Publié le 24 novembre 2014

ENVIRONNEMENT

5 % de la population est victime des maladies environnementales émergentes

La part de responsabilité de la pollution environnementale dans l’épidémie de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète est reconnue. Mais aujourd’hui, l’alerte porte sur l’apparition de maladies neurologiques ou immunitaires causées par l’exposition aux polluants tels que produits toxiques, champs électromagnétiques, etc. Ces "maladies environnementales émergentes" touchent 5 % de la population, selon le Réseau environnement santé. Avec des conséquences sur la santé très invalidantes, tandis que les instances de santé publique semblent les négliger.

Deux femmes victimes d'électro-sensibilité réfugiées dans une grotte des Hautes-Alpes en Octobre 2011.
© Jean-Pierre Clatot / AFP

Fibromyalgie, électrohypersensibilité (EHS), syndrome de fatigue chronique, hypersensibilité chimique multiple (MCS), myofasciite à macrophage sont quelques noms des maladies environnementales émergentes. Elles toucheraient environ 5% de la population. Une proportion qui devrait croître, selon le Réseau environnement santé qui a organisé un colloque sur le sujet le 16 octobre dernier à l’Assemblée nationale.

 

Des maladies encore très peu documentées

 

Pourquoi les maladies environnementales sont-elles largement négligées par les instances de santé publique? Même l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), l’agence la plus en pointe sur les questions de santé environnementale, est "désemparée" face à l’étude de ces maladies encore très peu documentées, selon Jean-Nicolas Ormsby, un responsable de la Direction de l’évaluation des risques de l’Anses. "L’épidémiologie en France sur ces maladies est défaillante", confirme Jérôme Authier, responsable du Centre de références des maladies neuromusculaires de l’Hôpital Henri Mondor de Créteil.

 

Le travail acharné des associations de malades permet progressivement aux maladies environnementales émergentes de sortir de l’ombre. Face à l’absence de prise en charge des malades, plusieurs associations se sont constituées pour les accompagner, comme le collectif des électrosensibles ou SOS MCS (association de malades atteints d’hypersensibilité chimique multiple). Mi-octobre, elles se sont réunies au sein de l’Alliance des maladies environnementales émergentes (AM2E) pour faire entendre leur voix.

 

Des symptômes non spécifiques

 

Pour l’AM2E, le manque de soins résulte de l’absence d’information des médecins sur ces nouvelles pathologies. Le mauvais suivi médical est aussi lié à la difficulté de diagnostiquer des maladies qui n’ont souvent pas de symptômes spécifiques. Fatigues chroniques, douleurs musculaires, troubles cognitifs, allergies... Patients et chercheurs commencent seulement à établir des grilles pour aider les médecins à poser des diagnostics.

 

Lors du colloque du 16 octobre, des scientifiques étaient venus à la barre pour attester de la réalité médicale de ces symptômes. Leurs travaux de recherche montrent les mécanismes biologiques en cause dans les maladies environnementales, qui se caractérisent toutes par des perturbations fonctionnelles chroniques de l’organisme (par exemple, une mauvaise conduction du message nerveux).

 

Les travaux de Martin Pall, de l’université de Washington, montrent par exemple les effets biologiques en chaîne des champs électromagnétiques sur l’organisme (en particulier sur les canaux calciques dépendant du voltage), qui peuvent se traduire par des troubles neurologiques. Philippe Tournesac, médecin en pathologie neuro-fonctionnelle à l’Université de Bourgogne, travaille, lui, sur la sensibilité chimique multiple (MCS). Cette maladie neurologique correspond à une hypersensibilité à de multiples substances chimiques à faibles doses.

 

Les chercheurs unanimes sur les causes environnementales

 

Concernant les causes de ces maladies, les chercheurs sont unanimes: la transformation de notre environnement. Nous sommes exposés à des dizaines de milliers de produits toxiques, à des champs électromagnétiques plus d’un million de fois plus élevés que dans les années 1960… Autant de facteurs qui sont responsables chez certains individus de dysfonctionnements neurologiques ou immunitaires.

