Publié le 03 février 2010

ENVIRONNEMENT

Thon rouge : la France soutient l'interdiction du commerce international

La position française sur le commerce international du thon rouge est enfin connue : les ministres de l'écologie et de la pêche préconisent l'inscription de l'espèce en annexe I de la Cites*, mais avec une série de conditions.

128054_GF.jpg

FNE veut « lutter contre les braconniers »

La Fédération France Nature Environnement annonce qu'elle intentera une action en justice devant le tribunal correctionnel de Marseille ce vendredi 5 février contre des pêcheurs français « responsables de prises sous taille » (inférieure à la taille autorisée). Pour Christian Garnier, vice-président de FNE, « le procès dira s'il s'agit de petits rigolos qui se sont fait prendre, ou d'un trafic à dimension internationale. » La pêche illicite du thon rouge alimente en effet un marché parallèle très juteux, dont le Japon est le principal débouché. Jean-Louis Borloo réclamera d'ailleurs des sanctions supplémentaires à l'égard des états qui ne respecteraient pas leurs quotas de pêche, à la prochaine réunion de l'ICCAT, fin février.

Jean-Louis Borloo et Bruno Le Maire sont enfin tombés d'accord. Les deux ministres, en charge respectivement de l'environnement et de la pêche ont annoncé le mercredi 2 février que la France soutiendrait l'inscription de l'espèce en annexe I de la CITES, débloquant ainsi le processus européen (voir article lié). Pour Jean-Louis Borloo, « passer du cadre de l'ICCAT**, qui définit des quotas de pêche, à celui de la CITES, qui règlemente le commerce international, est un changement majeur. » Et pour assurer aux pêcheurs français une transition des moins brutale, le gouvernement assortit à décision trois conditions.

En premier lieu, il souhaite conditionner l'entrée en vigueur de l'interdiction du commerce international au réexamen des avis scientifiques de l'ICCAT et de la CITES. Les comités scientifiques des deux organisations rendront leurs prochaines recommandations en octobre 2010 pour le premier, et en février 2011 pour le second. Le gouvernement demande donc un délai 18 mois avant l'interdiction du commerce, si celle-ci est effectivement votée en mars 2010, lors de la prochaine Conférence des Parties de la CITES.

Ensuite, les deux ministres demandent le maintien du commerce du thon rouge sur le marché intérieur de l'UE, même si cela suppose de modifier le règlement communautaire. Ils espèrent ainsi préserver la pêche artisanale, pratiquée sur 180 bateaux qui se partagent à peine 10% des quotas de l'ICCAT pour la France.

Enfin, Bruno Le Maire insiste sur la nécessité d'obtenir des financements communautaires pour soutenir la restructuration de la pêche industrielle, qui devrait être profondément impactée. « La pêche industrielle française concerne vingt-huit de thoniers senneurs. S'ils ne peuvent pas exercer leur activité pendant plusieurs années, il faut que la Commission Européenne apporte des garanties financières pour assurer leur transition économique. »

Pour Greenpeace, ces conditions « sapent toute la portée de la décision. » Dans un communiqué publié dès l'annonce des ministres, l'ONG désapprouve le délai réclamé par le gouvernement : « reconnaître que le classement en annexe I est nécessaire, c'est admettre l'urgence de la situation et la gravité de la menace qui pèse sur l'espèce.(...) Dès lors, demander 18 mois pour la mise en œuvre de la mesure revient à attendre qu'il n'y ait plus de thons rouges pour agir. »

Le WWF y voit également une condition incohérente, qui "ne s'explique pas scientifiquement car il n'y a strictement rien à attendre, selon les propres dires des scientifiques, de la prochaine étude de l'ICCAT*(...) Elle est purement politique et vise à laisser un dernier faux-espoir à la vingtaine de thoniers senneurs concernés ainsi qu'à calmer les esprits avant les élections."

L'avenir du thon rouge se jouera donc en mars prochain à Doha. Pour amender l'annexe I et y inscrire le thon rouge, il faudra convaincre les deux-tiers des 175 états-parties de la CITES. En espérant que d'ici là, le Japon - qui achète plus de 80% du thon rouge sur le marché mondial - ne ralliera pas à sa cause plus de 65 pays. L'engagement de l'Europe sur une position commune solide et ambitieuse suffira-t-il ?


* Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction
** Commission Internationale pour la Conservation des Thonidés de l'Atlantique

Anne Farthouat
© 2020 Novethic - Tous droits réservés

‹‹ Retour à la liste des articles

ENVIRONNEMENT

Ressources naturelles

L’épuisement des ressources menace, dans la mer à cause de la pêche et de la pollution, sur la terre à cause de la déforestation et de la pollution. Pour tenter de limiter les dégâts, certains labels garantissent l’origine respectueuse des produits : FSC et PEFC pour la forêt, MSC pour la pêche.

Blocage cimentiers lafarge extinction rebellion

Face aux blocages d'activistes écologistes, les cimentiers Lafarge et Cemex défendent leurs objectifs climatiques

Alors que les militants d'Extinction Rebellion ont bloqué les sites de Lafarge et Cemex mi-février pour dénoncer la pollution du BTP, les deux cimentiers défendent leurs objectifs climatiques. Cemex vient d'annoncer du béton zéro carbone d'ici 2050 quand Lafarge assure être l'entreprise la plus...

Margiris chalutier geant Greenpeace

[Vidéo] Un chalutier néerlandais géant accusé d’épuiser les ressources par les pêcheurs français

C'est un navire-usine qui peut pêcher en un seul jour l'équivalent de cinq chalutiers français en un an. Le Margiris, ce bateau de pêche néerlandais et ses 143 mètres de long cristallise les tensions avec les pêcheurs français depuis qu'il a sillonné la Manche. Ces derniers l'accusent d'épuiser les...

Geothermie profonde a Illkrich en Alsace ElectriciteDeFrance

La France découvre un trésor de lithium dans son sous-sol, mais n’est pas certaine de pouvoir l’exploiter

La France, au côté de l’Allemagne, est bien décidée à ne pas se laisser distancer dans la course à la batterie pour la voiture électrique. Au cœur de cette technologie, on trouve entre autres le lithium aujourd’hui produit dans une poignée de pays à travers le monde. La découverte d’importants...

Manger trop gaspillage environnemental pixabay

Manger trop, c'est gaspiller 100 fois plus de nourriture que de la jeter !

C'est un problème de santé publique indéniable... mais pas seulement. Alors que le nombre de personnes en surpoids ou obèses ne cesse d'augmenter, des chercheurs italiens viennent de montrer que l'excès de nourriture par rapport à ce dont notre corps a besoin engendre un impact considérable sur...