu : le nombre de cancers explose et cette épidémie ne peut pas s'expliquer uniquement par des facteurs génétiques et par la consommation d'alcool ou de tabac. Les facteurs environnementaux, au sens large, doivent être pris en compte pour expliquer qu'entre 1980 et 2005, l'incidence du cancer a progressé de 93% chez l'homme et de 84% chez la femme (données InVS). Par ailleurs, la croissance du nombre de cancers chez l'enfant vient renforcer les hypothèses de cancers d'origine environnementale. Ce constat conduit une fois de plus les associations spécialistes du sujet - le Reseau Environnement Santé, le WWF, le Criid- à interpeller l'opinion publique et les législateurs, au plan européen et national. A l'appui de cette campagne, une enquête a été menée sur l'alimentation quotidienne des enfants, en analysant les différents produits qu'ils consomment au petit déjeuner, au déjeuner, au goûter et au dîner. Les analyses des aliments (légumes, fruits, poisson, pain beurre, fromage etc) ont été réalisées par des laboratoires accrédités auprès des autorités publiques et reconnus comme spécialistes de ces recherches. Les associations leur ont demandé d'identifier plusieurs types de substances : pesticides, dioxine, PCB, additifs problématiques et éventuels transferts de plastiques alimentaires vers les aliments (phtalates et BPA), en recherchant pour chacune d'entre elles leur classement comme cancérigènes « certain, probable ou possible », et/ou comme perturbateurs endocriniens, responsables de dérèglements hormonaux.

Effet cocktail

Bilan : s'agissant du petit déjeuner, 28 résidus de substances chimiques ont été trouvés, dont 21 cancérigènes possibles ou probables, 3 cancérigènes certains et/ou 19 perturbateurs endocriniens. Au total dans une journée, 128 résidus représentants 81 substances chimiques différentes sont ingérés par un enfant, ainsi que 36 pesticides différents et 47 substances cancérigènes suspectées.
Certes, les doses peuvent respecter les limites maximales autorisées, mais l'effet cocktail de ces diverses substances et leur accumulation quotidienne restent inconnus aujourd'hui. Comme le souligne François Veillerette, président de Générations Futures, « actuellement, l'impact des cocktails chimiques ingérés par voie alimentaire n'est pas évalué. A fortiori, l'impact de ces résidus conjugué aux autres expositions chimiques ne l'est pas non plus ». Face aux incertitudes et à la quasi-impossibilité de mesurer ces effets extrêmement complexes et variables, les associations veulent que soient au moins reconnus les différents facteurs de risques. « Les leviers réglementaires existent pour réduire, voire interdire, les substances dangereuses, à l'exemple de la loi Grenelle avec les pesticides, commente François Veillerette. L'interdiction du BPA dans les biberons, décidée récemment par la Commission européenne, en est aussi un bon exemple ». De fait, c'est grâce à l'alerte lancée par le Réseau Santé Environnement que le BPA a fini par être interdit, alors même que l'Agence européenne pour la sécurité des aliments (EFSA) avait conclu dans ses études à l'absence de risques sanitaires liés au bisphénol A dans les plastiques alimentaires.

La réduction ne suffit pas

Reste que les autorités prennent peu en compte ces facteurs environnementaux dans les politiques de santé publique, qu'il s'agisse du Plan Cancer ou du Plan national Santé Environnement. Certaines substances comme le formaldéhyde, l'un des polluants les plus présents dans l'air intérieur, classé comme cancérigène certain, font certes l'objet de mesures de réduction, mais ces objectifs, trop partiels, ne satisfont pas les associations. L'UFC-Que choisir, après avoir enquêté, avait elle aussi demandé en 2009 l'interdiction de ces substances cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques (CMR). Pour l'heure, il est surtout question d'un étiquetage des produits... prévu pour 2012.