Pour les malades, la solution est souvent de s’isoler pour éviter toute exposition. Des traitements permettant de désintoxiquer l’organisme commencent aujourd’hui à être proposés aux patients.

Magali Reinert
© 2021 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

Pour aller plus loin

10 ans après l’Appel de Paris, quelle prise en compte des polluants chimiques sur la santé ?

C'était en 2004, l’Appel de Paris alertait sur l’impact de la pollution chimique sur la santé. 10 ans plus tard, les preuves scientifiques sur les causes environnementales de l’épidémie de maladies chroniques comme le cancer ou le diabète s’accumulent. Mais ces résultats tardent à être...

Des entreprises relèvent le défi du cancer au travail

En 2012, 355 000 français ont déclaré un cancer. Et la majorité des personnes atteintes par la maladie exercait une activité au moment du diagnostic. Le maintien et le retour à l’emploi deviennent une sérieuse préoccupation pour les entreprises. Certaines en ont fait leur priorité en...

L’industrie chimique pilote l’évaluation des risques des pesticides qu’elle produit

La réglementation européenne exige que toutes les études existantes soient prises en compte pour évaluer les risques d’un pesticide avant sa mise sur le marché. Pourtant, les études indépendantes de l’industrie chimique sont ignorées dans cette évaluation. La "fiabilité" des études...

L’inefficacité de la France dans la lutte contre les nitrates condamnée par Bruxelles

L’État français a encore été condamné par la Cour européenne de justice pour ne pas avoir protégé ses eaux contre la pollution par les nitrates. C'est la troisième fois. Plutôt que de s’attaquer à la racine du mal, son modèle agro-industriel, la politique française de l’eau continue de...

Hôpital : du sang contaminé aux phtalates

A l’hôpital aussi, on est exposé à des substances de synthèse de l’industrie chimique. Les malades y côtoient des phtalates, un additif qui assouplit le plastique, et d’autres perturbateurs endocriniens (PE). Des études scientifiques établissent un lien entre l’exposition aux PE et la...

Nanotechnologies et santé : qui financera l’évaluation des risques ?

L’évaluation des risques liés aux nanotechnologies a du retard. Et si les experts sont unanimes sur la nécessité d’augmenter les recherches, l’ampleur de la tâche est titanesque. Des centaines de nanomatériaux différents sont déjà sur le marché français. La recherche publique consacre...

ENVIRONNEMENT

Santé environnementale

Perturbateur endocriniens, pesticides, produits cancérigènes, effets toxiques indésirables, cocktails chimiques, la liste est longue des produits considérés comme dangereux pour la santé humaine. Ces dangers font l’objet de controverses comme le montrent les débats autour des ondes magnétiques.

[Calendrier de l’Avent] Tout n’est pas perdu, la mer d’Aral est en train de renaître

Novethic vous propose d’ouvrir une case de son calendrier de l’Avent. Chaque jour jusqu’à Noël, vous découvrirez une bonne nouvelle qui prouve que le combat pour le climat, l’environnement, la biodiversité, l’égalité n’est pas perdu. Zoom aujourd’hui sur la mer d’Aral qui s’était complètement...

Agnès Buzyn et François de Rugy lancent une nouvelle enquête pour lever le mystère des bébés sans bras en France

Le mystère demeure sur plusieurs cas groupés de bébés nés sans bras ces dernières années en France. L’absence de réponse sur l’identification d’une cause est "insupportable" pour les ministres de la Santé et de l'Ecologie qui lancent de nouvelles investigations, comme le réclamaient des...

En Martinique, Emmanuel Macron qualifie la contamination au chlordécone de maladie professionnelle

Emmanuel Macron a annoncé lors de son déplacement aux Antilles, que l'État devait "prendre sa part de responsabilité" dans la pollution au chlordécone et "avancer sur le chemin de la réparation" de ses ravages. Il ouvre ainsi la voie à la reconnaissance de la contamination à cet insecticide comme...

L'amiante fait son "come-back" aux États-Unis

L'Agence de protection de l'environnement aux États-Unis vient de changer les règles d'évaluation de l'amiante. La réglementation pourrait désormais autoriser la fabrication de nouveaux produits contenant cette substance cancérigène.