Publié le 27 juillet 2010

ENVIRONNEMENT

Act Up dénonce les ruptures de stock des médicaments antirétroviraux

La période estivale occasionne depuis deux ans des ruptures de stock de médicaments antirétroviraux. Un phénomène amplifié par une grève des personnels chez GlaxoSmithKline (GSK), mais qui concerne plusieurs laboratoires. Un collectif d'associations de lutte contre le sida a lancé une enquête pour comprendre pourquoi.

130746_GF.jpg

« Depuis le début du mois, les personnes vivant avec le VIH sont confrontées à des ruptures de stocks inacceptables de médicaments antirétroviraux. Ces ruptures dont la fréquence augmente depuis deux ans s'accroissent pendant l'été et ont semble-t-il été amplifiées par une grève des personnels de GlaxoSmithKline (GSK) », dénonce Act Up dans un communiqué en date du 22 juillet. Cependant, ces ruptures concernent aussi les traitements commercialisés par les laboratoires Bristol-Myers Squibb (BMS) et Abbott. Elles touchent les pharmacies de ville et des hôpitaux, à Paris comme en province, occasionnant des interruptions de traitement pouvant durer plusieurs jours.
Le TRT-5 (Traitements et recherche thérapeutique), collectif de huit associations de lutte contre le sida, déclare également « être régulièrement alerté par des personnes vivant avec le VIH ou par des médecins sur la survenue de ruptures d'approvisionnement d'antirétroviraux ». Pour comprendre le problème et avoir une vision globale des ruptures de stocks, le TRT-5 a mis en ligne sur son site une « plateforme observatoire » afin de recueillir les témoignages des malades sur ces dysfonctionnements.

Selon le collectif, « parmi les laboratoires pharmaceutiques concernés, Abbott a réagi rapidement en mettant en place un numéro vert. Gilead assure depuis peu un système d'urgence en cas de rupture d'approvisionnement en officines. Janssen Cilag-Tibotec a mis à la disposition des pharmaciens de ville un numéro vert par le biais duquel une demande d'approvisionnement en antirétroviraux est honorée en moins de 24h, weekends exceptés ». Act up juge néanmoins ces hotlines « inefficaces », les malades étant aiguillés vers des pharmacies non approvisionnées...

Le système de quotas en cause ?

Selon l'association, outre la grève chez GSK, le motif généralement utilisé pour justifier les ruptures est « le système de quotas et de réexportation ». « Ce système impose des quotas de médicaments aux grossistes pour ne pas qu'ils exportent des molécules dans des pays où leurs bénéfices seraient plus grands*, indique Act Up. Ce n'est pas le problème des malades et il est inacceptable que les logiques économiques de l'industrie pharmaceutique nous privent de traitement et mettent nos vies en danger ».
Le collectif TRT-5 évoque également « l'absence de stock dans les pharmacies en raison du coût très élevé des traitements », mais les militants eux-mêmes reconnaissent qu'il est difficile d'identifier de manière certaine la cause exacte de ces ruptures.

Ce système de quotas est un dispositif légal émanant du Conseil de la concurrence, qui impose à chaque grossiste une quantité définie de médicaments, correspondant à une part de marché. En contrepartie, les laboratoires s'engagent à fournir les quotas fixés par avance. Ces derniers, tout comme les grossistes, seraient donc soupçonnées de vendre des boîtes dans les pays où leur marge est plus forte, accusations qu'ils réfutent.
Dans non numéro de juin, la revue « InfoTraitements » indique dans son éditorial qu' « il semblerait que dans certains cas, les grossistes favoriseraient la livraison à d'autres pays européens, achetant lesdites molécules au prix fort. Mais tout cela reste encore très flou. En effet, les ruptures des stocks pourraient également être le fait d'erreurs logistiques, et/ou de failles dans le mécanisme de production et de distribution des firmes pharmaceutiques ».

Face à une situation dont les causes restent incertaines, les associations et les malades attendent beaucoup de l'enquête menée par la plateforme observatoire, pour permettre d'identifier les processus et les responsabilités, et interpeller par la suite les pouvoirs publics. Act Up demande, quoi qu'il en soit, une réglementation contraignant les laboratoires à assurer la continuité de l'accès aux traitements... au moment même où Roselyne Bachelot présente son "plan canicule", qui "prévoit de garantir la permanence et la continuité des soins", a indiqué la ministre de la Santé.

* En Angleterre notamment.


Véronique Smée
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

Contagion steven soderbergh Warner Bros

Épidémie de coronavirus : avec le film Contagion, Hollywood avait tout prévu

Sorti fin 2011, le film Contagion de Steven Soderbergh dépeint une pandémie d’un virus particulièrement dangereux. Œuvre de fiction très bien documentée, elle présente de nombreuses ressemblances avec la crise actuelle du Covid-19. On ne pourra pas dire qu’Hollywood ne nous avait pas prévenus…

Happychemicals

Avec sa SinList, l’ONG ChemSec alerte un public non expert sur les risques chimiques

L’ONG suédoise spécialiste des risques chimiques ChemSec organisait un événement à Bruxelles le 14 novembre à l’occasion de la sortie de sa SinList, sa nouvelle liste de substances à remplacer d’urgence parce qu’elles sont trop dangereuses. En associant scientifiques, entreprises, productrices et...

Maree noire bresil mysterieuse benevoles nordeste ANTONELLO VENERI AFP

Le Brésil en proie à une mystérieuse marée noire depuis trois mois, la plus grosse de son histoire

Trois mois après le début de la pire marée noire de son histoire, le Brésil accuse un pétrolier grec d'être responsable de ce déversement. Des accusations démenties par la société gestionnaire. Sur place, le président Jair Bolosonaro assure que le pire reste à venir et les bénévoles continuent de se...

Sargasses wikipedia Patrice78500

Pour lutter contre les sargasses, le gouvernement mise sur des solutions innovantes plutôt que sur un nouveau plan d’aides

Les sargasses étaient au menu de la visite d’Édouard Philippe en Guadeloupe le 26 octobre. Le chef du gouvernement assure prendre le problème à bras-le-corps mais n’a pas annoncé le renouvellement d’un plan d’aides pour la région. Il faut, selon lui, miser avant tout sur des solutions innovantes et...