Le docteur Laurent Chevalier, médecin nutritionniste membre du Réseau santé Environnement, confirme que la réduction de ces substances toxiques n'est pas la clé du problème. « On néglige les effets cumulatifs comme les effets retardés de l'exposition à ces produits. Le nombre de diabétiques a par exemple augmenté de 41% entre 2001 et 2010. Ce n'est pas dû simplement à une surconsommation de sucre. Les perturbateurs endocriniens jouent un rôle dans ces maladies ». Pour ce médecin, il faudrait commencer par interdire les perturbateurs endocriniens présents dans les additifs alimentaires et les produits de synthèse qui sont en contact avec les aliments, tels que les plastifiants et autres emballages. « L'interdiction du BPA dans les biberons a montré que des alternatives existent. Elles étaient même prêtes et déjà commercialisées sur le marché. La rapidité de cette offre montre que c'est possible... », rappelle François Veillerette, qui affirme « faire confiance à la capacité de réponse et d'innovation des industriels, dès lors qu'une réglementation les y poussera ».

Véronique Smée
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

Vers une agriculture moins gourmande en pesticides ?

Mesure phare du Grenelle de l'environnement, la réduction des pesticides a été actée avec « si possible », une baisse de 50 % de leur usage dans les dix ans. Une étude de l'INRA publiée fin janvier montre que des marges de progrès importantes sont effectivement réalisables mais qu'une...

Première preuve formelle de la toxicité des phtalates

Une étude d'une unité de recherche du CEA vient confirmer les soupçons : le MEHP, un phtalate répandu, nuit à la fertilité masculine en agissant dès le stade fœtal. La situation est alarmante, étant donné l'omniprésence des phtalates dans l'environnement.

Le Bisphénol A banni des biberons

La Loi Grenelle 2 suspend la fabrication, l'importation et la commercialisation des biberons au bisphénol A « jusqu'à l'adoption par l'agence française de sécurité sanitaire des aliments, d'un avis motivé autorisant à nouveaux ses opérations ». Une victoire pour le réseau santé...

Campagne contre les risques sanitaires du Bisphénol A

Tout juste lancé, le Réseau Environnement Santé (RES) mène une première campagne d'alerte sur les risques sanitaires liés au Bisphénol A (BPA). Ce composé chimique, présent dans les biberons, les conserves et les plastiques alimentaires, est considéré par de nombreux scientifiques comme un...

Environnement et cancers : le lien est avéré

L'Inserm confirme les liens de causes à effets entre certains facteurs environnementaux et la hausse du nombre de cancers en France. Parmi les substances incriminées, les pesticides semblent avoir un impact considérable dans ce que beaucoup appellent désormais « l'épidémie de cancers »....

L'Afsset confirme l'impact de l'environnement sur les cancers

L'Agence française de sécurité sanitaire de l'environnement et du travail (Afsset) vient de publier un avis confirmant l'impact de l'environnement sur les cancers les plus répandus. L'agence recommande vivement l'application du principe de précaution, et l'implication de la société dans la...

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Contagion steven soderbergh Warner Bros

Épidémie de coronavirus : avec le film Contagion, Hollywood avait tout prévu

Sorti fin 2011, le film Contagion de Steven Soderbergh dépeint une pandémie d’un virus particulièrement dangereux. Œuvre de fiction très bien documentée, elle présente de nombreuses ressemblances avec la crise actuelle du Covid-19. On ne pourra pas dire qu’Hollywood ne nous avait pas prévenus…

Happychemicals

Avec sa SinList, l’ONG ChemSec alerte un public non expert sur les risques chimiques

L’ONG suédoise spécialiste des risques chimiques ChemSec organisait un événement à Bruxelles le 14 novembre à l’occasion de la sortie de sa SinList, sa nouvelle liste de substances à remplacer d’urgence parce qu’elles sont trop dangereuses. En associant scientifiques, entreprises, productrices et...

Maree noire bresil mysterieuse benevoles nordeste ANTONELLO VENERI AFP

Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d'être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se...

Sargasses wikipedia Patrice78500

Pour lutter contre les sargasses, le gouvernement mise sur des solutions innovantes plutôt que sur un nouveau plan d’aides

Les sargasses étaient au menu de la visite d’Édouard Philippe en Guadeloupe le 26 octobre. Le chef du gouvernement assure prendre le problème à bras-le-corps mais n’a pas annoncé le renouvellement d’un plan d’aides pour la région. Il faut, selon lui, miser avant tout sur des solutions innovantes et...